Publié dans Humeurs, Noël, Photos

9 ans !

Waou, ça commence quand même à faire un joli chiffre, et parfois je n’en reviens pas d’être toujours là, et d’avoir toujours la passion (pas celle de lire qui ne me quittera jamais mais celle de bloguer). Surtout je reste heureuse d’avoir nouée des liens et de vous voir revenir ici (malgré mes blancs parfois, et mes absences plus ou moins longues).

C’est vrai que cette année encore j’ai zappé la vraie date (qui est du 03 décembre) mais ce mois de décembre est un peu bizarre, dans même pas 15 jours nous serons le jour de Noël et je n’ai toujours pas l’impression d’être en décembre. Mais bon, ceci est un autre sujet ;0)

J’espère que notre histoire durera encore un petit moment, en tout cas je serais là pour vous accueillir cette année encore.

Merci à tous et à toutes pour votre fidélité, pour vos commentaires chaleureux, jamais indifférents…

Je vous embrasse et vous souhaite un très bon mois de l’Avent  !!

Publicités
Publié dans Lecture addictive, Littérature étrangère, Policier ou thriller

Snjor de Ragnar Jonasson

Le mot de l’éditeur ; « Siglufjördur, ville perdue au nord de l’Islande, où il neige sans discontinuer et où il ne se passe jamais rien. Ari Thór, qui vient de terminer l’école de police à Reykjavik, y est envoyé pour sa première affectation. Mais voilà qu’un vieil écrivain fait une chute mortelle dans un théâtre et que le corps d’une femme est retrouvé, à moitié nu, dans la neige. Pour résoudre l’enquête, Ari Th¿r devra démêler les mensonges et les secrets de cette petite communauté à l’apparence si tranquille. « 

« Les derniers kilomètres avant d’atteindre le tunnel ne ressemblaient à rien de ce qu’Ari Thor connaissait. La route sinuait à flanc de montagne en laissant juste assez de place pour un véhicule. A droite, les massifs blanchis par la neige, intimidants et magnifiques, et à gauche, une chute à pic, terrifiante, vers la vaste étendue du Skagafjordur balayé par les vents. Une erreur de conduite, une plaque de verglas et Ari Thor ne verrait jamais le lendemain. » (p39)

 Voilà, le décor est planté ! Moi qui aime tant la neige, le froid et les paysages tourmentés j’étais là plus que contentés, c’est un vrai rêve glacé que ce polar. En plus, cerise sur le gâteau, c’est un huis-clos et celles (et ceux) qui me lisent régulièrement savent à quel point les huis-clos me plaisent, j’adore les huis-clos, ils m’attirent d’une façon inconditionelles. Au départ c’était donc déjà gagné, ou presque :0)

Je ne suis pas sûre que l’enquête mené soit plus originale qu’une autre (quoi que les Nordiques excelent grandement dans les polars mais ce n’est qu’un avis personnel ;0) mais ce que j’ai adoré dans celui là c’est l’atmosphère, l’ambiance vraiment, vraiment tangible et prenante. J’y étais, et cela d’une façon certaine. J’avais froid (je grelottais même) je me sentais seule et perdue, j’avais même la même sensation de claustrophobie que ressentait Ari. J’ai adoré ce passage où la neige isole complètement cette petite ville perdu dans les montagnes. La route est coupé, il n’y a aucun moyen de quitter Siglufjördur.

Ari Thor est loin de tout, sa petite amie ne l’a pas suivi (en même temps en pouvait la comprendre et elle était tout de même prise de son côté par ses études), et suite à l’enquête, ces collègues ne prennent pas trop compte de son avis.  La grande maison dans lequel l’a installé Tomas, son chef, lui parait trop vaste et bien vide, il s’y sent seul. J’ai aimé ces passages de solitude où Ari cuisine du poisson, lit, dort. Le temps est comme figé dans la glace lui aussi. J’ai aimé cette neige qui tombe, tombe, sans faire du trève (oui, il neige énormément dans cette ville du Nord, je me suis régalée ;0) J’ai aimé cette lecture qui va lentement, qui prend son temps, et cela sans nous faire ressentir aucun ennui. Bref une vraie réussite pour moi. Le second tome, Mork, paraitra en poche début mars et je compte bien me jeter dessus.

«  Aussi loin que le regard portait, le monde était blanc. Le trottoirs des rues délavées étaient colonisés des congères aux reflets d’argent. Les montagnes étincelaient, l’étendue nacrée de leurs versants se tachetait par endroits de noir, le ciel pâle annonçait une chute de neige imminente. On aurait dit que la nature avait décrété une trêve, même si chacun savait que, tôt ou tard, le temps se couvrirait de nouveau. Aucune opération de déblayage de la route de Siglufjördur n’était prévue, du moins pour la journée. Les habitants étaient encore pris au piège. (p247) »

Lu par Margotte ;  « Détendez-vous ! ce nouvel auteur venu tout droit de l’Islande est pour vous ! Je vous garantis avec cette lecture deux ou trois jours frissonnants, entre congères et blizzards polairesComme l’annonce le sous-titre du roman, il s’agit d’un « huis-clos à l’islandaise ». Il se déroule à Siglufjördur, une petite ville perdue au nord de l’île. »

