Littérature

Gabriële d’Anne et Claire Berest

 » Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l’heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d’un renouveau dans son oeuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient  » la femme au cerveau érotique  » qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire.
Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Etival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Ce livre nous transporte au début d’un xxe siècle qui réinvente les codes de la beauté et de la société. Anne et Claire Berest sont les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia. « 

 » Il est difficile de résister à quelqu’un qui vous veut terriblement. Il est impensable de résister à Francis Picabia » (p75)

Ce livre là aurait pu être un coup de foudre ; le thème de l’art, une femme à très forte personnalité, une vie exceptionnelle, bref, il avait tout. Ma gène est un peu par rapport au choix de style ; il est très journalistique, des faits et encore des faits ; c’est très factuel. J’aurais adoré que le livre soit entièrement construit comme les petites parenthèses d’Anne et Claire Berest. En effet a la fin de quelques chapitres les autrices rajoutent quelques remarques et analyses sur la dite Gabriële. Si le livre avait été tricoté de cette façon là, du début à la fin, il aurait été un véritable coup de cœur. (Estelle, elle, me retrouve par rapport à cette impression)

Ce que je retiendrais ; * le fait que Gabriele était déjà une femme au destin exceptionnel avant de rencontrer Picabia. En effet elle a été une des premières femmes à être admise à une école de musique, la Schola Cantorum, en classe de composition * un homme, sa passion des belles voitures (95) et opiomane * un amour surtout centré sur une complicité intellectuelle * Certains noms ; en effet on y rencontre ; Gabriel Fauré, Claude Debussy, Marcel Duchamp, Guillaume Apollinaire, ect (c’est un roman qui vous fait très souvent chercher des œuvres sur internet)

 » Jamais Gabriele ne parlera d’amour. Jamais elle ne dira : je l’aimais et il m’aimait. Ce qui se passe entre eux est un face-à-face d’où jaillissent la pensée et la création, c’est le début d’une infinie conversation, au sens étymologique du terme, aller et venir sur une même rivière, dans un même pays » (p27)

Ce que j’ai adoré  * une femme libre, refusant comme seul et unique choix et destin ; celui d’être une femme à marier * un homme dont on tombe un peu soi même amoureuse, un homme qui parle ainsi ;  » Il est des hommes qui tombent à genoux devant la jeunesse, d’autres devant la beauté, certains devant la gentillesse et la bonté, Francis Picabia, en ce mois de septembre 1908, succombe devant un esprit. » (p29)  Oui cet homme là me plait ;0) * l’art élevé à un niveau où il devient plus fort que tout * une femme intellectuelle pour qui la réflexion et la recherche du beau est dans les veines * la fugue et la petite parenthèse de plusieurs jours de quelques amis (Gabriele, Picabia, Marcel Duchamps et Apollinaire) à Etival (le village d’enfance de Gabriele) * Assister à la naissance d' »Alcools » le recueil de poèmes de Guillaume Apollinaire

 » La petite colonie prend ses habitudes. La journée, tout le monde travaille ou se promène dans les environs. Dès que la pluie cesse, ils partent en exploration vers la frontière « libre », en bordure de la Suisse. Ils s’habillent avec les manteaux en peau suspendus dans les couloirs de l’entrée, enfilent des pulls qui datent d’un autre siècle. Après leurs longues virées, ils rentrent trempés, jouent près du feu avec les enfants, aux jonchets, un jeu d’adresse composé de petits bâtons de bois, d’os ou d’ivoire, qui ressemble au mikado. Ils cuisinent sous les ordres de Guillaume, qui revêtu un tablier de servante, et retroussé ses manches, tandis que Marcel épluche avec concentration des légumes. Ces activités qui occupent les mains permettent aux esprits de se libérer, on parle poésie, peinture et révolution. Les heures les plus douces sont peut-être celles du silence partagé. Guillaume et Gabriële lisent avec tranquillité pendant que Marcel et Francis dessinent. Quelque chose de l’enfance est retrouvé, ils sont quatre frères et sœurs, quatre cousins, dans l’ennui des vacances. »   (p231 et 232)

Ce que j’ai détesté ; Qu’une femme, Gabriële, oublie ses ambitions et ses propres œuvres musicales pour un homme, si doué soit-il ! Est ce qu’un homme a déjà fait cela ??

