Cinéma

Mama

Mama c’est…

Une cabane perdue dans les bois et deux petites filles qui restent seules… enfin, presque seules…

Des kilos de noyaux de cerises qui restent de 5 ans de repas frugal…

Un psy pas aussi honnête qu’il en a l’air…

Des petites filles sauvages qui se déplacent comme des animaux…

Une tâche noire sur un mur dont il vaudrait mieux pas s’approcher…

Des papillons de nuit partout, partout…

Une petite fille qui rit, qui joue et qui vole avec on ne sait pas trop qui…

Une autre un petit peu plus grande qui a plus la perception d’un danger…

Une jeune femme aux yeux noirs maquillés, qui fait partie d’un groupe de rock et qui se révélera telle une lionne qui défend ses petits…

Une créature glaçante dont l’âme est en perpétuelle recherche…

Résumé ; « Deux petites filles ont disparu dans les bois le jour où leurs parents ont été tués. Quand elles sont sauvées, des années plus tard, et qu’elles commencent une nouvelle vie, elles découvrent que quelqu’un ou quelque chose cherche encore à les border pendant la nuit. 5 ans auparavant les 2 sœurs, Victoria et Lilly, disparaissaient de leur banlieue sans laisser de trace. Depuis lors, leur oncle Lucas et sa petite amie, Annabel, les cherchent comme des fous. Mais, lorsque les enfants sont retrouvées vivantes dans une cabane délabrée, le couple se demande si elles sont les seules à s’inviter chez eux. Tandis qu’Annabel tente de les initier à une vie normale, elle est de plus en plus convaincue d’une présence maléfique dans leur maison. Les 2 soeurs souffrent-elles d’un réel traumatisme, ou y a–t-il un fantôme qui leur rend visite ? Comment ont-elles pu survivre seules pendant toutes ces années ? »

Nous on a vraiment beaucoup aimé (vu avec mon homme et encore une fois avec Filleaînée et son petit copain) on a tous marché à fond, sursauté et frémi. A voir vraiment par les amateurs du genre ;0)

Film sorti en 2013, de Andrès Muschietti, Espagne, Canada

Il a eu deux récompenses ; Meilleur film, meilleure actrice pour Jessica Chastain et meilleur réalisateur ; Fantasporto 2013 et Grand prix, prix du public et prix du jury jeunes au Festival international du film fantastique de Gérardmer 2013

Vu pour le challenge Halloween 2015  chez Lou et Hilde

Publicités
Petits morceaux d'écriture

Le manque est un drap noir et pesant…

« Voilà, tu es là devant moi et tu voudrais savoir ce que je veux dire exactement, avec ce mot manque… Tu me dis, comme ça, sans aucune gène, sans aucune chaleur, que manque ne veut rien dire, ou qu’il inclue trop de choses ou de mots pour être utiliser… Tu veux que je te dise ; tu n’es qu’un pauvre ignare aux bottes crottés, le manque ce n’est pas un mot c’est un ressenti, c’est une désespérance, c’est un frisson, un vide. C’est une humeur qui n’en est pas une, ou plutôt une humeur qui aurait trempé toute une nuit dans une baignoire remplie d’eau glacée et de sel. C’est un sommeil qui n’oserait pas se nommer, c’est une drogue même pas efficace, qui n’aurait rien de planante ni de délicieuse… C’est une impasse, un non lieu, une torture vécue jours après jour, qui vous étouffe et vous tient la tête sous l’eau…

Veux tu que je continue ? Alors oui, je veux te dire le manque, espèce de pauvre fou… c’est un sentiment plus fort que la vie, plus fort que la mort, c’est un truc qui t’envahit et ne te laisse même plus respirer, c’est un truc qui est là et que tu n’oublie jamais… C’est un trop plein de sensations qui tourne autour de toi comme des oiseaux de malheur que tu es incapable d’ignorer… C’est une absence totale d’énergie qui te dévore et te mange jour après jour… C’est du temps que l’on te vole, que l’on te dérobe sans que ne sache très bien où il a bien pu passer… C’est un dénuement total dans lequel tu te noie et te désespère, c’est un déchirement total qui t’empoigne et refuse de te lâcher, un déchirement si intense que tu crois le voir là, autour de toi, tel un drap noir et pesant qui t’enveloppe et te rend aveugle à tout… C’est un besoin irrépressible, douloureux et total de toucher l’objet de ton manque, de l’entourer et de le respirer… C’est une forêt sombre dans laquelle tu te perds,  c’est une « terre qui penche » * tellement qu’elle te donne le vertige et la nausée…

