Vos billets les plus tentateurs du mois de Mars

Littérature

Le challenge de lecture particulier sur Le journal des cinq saisons par Cathulu (qui est déjà dans ma PAL)

Un grand amour peut en cacher un autre ou Tout sauf le grand amour du même auteur chez Book Inn Sofa

Ma vie de pingouin chez Cathulu, chez Cuneipage, chez Clara

Une sélection de lectures « Ma petite cabane au fond des bois » chez Kathel

Ce qui était perdu chez Cathulu

D’argile et de feu chez Bulles d’air et LU cie & co, quelques extraits par ici, elle vient de recevoir le prix Première, là aussi plusieurs vidéos

La dictature des ronces chez Cathulu, chez Blablablamia, chez Aifelle

Un léger désir de rouge chez Anne et Soleil d’encrier

Plus haut que la mer chez Dominique

Manderley Forever chez Ptitlapin

Bérézina chez Bonheur du jour

Ados :

Les filles du Cuchulainn chez Syl

La fille qui avait deux ombres chez Clarabel

Et plus encore de Patrick Ness chez Cuneipage

Eleanor and Park chez Bladelor, Cécile

Lectures jeunesse :

L’homme montagne chez Jérôme, chez Moka et Noukette

Rouge (sujet ; harcèlement scolaire) chez MyaRosa

Les carnets de Cerise chez FondantOChocolat, chez Jérôme, NouketteSandrineet Soukee

BD :

Le sculpteur chez Antigone et Moka, chez Mo’

Films :

Voyage en chine chez Aifelle

3 coeurs chez l’Irrégulière

Recettes : 

Pizza printemps chez Posie gets cozy, celle de Pâques chez Sandrion

Bouchées à la reine au saumon chez Syl

Brocoli et escalope de poulet chez Louise

Boulettes de viande chez Louise, Syl et Sandrion

Verrine à la mousse aux fraises facile, mousse fraise facile, une autre par là, et encore une recette par ici. 

Carrés au citron chez Coconut

Riz au lait chez Syl

Du poisson, des arrêtes et Sylvie Testud chez Louise

Divers :

Mon père, un texte que j’ai adoré chez Antigone

Etre heureux, petit recueil de bonheurs chez Louise

Source des photos

Rendez vous le mois prochain et bonnes lectures !!

« Alors, j’ouvre une page au hasard…  » par Juliette

« …/…Depuis dès que mes yeux se posent
Entre les lignes, entre les pages
Mêmes effets et mêmes causes
Je fais surgir les personnages
Pour mon malheur, je lis beaucoup
Et c´est risqué, je le sais bien,
Mes hôtes peuvent aussi être fous
Ou dangereux, ou assassins

J´ai fui devant des créatures
Repoussé quelques décadents
Échappe de peu aux morsures
D´un vieux roumain extravagant
J´évite de lire tant qu´à faire
Les dépravés et les malades
Les histoires de serial-killers
Les œuvres du Marquis de Sade

Ils jacassent
A voix basse
Dès que j´ouvre mon bouquin
Je délivre
De leurs livres
Des héros ou des vauriens…/…

« …/…Malgré les monstres et les bizarres
Je me suis fait quelques amis
Alors, j´ouvre une page au hasard
D´un livre usé que je relis
Et puis -j´attends je dois l´avouer-
Au coin d´un chapitre émouvant
Que vienne, d´un prince ou d´une fée,
Un amour comme dans les romans
Comme dans les romans

A voix basse
Qu´il me fasse
Oublier tous mes chagrins
Qu´il susurre
Doux murmures
Des « toujours » et des « demain »
Qu´il m´embrasse
Qu´il m´enlace
Et quand viendra le mot « fin »
Je promets
De n´jamais
Plus refermer le bouquin…/… »

A voix basse, extrait 

Juliette (clic)

Y’a t’il une chanson dont les paroles nous correspondrait plus que celles là, à nous lectrice compulsive ?? Je ne crois pas ;0)Merci à Za de m’avoir fait découvrir cette superbe chanson.

Très bon dimanche !!