 » Gabriële ferme les yeux, et soudain sous ses paupières surgit le train qu’elle devait prendre, ce train pour Berlin qui s’ébranle, emportant une partie d’elle-même, une idée d’elle, de cette musicienne qu’elle aurait pu être, et qu’elle ne retrouvera peut-être pas. » (p75)

Mais j’ai envie de quitter ce livre avec ces mots là ;

 » Arrivée dans le Jura Gabriële s’est mise à respirer. Elle peut enfin poser ses doigts sur le grand piano dans la salle à manger. Son esprit affüté dans les salons mondains demeure celui d’une montagnarde. Elle a besoin de rocaille, d’un ciel qui se mêle à la terre, d’épines des sapins, des grosses chaussures lacées jusqu’au mollets, de repas pris en silence après les efforts physiques de la marche et de la grimpe. Elle se lave de Paris. (p226)

Je finirais mon billet par cette remarque (d’Anne ou de Claire on ne le sait) qui me touche profondément, parce que je la sens mienne aussi ;

 » Je me sens regardée par des morts. Et je crois que, de façon générale, j’ai conduit toute ma vie de la sorte, depuis que je suis enfant.

En conclusion ;  des destins et des vies dédiés à l’art qui m’ont passionnés.

Lu par Antigone, Sylire, Saxaoul, Leiloona, Joëlle,

 Lu pour les matchs de la. rentrée littéraire 2017 Price Minister #MRL17

 Lu aussi pour le challenge de la rentrée littéraire 2017 chez Hérisson 1/6

 

 

Publicités
Humeurs

Deuil

Notre famille est encore une fois en deuil, mon beau père vient de décéder des suites d’un cancer. Je vais me consacrer à mon mari et à mes enfants qui, en l’espace de neuf mois, ont perdus leurs deux grands-pères.

Je vous embrasse

Read-a-Thon

Marathon de lecture d’Halloween 2017 (mise à jour au fil des heures et tout le long du week-end), partie 1

Chaque année, et ceci qui accompagne le challenge d’Halloween, un petit RAT est organisé. Et cette fois encore j’ai la joie d’y participer. Alors comme d’habitude c’est Hilde (clic) et Lou (clic) qui sont derrière tout cela. Ce marathon commençait dès ce soir 21 heures, et il se terminera dimanche soir à minuit. Cela nous donne quelques heures pour nous consacrer à nos lectures ;0) Alors les Rateuses, on y go ?? C’est parti !!

Vendredi 13 octobre 2017, 23h05 ; Je me suis installée pour lire depuis déjà quelques minutes, pour l’instant je me suis contentée de continuer une de mes lectures en cours  ; La beauté des jours de Claudie Gallay C’est une lecture dans laquelle j’aime être douillettement installée et je crois que c’est pour ça que je ne l’ai toujours pas fini, j’ai eu envie de prendre mon temps. Une lecture que l’on a du mal à quitter. Malgré tout c’est avec une petite pointe de nostalgie que j’arrive tout de même à la presque fin, je savoure mais il faudra bien que je le quitte un jour ce roman :0) Bonne soirée à toutes, et bonnes lectures

Samedi 14 octobre, 12h37 ; Installée depuis déjà quelques temps dans ma lecture, et pourtant je n’ai presque rien lue, en effet ma fille est là avec son petit copain, et entre deux discussions ce n’est pas propice à la lecture ;0) Elle partira tout à l’heure (pour revenir dimanche :0) et j’espère que je serais alors plus concentrée. Pour l’heure je vais faire mes petites visites chez vous et voir où vous en êtes. Oh, et j’oubliais de vous parler de ma lecture de ce matin qui n’est qu’autre que ma deuxième lecture en cours ; Outlander, le tome 2 le talisman  J’arrive à la fin de ce gros pavé et là c’est super passionnant ;0) (je me réserve les cinquante dernières pages de mon Claudie Gallay pour ce soir, quand je serais installée sous ma couette :0) Bonnes lectures à toutes et à tout à l’heure !