Toi qui ne connaît rien du manque, regarde moi, je suis l’image même du manque et de la béance. Regarde toi et dans ton inconscience tu reconnaîtras l’image de ton ignorance et tu te sentiras alors tel que tu es ; un inculte qui ne connaît rien à rien… Le manque c’est tout cela oui, et tellement encore. Alors tu es là, à fuir mon regard, à te détourner de moi, et pourtant, pourtant je pourrais t’en parler encore des heures, tellement je le connais, il est dans ma chair, incrustée et personne ne l’en délogera désormais. Il est imprimé sur ma peau, tel un tatouage, telle une marque que l’on m’aurait imprimée dans mon berceau…  Tu ne comprends toujours pas ? Le manque il faut le vivre pour le déchiffrer… Rien ne sert de se battre contre lui, il faut s’y abandonner au contraire, pour ne pas étouffer. Le manque ne se rationne pas, il ne se comptabilise pas, il ne se chiffre pas, il est là c’est tout…

Que veux-tu que je te dise encore ? Je suis fatiguée… va… Laisse moi… »

L’or, texte de fiction, non libre de droit

* référence au titre du roman de Carole Martinez ; La terre qui penche

Pour ceux qui aimerais connaître une partie de mon manque c’est par là (clic)

Ceci est ma participation aux plumes d’Asphodèle (clic) 

Les mots à utiliser étaient ; frissonner, vide, humeur, plume, embellie, enfin, sommeil, droguée, impasse, poésie, torture, plénitude, trop-plein, youpi, énergie, absence, temps, dénuement, bol, idée, déchirement, bus, besoin, rationner, abandonné.

 

Humeurs·Musique

Plaisirs d’automne… et une petite pause !

Je fais une petite coupure de quelques jours mais je vous rassure, ça ne ressemblera pas à la longue pause de cet été. Je m’accorde 5 ou 6 jours et je reviens ;0) Je vous laisse en (très) bonne compagnie avec quelques plaisirs d’automne ; déguster des petits déjeuners vitaminés…

Se promener au milieu des feuilles mortes…

Bouquiner… (évidemment ;0)

Ecouter de la musique (toujours ;0) A très bientôt !!!

Albinoni : Adagio in G minor

Read-a-Thon

Read a thon, marathon d’Halloween 2015 (mise à jour au fil des heures tout le week-end) + le bilan

Le voilà enfin ce nouveau RAT que j’attendais avec tant d’impatience :0) Et c’est un marathon longue durée que voilà, il commence ce vendredi soir 21 heures et se terminera dimanche soir à minuit. Ce qui nous laisse beaucoup de temps devant nous ; chouette !! Ce RAT est organisé (tout comme le challenge d’Halloween) par Hilde et Lou. Ce RAT est consacré aux lectures du genre fantastique ou horreur, ou en tout cas elles sont à privilégier… Mais rien ne nous empêche de lire autre chose bien évidemment ;0) Alors, vous sentez-vous d’attaque ? En forme ? Alors on y va, bonnes lectures à toutes !!

Les participantes ; HildeLou, FondantClarabelChicky Poopetit_speculoos

Vendredi 16 octobre 2015, 18 heures ; Trop tôt pour commencer, alors juste avant ma lecture une petite séance de visionnage avec mon homme. Je fais rapidement le topo ; il vient juste de faire un bon feu de cheminée ( le 3ième, ce sont les premiers les meilleurs ;0) une bonne tasse de café pour lui, un thé noir bien fort avec un peu de lait pour moi, mon plaid doudou sur les genoux, ma Bianca (une de mes chattes) collé sur mon flanc droit et hop, on y va pour « Mama »  A tout à l’heure. Bonne soirée à toutes les participantes (et aux autres aussi ;0)