ClaudiaLucia ; « Ceci dit, un des intérêts du roman, entre autres, c’est ce dépaysement total dans une ville plongée dans la nuit hivernale, ensevelie sous des mètres de neige (Snjor, la neige) dont la seule voie de communication par la route est le plus souvent coupée par des avalanches, un lieu sans lien avec le reste du monde quand sévissent blizzards et tempêtes! Une ville où tout le monde se connaît avec ce que cela suppose de positif (l’amitié, la solidarité) mais aussi de négatif (le manque d’intimité, l’obligation des rapports sociaux même avec des gens que l’on n’aime pas, les racontars, les rumeurs malveillantes.). « 

Alex ;  » L’affaire en elle-même est assez classique. ce qui est intéressant, c’est le huit-clos créé par la tempête dans cette bourgade où tout le monde se connaît depuis la naissance. Un premier roman qui pose les bases du personnage sympathique et jeune du policier. »

Sandrion ;  » Le jeune Ari Thor, fraîchement sorti de l’école de police (après avoir longuement hésité à devenir prêtre, ce qui lui vaudra son surnom de « Révérend »), se voit proposer un poste à Siglufördur, au nord de l’Islande. Lorsqu’il annonce la nouvelle à sa petite amie Kristin, ça jette un froid (c’est le cas de le dire… on est en novembre et c’est parti pour un long hiver…) « 

Ma première participation au challenge littérature nordique de Margotte

Publié dans Humeurs, Mes dimanches en mots et en photos, Musique

Bon dimanche

Y75A5603.jpg

Weekend tranquille… Il fait très froid dehors et ça ne va pas s’arranger, chez nous ils annoncent du moins vingt pour la semaine prochaine. La cheminée ne va pas chômer 😉 Aujourd’hui va être dédié à la lecture, il ne me reste que quelques pages de « Ravage » de Barjavel  (glaçante comme lecture), peut-être aussi une petite promenade (faudra bien s’emmitouflée ) et la confection d’un cake au chocolat.

Très bon dimanche soir à toutes et tous

La chanson des vieux amants de Jacques Brel chanté par Betty Patural pour The voice, une version très habitée et très moderne que j’ai trouvé magnifique (vidéo retiré parce qu’inexistante désormais )

Publié dans Humeurs, Mes dimanches en mots et en photos, Musique

Un dimanche soir parmi d’autres

Dimanche se termine doucement,  il a plu, il faisait gris et sombre, un temps idéal pour rester près du feu à bouquiner tranquillement et à boire du thé. Et je ne me suis pas gênée pour le faire 😊 je termine gentiment, mais fermement, mon « potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison  » Arto Paasilinna - Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison.  j’ai bien failli l’abandonner à un moment et je me suis même surprise à sauter quelques pages (ce que je ne fais jamais d’habitude) mais j’ai bien fait de m’accrocher, les 200 dernières pages sont vachement bien 😁👍

Pour terminer la journée un petit clip. Cette chanson là n’est pas du tout récente mais elle m’a tout de suite touchée dès ma première écoute, d’abord j’adore Sia, ensuite ce thème là est forcément un thème qui touche. Nous vivons dans un monde de fou et heureusement quelques uns élèvent la voix pour se révolter et ne pas oublier. Cette chanson c’est « The greatest », le clip est un hommage aux victimes de la tuerie dans une boite de nuit d’Orlando.

Publié dans Cinéma, Noël

Ma douceur de l’Avent du jour ; Cher Père Noël, téléfilm de Noël

Le p’tit résumé ; « Une jeune fille écrit au Père Noël pour lui demande d’aider sa maman à retrouver l’amour. Lorsqu’un écrivain en mal d’inspiration reçoit cette lettre, il retrouve le goût de la création. Une belle rencontre s’annonce, mais les difficultés sont encore nombreuses sur la route des deux inconnus… »

Voilà un téléfilm que j’ai trouvé un peu différent, je trouve qu’en général ils se ressemblent tous un peu mais je dois dire que celui ci changeait vraiment.  D’abord les personnages faisaient plus vrais, plus « nature » et puis l’histoire est vraiment délicieuse. Il y a d’abord la très belle histoire épistolaire qui fait rêver avec cet échange de lettres qui sonne vraiment juste. Et puis cette petite fille à qui j’ai trouvé des airs de « Cerise et ses carnets » (clic pour en savoir plus). Elle est accro aux livres et il faut voir sa joie quand son écrivain préféré vient dans la petite librairie de son village. Son rêve le plus cher est d’écrire elle aussi des livres pour enfants et l’ébauche d’album qu’elle fait lire au dit écrivain est vraiment superbe. Elle a certainement un bel avenir d’autrice devant elle ;0) J’ai adoré aussi le restaurant salon de thé que tient sa maman, un endroit tout à fait sympathique ou l’on passerait bien quelques heures à boire du thé et bouquiner. Les décors aussi sont enchanteurs, la nature qui entoure son village est superbe, et bien sûr la neige n’en est pas absente. Il y a aussi une histoire de puits à souhait qui est tout à fait adorable. Bref un vrai petit délice dans le genre que j’adorerais revoir. Une histoire toute simple qui a su me réchauffer le cœur.

De Brian Herzlinger, année 2016, titre original  » Love Allways, Santa »

Pour voir des extraits c’est juste là (clic), source des photos voir par là aussi et par ici (clic) vous pouvez même visionner le film en entier (en anglais)

Ma participation pour le challenge de Noël de MyaRosa (clic), ainsi que pour le challenge de Chicky Poo (clic) et de Samarian (clic) et le logo est d’Hilde (clic)