Samedi, 16h10 ; Alors voilà je viens tout juste de finir mon tome 2 d’Outlander et hiiiii, c’est tellement addictif qu’il me faut juste foncer dans le troisième tome pour voir ce qu’il va désormais advenir… Claire et Jamie me manque déjà ;0) Mais pour l’instant je me prépare à sortir, en effet comme tous les samedis après-midi, je vais rejoindre ma mère et une de mes sœurs pour une petite pause thé et petits fours ;0) Je devrais revenir vers 19h. Je vous donne donc rendez vous à cette heure là. Bonne continuation et bonnes lectures à toutes !!

Samedi, 19h42 ; Je suis bien à la maison depuis dix neuf heures et des poussières mais voilà, je m’aperçois que j’ai passé pratiquement trois quart d’heures à vous lire et laisser quelques commentaires. C’est pas ça qui fait avancer le défi ;0) A l’heure qu’il est je me tâte ; vais je m’installer sous la couette pour finir les quelques quarantaines de pages qu’il me reste de mon Claudie Gallay ou vais je commencer une lecture jeunesse ou un manga ??!! Suspense, suspense….  Suite au prochain épisode ;0) Belle soirée à toutes (et tous :0) et bonne continuation !!

Samedi, 22h44 ; Rapidement un petit compte rendu ; finalement je n’ai pas décidé de reprendre « La beauté des jours », il me restait peu de temps avant le souper alors ma main s’est tendu vers la série de 2 mangas conseillés et prêtés par mon fils (fan de mangas :0)  » Dédale » un manga très très mystérieux, qui a eu de nombreux éloges  Et pour une fois qu’un manga ne s’éternise pas, deux tomes c’est plus que raisonnable ;0) Bref je suis arrivée, juste avant de prendre mon repas du soir, pratiquement à la fin du premier tome et c’est vraiment prenant et particulier, j’aime beaucoup pour l’instant. Je vous donne rendez vous à demain matin puisque ce sera mon dernier compte rendu pour aujourd’hui. Je vais consacrer encore une heure environ à ma lecture avant d’éteindre les feux ;0) Bonne nuit à toutes et tous !!

Dimanche 15 octobre, 10H13 (Logo de Syl, clic) ; A l’heure qu’il est je n’ai pas encore repris mes lectures mais je vais m’y mettre dès que j’aurais publié ces quelques mots. Je vous parle rapidement de mes lectures d’hier soir ; alors avant de me mettre au lit, j’ai terminé le tome 1 de « Dédale » et j’ai fini la première partie du deuxième tome. Et ce matin me direz-vous, que vais entamer ??! Et bien j’ai sorti de ma bibliothèque un roman jeunesse qui me faisait de l’œil depuis le début de ce challenge 2017 ; Dans les branches d’Emmanuelle Maison Neuve  Un jeune adolescent, alors qu’il court dans la forêt, va faire une rencontre étrange et effrayante ; c’est pile dans notre RAT d’Halloween. Bon dimanche, bonnes lectures et à tout à l’heure !!

Dimanche, 12h49 ; Dans quelques minutes je prendrais un peu de temps pour une pause repas :0) Je n’ai lu que « Dans les branches » pour l’instant, j’en suis à une petite centaines de pages environ. Plusieurs d’entre vous ont l’air d’être aussi curieuses par rapport à ce titre, alors je prends vite le temps de vous en dire quelques mots. Morgan, Mo pour les intimes parce qu’il n’aime pas son prénom, est un lycéen passionné par les jeux vidéo (banal me direz vous ;0) Lors d’une course d’orientation il se perd et il aperçoit alors une créature, qui lui semble être un troll, juste au dessus de lui. Elle évolue de pins en pins, elle se jette d’un arbre à l’autre en le poursuivant. Mo court pour lui échapper, il n’a jamais couru aussi vite :0) Heureusement il trouve refuge dans une maison dans la forêt. Un homme lui porte secours. Bien sûr Mo ne parle à personne de sa mésaventure, il a peur d’être pris pour un fou.

Après cela il passe un peu de temps avec l’homme dans sa maison des bois, Gabriel veut monter une ferme. Mo l’aide un peu, et surtout Gabriel lui prête un livre, un livre sur les trolls que Mo dévore (lui qui n’aime pas lire ;0) Et puis l’action se précise, marchant dans la forêt, en cherchant Gabriel, Mo tombe dans un trou profond et se blesse assez sérieusement. Il sera secouru par….  Bon je m’arrête là :0) Je ne voudrais pas tout vous raconter non plus ;0) Sachez que ça me plait beaucoup et que c’est très entrainant. Sur ce je vous laisse, bon appétit à ceux qui n’ont pas encore pris leur repas de midi et à tout à l’heure. Je vais prendre le temps de passer vous lire, histoire de voir où vous en êtes et je ferais ma pause. A tout à l’heure !