Vendredi, 22h44 ;  Alors, d’abord le film ; j’ai beaucoup aimé et mon homme aussi. Une atmosphère comme je les aimes, pas de scène que je ne puisse regarder, une maison inquiétante, des petites filles sauvages, un fantôme, bref tout y était. A la fois inquiétant et émouvant… Après cela j’ai lu, mais seulement une petite heure. J’ai fait simple ; j’ai continué ma lecture en cours ; « Des gens dans l’enveloppe » Les gens dans l'enveloppe. 1 CD audio de Isabelle Monnin je l’ai presque fini et là aussi c’est une lecture très émouvante, qui remue. Je vais m’arrêter là ce soir, je me sens fatiguée, et je tiens à être forme demain ;0) Je fais juste encore un petit tour chez les copines et puis dodo ! Alors bonne nuit à toutes et rendez vous demain ; samedi.

Samedi 17 octobre, 11h20 ; Voilà j’ai commencé il y a déjà plus d’une heure et j’ai fini « Des gens dans l’enveloppe ». Je ressors très émue de cette lecture, j’ai ressenti énormément de choses en le lisant et je vais avoir du mal à me détacher de tout cela pour entamer ma prochaine lecture. J’ai tout lu sauf les paroles des chansons, je me prendrais un peu de temps aujourd’hui pour les lire en écoutant le CD, peut-être même tout de suite tiens… On verra. J’ai d’ailleurs pris quelques minutes aussi pour commencer mon billet, j’avais besoin de mettre des mots sur les pensées qui me traversaient… Pour l’instant je vais faire un petit tour chez les copines pour voir où elles en sont. Ce que je vais lire après ?!! Je n’en ai pas la moindre idée pour l’instant, tant ma dernière lecture me me lâche pas…

Samedi, 14h33 ; Après une petite pause d’à peu près une demie-heure (tarte flambée aux fruits de mer) je viens donner de mes nouvelles ; j’en suis à plus d’une centaines de pages de ma nouvelle lecture. Il me fallait un auteur qui sait construire un monde et une atmosphère particulière pour m’aider à me détacher des Gens dans l’enveloppe, j’ai donc choisi Neil Gaiman et son « Océan au bout du chemin » L'Océan au bout du chemin. de Neil Gaiman Dès les premières lignes je suis entrée dans son univers, ça me plait beaucoup pour l’instant. La photo avec le banc est à l’image de la première scène du livre…Là,  j’ai déjà fait le tour des copines mais je dois avouer que je me sens un peu seule, pas grand monde pour m’encourager ;0) Moi, en tout cas je suis là, je ne bouge pas :0) 

Samedi, 18h34 ; Depuis mon dernier passage par ici je n’ai lu que 100 malheureuses pages, alors oui bien sûr j’ai fait une longue pause papotage avec mon homme qui vient de rentrer d’un nouveau déménagement, oui j’ai passé beaucoup de temps sur le net à rendre de nombreuses visites aux copines parce qu’aujourd’hui, encore plus que d’habitude, j’avais besoin de sentir cette présence des autres… Oui j’avoue tout cela mais tout de même depuis cette dernière opération qu’est ce que je lis lentement… Alors j’ai le choix ou je désespère ou je m’y fais et je finis enfin par me dire que c’est comme ça, qu’il faut que je l’accepte et puis c’est tout. Et puis l’essentiel n’est-il pas que je prenne toujours autant de plaisir à lire ?!! Je crois que si… Et je me plais énormément dans le petit monde de Neil Gaiman, tellement que je n’ai peut-être pas envie de le quitter trop vite… J’ai pensé à un moment changer un peu et commencer une petite (enfin plutôt une grande) BD ou un p’tit album jeunesse, ce qui m’aurait permis d’avoir l’impression d’avancer plus vite. Et puis non, finalement… Je n’ai pas envie de quitter cet univers, j’ai trop hâte de savoir comment ça va évoluer, rester avec ce petit garçon et lui donner la main moi aussi tout comme Lettie le fait. Sur ce je fais encore un petit tour chez vous et je m’y remets (et j’étais ravie de voir que pleins de nouveaux commentaires m’attendaient, merci les filles ;0) A tout à l’heure et bonne continuation à toutes !!