Le principal problème du prince Prudent de Christian Oster

 » Le principal problème du prince Prudent, c’était bien évidemment sa prudence. Quand il partait à la guerre, il montait son cheval à l’envers, afin de voir si l’ennemi n’allait pas surgir dans son dos. Et alors il ne voyait rien devant lui, sauf de temps en temps, quand il se retournait, et que l’ennemi lui faisait face. Le prince Prudent perdait donc souvent ses guerres.  » (p7)

Oui bon, vous en conviendrez, c’est plutôt un problème de mener une guerre de cette façon là ;0) Evidemment ce prince là est vraiment trop, trop, prudent, et ça lui rend la vie, disons, un peu moins facile… Tout ceci se complique encore quand vient le moment de trouver sa princesse (en effet ses parents tiennent absolument à ce qu’il se marie). La qualité qu’il recherche en premier est bien logiquement qu’elle soit la plus prudente possible. Et quand ses parents lui présente une jeune fille au doux prénom de Prudence, il croit immédiatement que c’est réglé ; il l’a tient sa princesse… Mais bien évidemment la princesse est juste l’inverse ; elle est en réalité la princesse le plus imprudente qui soit ;

 » Elle montait à cheval dans le bon sens, elle se goinfrait de tartines de Nutella au petit déjeuner sans les faire goûter avant par personne, et, quand elle traversait le pont-levis au-dessus des douves de son château, elle ne regardait ni à gauche ni à droit pour s’assurer qu’un monstre hideux n’allait pas soudain sortir du plus profond des douves et venir la dévorer. » (p12)

Elle fait des tas de sottises loufoques et rend complètement chèvre ce pauvre prince Prudent. Le dernier test que le prince lui impose tourne mal, la princesse se fait enlever par un affreux géant. Ni une ni deux  le prince n’a aucune hésitation et se lance sur leurs traces, tout à fait prudemment bien sûr. Il harnache son cheval mais il prévoit tellement de « trucs » utiles, par prudence, que son pauvre cheval fait peine à voir à tirer la langue ainsi sous le poids de tout ceci.

Vous l’avez déjà compris ce petit roman illustré (de 7 à 10 ans) est vraiment très très drôle. Et les illustrations d’Adrien Albert sont très réussis elles aussi. Le géant vaut vraiment son pesant d’or, il est effrayant au possible avec ses ongles longs et pointus et son crane chauve (son tatouage est très original, mais pour comprendre il faut lire le livre :0) Au final ce prince Prudent est bien plus courageux qu’il ne le croit. C’est rigolo, un peu fou fou, légèrement tordu (le prince connaît un très bon ORL et possède un portable). Bref, tout ceci fait que vos enfants font l’adorer. En tout cas Petitdernier l’a beaucoup aimé !

La lecture de Clarabel juste par là (clic).

L’école des loisirs, collection Mouche.

Verte de Marie Desplechin, version Audio

Le mot de l’éditeur ; « A onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier. Elle semble aussi s’intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu’elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C’est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille.
En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte, puisqu’elles ont l’air de si bien s’entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu’ils dépassent les espérances d’Ursule. Un peu trop, peut-être. »

Ecouté durant l’été 2014 « Verte » est ma première expérience de lecture Audio. Alors que j’avais peur de décrocher, et de ne pas suivre sans me perdre, c’est une expérience qui m’a convaincue. Bon il faut dire aussi que j’ai commencé par le meilleur, Marie Desplechin est une auteure pleine de talent et « Verte » est un de ses plus grand succès. J’avais emmené les CD en vacances avec pour projet de les écouter durant les trajets voiture et c’est ce que nous avons fait en découpant l’écoute en deux (aller et retour ;0) Et bizarrement, même si quinze jours avaient passés, nous n’avons pas perdu le fil et nous avons retrouvés avec grand bonheur nos petites sorcières. Petitdernier a adoré, et même Grandmoyen (quinze ans l’année dernière lors de notre écoute) a lâché ses écouteurs pour écouter avec nous. Bon, je n’ai pu que lui soutirer que « ouais c’était bien » mais de sa part c’est un avis élogieux ;0) Même mon mari a apprécié…

                               Marie Desplechin

Je me suis vraiment attachée à cette génération de sorcières, à cette famille dont les hommes sont absents. Elles ont toutes les trois une personnalité très fortes et toutes, à leurs façons, sont très sympathiques. Ursule n’a qu’une obsession, que Verte montre enfin ses aptitudes à être une future sorcière. Verte quand à elle fait un petit rejet de la sorcellerie, elle ne veut pas ressembler à sa mère, qu’elle trouve amère. Et le fait que le seul avenir qui s’offre à elle, et ceci sans aucun autre échappatoire, est d’être une sorcière lui semble injuste. Anastabotte elle, à l’opinion qu’Ursule est trop brusque avec sa fille et qu’elle ne devrait pas la bousculer… Elle n’a aucune inquiétude, Verte montrera bien un jour ou l’autre ses talents de sorcière. J’ai adoré Anastabotte, la grand mère, elle est douce, offre beaucoup de quiétude à Verte et j’ai adoré son style vestimentaire ;0)