Dimanche, 17H18 ; Toujours plongée dans mon livre jeunesse, j’ai bien avancée (mais quand je vois l’heure qu’il est je me dis ; pas tant que ça en fait :0( il me reste un peu plus d’une centaines de page et il sera fini. Mais l’histoire prend une tournure qui me plait infiniment, tout à fait différente de ce que j’imaginais en fait. C’est vraiment une lecture magnifique que je vous recommande chaudement. Il serait dommage que vous passiez à côté de ce roman là ! A l’heure qu’il est j’ai besoin d’une petite pause (oui, encore ;0) Je vais me faire un petit thé, accompagné d’une petite crème au chocolat certainement :0) Et puis je reprendrais sans doute la fin de mon manga pour reposer un peu mes yeux. Ou pas… « Dans les branches » est vraiment, vraiment difficile à lâcher. Je me réserve les dernières pages de mon Claudie Gallay pour ce soir, dès qu’il fera nuit, j’ai besoin de me faire un petit cocon pour finir ce roman là ;0) Et pour vous, tout se passe bien ?!! Bonne soirée à toutes (et tous ;0)

Dimanche, 22h31 ; Et bien voilà, ce premier RAT d’Halloween arrive à sa fin, en tout cas pour moi ;0) Qu’ai je lu depuis tout à l’heure ? Et bien pas énormément, je n’ai pas repris  » Dans les branches » il me reste donc une centaine de pages demain pour le finir. Mais j’ai terminé le 2ième tome de « Dédale »  ça y est, une lecture assez prenante, un mystère drôlement spécial, un peu tordu peut-être, la fin est un peu étrange mais bon j’ai passé un bon moment quand même entre ces pages J’ai fait une longue pause après cela puisque ma fille est repassée à la maison, avec son copain et cela pendant une petite heure, et j’ai passé ce temps avec eux à papoter. Evidemment ça a un peu cassé mon rythme ;0) Après cela je me suis installée sous ma couette avec mon Claudie Gallay et je l’ai fini. Voilà une lecture que j’ai quitté avec tristesse mais c’était vraiment un beau roman !! Le problème c’est que j’étais tellement imprégnée par ces pages là que l’idée de me plonger dans une autre atmosphère m’a paru impossible. Je me suis donc arrêtée là. Puis j’ai eu faim, j’ai donc pris d’abord le temps de manger un morceau avant de venir faire mon dernier compte-rendu :0) Je vous souhaite donc une bonne nuit et vous donne rendez-vous demain, ici même et sur ce même billet, pour un petit bilan de ce week-end lecture. Je fais un dernier petit tour chez vous et au dodo :0)

***************************************************

BILAN  ;

  • La beauté des jours de Claudie Gallay, roman de la rentrée littéraire 2017 ; de la page 296 à la page 404 = 109 pages
  • Outlander, le tome 2, Le talisman, roman ; de la page 801 à la page 947 = 147 pages
  • Dédale, le tome 1, manga de Taramichi ; 242 pages
  • Dédale, le tome 2, manga de Taramichi ; 226 pages
  • Dans les branches d’Emmanuelle Maisonneuve, lecture jeunesse ; 218 pages (non terminé)

Total de mes lectures du week-end ; 942 pages

    

Je suis contente, même si comme d’habitude j’aurais aimé faire mieux ;0) Mais cette fois encore j’ai passé un moment formidable, je ne suis toujours pas encore lassée de ces week-end RAT !! Et je vous donne rendez-vous dans quinze jours puisqu’une autre date a été défini ; du 28 au 31 Octobre, cela sera un RAT longue durée ;0) Si tout se passe bien, j’en serais évidemment. Et je finirais ce long billet en remerciant Hilde et Lou pour ce super moment. Maintenant j’arrive pour lire vos bilans, je vous souhaite une bonne semaine et, toujours, de belles lectures !