 Samedi, 22h48 ; Un petit repas pris sur le pouce, environ 50 pages à rajouter à ma lecture et un petit album jeunesse plus tard, me revoilà. L’album jeunesse c’est de Claude Ponti  « l’avie d’Isée » L'avie d'Isée. de Claude Pontij’ai beaucoup aimé et j’ai ai déjà fait un petit billet rapide (à peaufiner encore). Sinon, là, j’arrête… Je n’en peux plus, je crois que je vais m’endormir de suite ;0) Même si j’ai peu lue j’ai passé une journée formidable… Je vous souhaite donc à toutes une bonne nuit et vous donne rendez vous à demain matin pour le dernier jour de ce RAT !!

Dimanche 18 octobre, 10h10 ; Voilà c’est reparti pour ce troisième jour de RAT. Après une bonne nuit de sommeil je me sens d’attaque pour des heures de lectures… Il me reste une cinquantaine de pages de mon Neil Gaiman alors je commencerais par ça. Et après ? J’hésite encore entre « Le passeur » et « Tant que nous sommes vivants ». Je vous dirais ça ;0) Bon dimanche et bonnes lectures, à tout à l’heure !

Dimanche, 14h49 Alors depuis tout à l’heure j’ai pris mon repas, fini mes 60 (environ) dernières pages d’un Océan au bout du chemin (j’ai adoré, faudra que je vous en parle très vite, une vraie atmosphère, comme je les aimes…). Je me suis lue également  » Le grand méchant Renard » une BD  c’est Clarabel, qui vient de le lire et qui m’a donné envie de le sortir de ma bibliothèque (ou plutôt de celle de Petitdernier à qui on l’a offert cet été. J’ai beaucoup ri toute seule, sur mon canapé, vraiment excellent :0) Je l’ai fini juste avant de manger. Là je suis en pleine lecture de « Le passeur »  je n’en suis pas très loin mais j’espère que je vais tenir le coup parce que c’est écrit si petit (mon exemplaire est un poche) et j’ai beaucoup de mal avec toutes les heures de lectures que j’ai déjà derrière moi. Si ça ne va pas je changerais en cours de route,  je vous dirais ça. A part ça Sandrine a gentiment accepté d’être ma binôme pour ce RAT (merci Sandrine :0) et d’être mon ami lecteur du défi n°3, histoire de pouvoir réussir le défi n°1 qui est de lire au moins (ou plus) 666 pages (voir là, clic)A part ça, nous aurons des invités vers 17h (mes parents qui viennent pour le goûter, « l’homme » à fait une tarte aux poires et au chocolat, je vous dirais si elle était bonne :0) alors je ferais une petite pause d’au moins 2 heures. Moi qui ne lit déjà pas très vite, c’est sûr que ça va pas améliorer mon score, mais heureusement Sandrine est là pour m’aider :0)

Dimanche, 17h22 ; Alors, nos invités ne vont pas tarder à arriver (et nous allons pouvoir goûter cette tarte choco-poires qui a l’air, ma foi, très appétissante ;0) Sinon depuis j’ai avancé d’environ 60 pages dans « Le passeur », angoissant et prenant juste ce qu’il faut, mais vraiment cette police minuscule m’énerve beaucoup. Hier, d’avoir lu « l’Avie d’Isée » ça m’a donné envie de sortir de la bibliothèque de Petitdernier le deuxième tome ; « La venture d’Isée ». Je peux donc vous dire qu’il est aussi sympa que l’autre et aussi loufoque ;0) A l’heure qu’il est je vais donc ne pas tarder à faire ma petite (grande) pause et je reviens juste après (mais d’abord je fais un petit tour chez les copines :0) A tout à l’heure et bonnes lectures ! (et merci Sandrine pour tes pages supplémentaires, nous ferons les comptes de tout cela demain, et je suis d’accord avec toi ; un binôme c’est très très sympa ;0)

Dimanche, 22h49 ; Mes parents sont repartis assez tard, vers 20h15 et j’ai pris quelques minutes pour passer chez les unes et les autres, je n’ai donc recommencé à lire que vers 21h. J’ai, depuis, avancé encore de 50 pages environ dans « le passeur ». L’atmosphère est inquiétante, presque anxiogène mais j’aime beaucoup, j’en suis à la moitié très exactement. Mais je ne finirais pas ce soir et je m’arrête là. Je me suis d’ailleurs arrêtée depuis quelque temps déjà mais mon homme étant sur l’ordi c’est seulement maintenant que je peux faire ce dernier compte-rendu. Je ne sais même plus ce que je raconte ;0) alors je vous dis bonne nuit, bon repos à toutes ou bonne lectures à celles qui continuent. Si ça vous dit de repasser par ici demain je donnerais mon p’tit bilan.