(l’ancienne couverture de l’école des loisirs)

Tout ceci est lu avec beaucoup de talent par Sylvie Ballul et Anne Montaron et franchement, à aucun moment je n’ai eu envie de décrocher, toutes les deux sont très agréables à écouter et elles prennent chaque fois le ton qu’il faut. Juste assez pour tenir l’attention et vous donner l’envie de continuer… Alors que je pensais que la version audio n’était pas du tout pour moi (j’avais surtout pensé à occuper Petitdernier qui n’aime pas les trajets trop longs),  et bien, finalement, j’ai trouvé ça très agréable. A renouveler avec un autre titre cet été ;0) J’ai l’intention aussi de lire la version papier très vite et je vous en parlerais plus longuement et profiterais alors pour vous donner quelques extraits.

A écouter, un petit extrait sur le site Ecole des loisirs (un petit clic sur la couverture du cd)

Je t’attendais…

Oui, toi…

toi là-bas…

toi, le printemps, oui…

je t’attendais…

Parce que le printemps c’est fait pour ;

Profiter à nouveau des délices de son jardin, de sa terrasse… D’un parc…

Commencer à voir apparaître les fleurs des champs… (oui, bon, c’est un peu tôt ;0)

Pouvoir à nouveau s’installer sur un banc, au soleil, pour lire ou dormir pourquoi pas…

Laisser entrer le soleil à flot, à travers les fenêtres…

Pouvoir piquer une tête, oui, soyons fous, et cela même sous la pluie ;0)

Alors, chouette, chouette, chouette, c’est le printemps :0)

Et parce que la venue des beaux jours pour moi sera toujours liée à cette chanson ; L’autre bout du monde d’Emily Loizeau

Source des photos

La liberté vu par Igit

Vous le savez parce que j’en ai déjà parlé par ici mais je suis une grande fan de The Voice, j’aime écouter ses voix que personne ne connait et dans tous ses jeunes inconnus se cachent parfois de véritables petits trésors, des voix extraordinaires (d’autres parfois un peu plus banales mais bon). Lui il était mon immense coup de coeur de l’année dernière, il n’a pas gagné mais qu’importe, il fait des albums et j’ai bien l’intention d’acheter le dernier (il sort le 30 mars). J’ai eu un immense coup de coeur pour cette chanson « Je suis libre ». Un grand artiste est sorti de l’ombre…

« …/…Et moi j’aimerais cracher sur nos espoirs
Et les briser comme nos bagues
Regarder droit mais le regard vague
Je dors deux bouts de nous
Et les mirages l’ignorance me rappellent à nos rires
J’ai joué au lâche
J’ai boudé les souvenirs
Mais les mirages l’ignorance me rappellent à nos dires
L’amour et le doute ne se parlent jamais
Alors je danse une valse à trois
Toi moi et mes peurs

Et je danse sans toi
Et plus je danse et plus je pleure

Mais je suis libre ou du moins j’en ai l’air
Libre comme l’air ou presque un petit bout de toi
Me reste
Mais je suis libre ou du moins j’en ai l’air
Libre comme l’air ou presque un petit bout de toi
Me reste…/… »

Je suis libre, Igit, extrait

Mon gros gros coup de coeur de cette année c’est Anne Sila, sa voix est d’une pureté cristalline et d’une grande beauté douce… Et une personnalité folle qui illumine… J’adore !! Pour l’écouter c’est juste par là.

Très bon dimanche !

Quelques beaux mecs…

Cela faisait longtemps que je n’avais plus participé à un petit tag, et quand je suis tombée sur le billet de Bianca, j’ai eu envie de partager avec vous mes mecs préférés du milieu du cinéma ;0) Voilà donc les « belles gueules » que je trouve très très séduisantes. Le tag en lui même vient de Biancat et c’est juste par là.

Gérard Lanvin (mon chouchou)

Vincent Cassel

Daniel Graig

Samuel Le Bihan

Le très regretté Bernard Giraudeau (mon autre chouchou)