Et voilà encore un RAT de terminé, et encore un bien beau moment !! Merci à Lou et à Hilde pour l’organisation de ce marathon et merci à toutes celles qui sont passés par ici et m’ont laissés un petit commentaire !! (et pour elles qui se poserait la question ; oui la tarte était vraiment délicieuse ;0)

Le p’tit bilan ;

  • De la page 272 à la page 381 de « Les gens dans l’enveloppe » d’Isabelle Monnin, roman = 110 pages
  • L’océan au bout du chemin de Neil Gaiman, roman : 315 pages
  • Le grand méchant renard de Benjamin Renner, BD jeunesse : 189 pages
  • Le passeur de Lois Lowry, roman jeunesse : 114 pages (non terminé)
  • L’avie d’Isée de Claude Ponti, album jeunesse : 40 pages
  • La venture d’Isée de Claude Ponti, album jeunesse : 43 pages
  • Total de mes lectures : 811 pages et le 1er défi de lire 666 pages est réussi, ouf ;0)

Le deuxième défi qui consistait à se trouver un ami lecteur est réussi puisque Sandrine a gentiment accepté d’être ma binôme, voilà son bilan ; Mascarade de Florence Magnin (BD) : 240 pages / Nox d’Yves Grevet (213 pages) / Cassée de Frédérique Delghert (90 pages) / Lindbergh de Torben Kuhlmann (album) 88 pages et 20 pages de Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose d’Edouard Moradpour. Ce qui nous fait un total de 651 pages pour Sandrine. Nous avons donc lue à toutes les deux ; 1462 pages. Ce qui fait que nous avons réussi le défi n°1 bis qui était de lire 1332 pages. Youpi !! Bravo à nous deux ;0) Comme quoi l’union fait toujours la force.

Les gens dans l'enveloppe. 1 CD audio de Isabelle Monnin L'Océan au bout du chemin. de Neil Gaiman   L'avie d'Isée. de Claude Ponti   

Source des photos

Challenges

Mon p’tit programme pour le challenge d’Halloween (je puiserais aussi dans cette liste pour le RAT)

15 octobre 2015

Encore une fois je redonne le détail de ce challenge d’Halloween, c’est chez Lou et Hilde que ça se passe. Il aura lieu tout le mois d’octobre et se terminera le 05 novembre. Le billet récapitulatif chez Hilde. Celui de Lou. Ce challenge d’Halloween va si bien avec l’automne, pour moi il fait partie des plaisirs de cette saison. Il va avec les soupes au potiron, les premiers feux de cheminée, la pluie, le vent, les feuilles mortes et les thés épicés. J’aime orienter mes lectures pendant cette période de choses fantastiques, mystérieuses, envoûtantes, ect… J’aime aussi me faire peur un
petit peu (juste un petit peu hein, je reste quand même quelqu’un qui fuit tout ce qui est gore) avec quelques films. Mais qu’ai-je envie de lire cette année ?!!

Tout d’abord les nouveautés sur ma PAL

L’océan au bout du chemin de Neil Gaiman L'Océan au bout du chemin. de Neil Gaiman La mer infinie de Rick Yancey La 5e vague Tome 2 : La mer infinie. de Rick Yancey Tant que nous sommes vivants (dystopie) d’Anne Laure Bondoux Tant que nous sommes vivants. de Anne-Laure Bondoux

Ce qui me reste encore à lire de l’année dernière ;

Le livre des choses perdues de Connolly Le livre des choses perdues. de John ConnollyLady  Hunt d’Hélène Frappat (relecture) Lady Hunt. de Hélène Frappat « Les brumes de l’apparence » de Frédérique Deghelt  Les brumes de l'apparence. de Frédérique Deghelt  La peau froide  d’Albert Sanchez Pinol La peau froide. de Albert Sanchez Piñol

Pour les films j’ai déjà regardé pas mal de choses ; The conjuring, The secret, Chrysalis et ce soir repasse Shining (clic) que j’aime tant, je vais bien sûr essayer de le voir. J’ai pour projet de regarder Mama aussi. Voilà le programme semble chargé (et c’est tout à fait le cas) et sans doute, comme d’habitude j’ai « plus gros yeux que gros ventre », enfin surtout, comme d’hab. je manquerais de temps… Mais qu’importe, l’essentiel est bien de continuer à avoir des envies et des tentations. Et ça je n’en manque certainement pas ;0) Bon challenge à toutes !!

Source des photos

Tentations de lectures

Vos billets les plus tentateurs du mois de Septembre

Littérature

La terre qui penche lue par Framboise (chez Noukette) et chez Leiloona (mais pas une tentation puisque noté dans ma LAL depuis très longtemps

Tourner la page chez Didi, chez Syl

Profession du père chez Saxaoul, chez Leiloona, chez lectrice en campagne

Intérieur nuit chez Ptitlapin, chez Laure, chez Electra. Papillon, Gaëlle et Emma

Délivrances chez Noukette,  Jérôme

Appartenir chez l’insatiable Charlotte, chez Mirontaine, chez Jostein, Chris

La couleur de l’eau chez Gwenaëlle, Antigone, Blablablamia, Sylire

Les gens dans l’enveloppe chez George, le très beau billet de Moka, lu par Mirontaine aussi, chez Ptitlapin, chez Leiloona, Blablablamia, Nadaël

D’après une histoire vraie chez Cuneipage, chez Leiloona, chez Nadael, MicMélo, l’Irrégulière, Papillon,

Otages intimes chez Noukette, Leiloona, Jérôme, Mo’, Ptitlapin, Saxaoul,  Jostein,Mo’(pas une tentation puisque déjà noté sur ma LAL, une de mes certitudes d’achats pour cette rentrée littéraire, le premier noté d’ailleurs ;0)

D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds chez Jérôme

Fondant O Chocolat qui me rappelle que Dérive sanglante n’est toujours pas dans ma PAL

Ados :

La folle rencontre de Flora et Max chez Gaëlle la libraire 

U4, Koridwen d’Yves Grevet chez George

Sombres citrouilles chez Mary, chez Fondant O chocolat

Lectures jeunesse :

Cinq minutes et des sablés chez MyaRosa

Les aventuriers du soir chez MyaRosa, chez Gaëlle la libraire aussi

J’ai peur de savoir lire chez Gaëlle la libraire

BD :

Les équinoxes chez Jérôme (il me le faut !), chez Jacques aussi

Le combat ordinaire chez Le carré jaune

Carnet de santé foireuse chez Jérôme

Catharsis de Luz chez Theoma, chez Antigone

Le chat du rabbin chez Mary

Les beaux étés chez Sandrine

Eloge de la névrose chez Soukee

Les nuits de Saturne chez Moka

Recettes : 

Gâteau poire et pommes de maman chez Sharon

Des scones au chocolat chez Sandrion, ceux de Bernard aussi, les natures par là

Une viennoiserie chez Marie Chioca (d‘autres par là)

Une bonne soupe par ici chez Marie Chioca

Pudding aux pommes

Des nuggets de poulet chez Syl et chez Sandrion

Boles de Picolat chez Sandrion

Poulet à la Parmigiana chez Espelette et chocolat (trouvé ici)

Pavés de courgettes  (trouvé ici)

Fondu de poireaux par là

La fameuse invasion des oursons en guimauve chez Onee

Divers :

Un dimanche sous la pluie sur un nouveau blog que je viens de découvrir ; Fleur de menthe (et quel joli nom !)

Je viens de me relire tous les Book Addict chez Bladelor et c’était un moment délicieux :0)

Pleins, pleins de challenges qui me tentent chez Aifelle

Une idée déco sympa par ici trouvé chez JosieCoccinelle

Une guirlande lumineuse d’automne par là

Petits morceaux d'écriture

Les bruits furtifs de la forêt…

Les jours passent, immuables et doux, exempt de tout stress, de toute agressivité. Je soigne mes blessures, je lèche mes plaies, je prends soin de moi. J’ai froid, j’ai froid tout le temps. La cheminée tourne 24h sur 24, je me relève même la nuit pour l’alimenter. Je ne suis pas effrayée par les bruits de la nuit, le bois travaille, bouge et tremble. Mais je sais qu’il n’y a nulle danger ici, rien d’effrayant par rapport à cet appartement que j’ai fuis. Je marche, je marche énormément, j’arpente la forêt en tout sens. J’entends parfois, devant mes pas, fuir de petites pattes, j’entraperçois des mouvements furtifs derrière les arbres. Mais je sais que ce n’est pas d’ici que viendra le danger… Le danger est ailleurs et je l’ai fui. Je ne ressens aucune oppression par rapport à ma solitude. Le solitude me va très bien, depuis toute petite, aussi loin que je me souvienne j’ai toujours eu besoin de ces moments face à face avec moi. Ce silence me fait du bien, il m’apaise. Je me prépare des tasses et des tasses de thé brûlants, je me prépare des soupes onctueuses, des soupes réconfortantes, je ne mange pas grand chose d’autre. Je tiens juste mon ventre au chaud…

L’automne se pose doucement dans les bois environnants, les murs de cette maison m’enveloppent comme le ferait un manteau douillet. Je me love entre ses bras, je me laisse couler dans cette quiétude bienheureuse. Tu ne croirais pas à quel point je suis heureuse ici, non, tu ne le croirais pas… Et pourtant, oui, pourtant j’ai l’impression de revivre, de respirer à nouveau… Je t’ai écrit hier, une longue lettre que je ne t’enverrais pas. Mais qu’importe, je suis sûre que ça ne te rassurerais pas de me savoir ici. Et je ne prendrais pas ce risque, l' »autre », celui dont je ne parlerais pas, celui qui est la cause directe de tout cela, de cette fuite éperdue, ne doit savoir en aucun cas où je me cache. Non, en aucun cas… Certaines nuits je me réveille en sursaut, persuadée d’entendre un souffle à côté de moi, une respiration que je reconnais. Je me recroqueville sur moi même, je retiens mes inspirations, je fais la morte. Et pendant quelques instants je n’ose même pas vérifier qu’il n’y a personne allongé à côté de moi. Je n’ose pas m’assurer que ce n’est pas « lui » qui est là, juste là, près de moi. Je ferme les yeux très fort pour ne pas me retrouver face à face avec son regard perçant, son regard qui vrille, celui qu' »il » me réservait les mauvais jours. Ceux là même que je veux effacer de ma mémoire. Qu’importe ce qu’il adviendra de mon avenir, mais ne surtout plus revoir ce regard là, ces yeux sombres qui’étaient comme des doigts qui pénétraient mon âme, qui tâtaient là dedans pendant des secondes interminables pour que je n’ai plus aucun mystère pour lui.

Mais non, je ne parlerais pas de cela, non pas maintenant, pas déjà… Je ne veux ne penser à rien, à rien d’autre que ces heures banales et belles que je passe ici, dans cette maison au milieu de nulle part. Quand je finis enfin par avoir le courage de me retourner et de constater que non, « il » n’est pas là et que j’ai rêvé, alors je peux enfin à nouveau respirer, l’air pénêtre dans mes poumons et j’ai alors l’impression que de l’eau tiède et délicieuse coule à l’intérieur de mon corps et sur ma peau. C’est à cela que ressemble mon soulagement ; une renaissance. Je descends alors dans la cuisine, je me prépare une grande tasse de thé noir, bien fort et je rajoute quelques bûches dans la cheminée. Je regarde pendant quelques instants les flammes danser et ça finit de me rassurer. Souvent je m’enveloppe dans mon plaid doudou et je me rendors là, sur le canapé. Dehors, derrière les murs, la nuit ne me semble pas du tout effrayante, oui, cela tant qu’elle l’exclue, lui…

L’or (texte personnel, fictif et non libre de droit)

Ce texte est une suite de celui là (clic) et ce sera ma deuxième participation pour le challenge d’Halloween de Lou et Hilde2705704458.jpg Bon dimanche !!