Extraits·Musique

Un dimanche avec Jamie…

 » Je n’avais jamais vraiment eu de maison à moi. Orpheline à cinq ans, j’avais mené l’existence vagabonde d’oncle Lamb pendant treize ans. Nous vivions sous des tentes dans des plaines poussiéreuses, dans des grottes creusées dans le flanc des montagnes, ou des chambres aménagées succinctement dans une pyramide. L’éminent  Quentin Lambert Beauchamp établissait son campement n’importe où dans le but de poursuivre ses fouilles archéologiques. Ses travaux et son excentricité l’avaient rendu célèbre bien avant qu’un accident ne coûte la vie à son frère et qu’il ne se retrouve tuteur de sa nièce.

Cette vie d’errance avait ensuite continué avec Frank, mais j’étais passée des campements de toile à des bâtisses pourvues d’un toit solide, les recherches d’un historien nécessitant généralement la proximité d’une bibliothèque universitaire. Aussi, lorsque la guerre avait éclaté, bousculant la routine et jetant beaucoup d’entre nous sur les routes, j’avais été moins traumatisée que d’autres.

J’étais passée de notre dernier meublé aux quartiers des infirmières de l’hôpital de Pembroke, et dans un hôpital militaire de campagne en France, avant de revenir à Pembroke juste avant l’armistice. Ensuite, au cours des quelques mois passés avec Frank, nous étions venus en Ecosse afin de refaire connaissance, pour nous trouver séparés de nouveau au bout de quelques semaines.

Il était donc étrange, et merveilleux, de me réveiller chaque matin dans une chambre de Lallybroch et de contempler Jamie endormi à mes côtés en me disant qu’il était né dans ce même lit. Tous les bruits de la maison, du craquement des marches de l’escalier de service sous le pas d’une servante matinale au crépitement de la pluie sur les tuiles d’ardoise, étaient pour lui des sons familiers entendus des milliers de fois. Il les avait d’ailleurs tellement entendus qu’il ne les entendait plus ; mais moi si.

Sa mère, Ellen, avait planté le rosier grimpant qui s’épanouissait près de la porte d’entrée. Son parfum capiteux rampait le long des murs et se répandait jusque dans notre chambre. C’était comme si elle lui rendait visite chaque jour à l’aube, pour l’effleurer du bout de ses doigts, et me souhaitait la bienvenue par la même occasion.  » (p585, 586)

Diana Gabaldon ; Outlander, le talisman Tome 2, extrait

Le voyage était agréable ? Alors il ne vous reste plus qu’à vous plonger dans cette série complètement addictive (vraiment, vraiment addictive) à l’instant. Si vous doutez encore faites donc un petit tour chez Soukee, juste là (clic) ;0)

Très bon dimanche à toutes et tous !!

Save Yourself – Birdy

Challenges·Humeurs

Une rentrée et deux challenges

Source de la photo (clic) 

Un peu plus tard que prévu certes mais me revoilà ;0) Alors, quels sont mes projets pour les jours à venir ?!! Et bien tout simplement lire le plus possible, pour cela je compte bien sur deux challenges d’automne que j’adore, j’ai nommé le challenge 1% de la rentrée littéraire d’Hérisson (clic), pour cela j’ai déjà quelques titres qui m’attendent dans ma PAL. A l’heure qu’il est je n’ai même pas encore fini ma première lecture de cette rentrée (quand je pense à ce que certaines ont déjà lu !!) ; La beauté des jours de Claudie Gallay  Il faut dire, pour mon excuse, que ce n’est pas ma seule lecture en cours et que mon autre lecture est un super pavé (que l’on a un mal fou à lâcher en plus ;0) Cette lecture est Outlander et c’est le tome 2 qui m’accapare en ce moment  La tentatrice pour cette nouvelle série ? Elle n’est qu’autre que Soukee (clic) qui a de l’avance sur moi puisqu’elle vient de finir le 3ième tome, et il me semble qu’elle est déjà plongé dans le quatrième :0)

Petit rajout du 04 octobre ;  j’ai oublié de vous parler du résultat du challenge de la rentrée littéraire de l’année 2016 ; alors comme d’habitude je n’ai réussi qu’à moitié le challenge puisque j’ai lu mes 6 lectures mais que je n’ai fait qu’un seul billet. Voilà la liste de ces lectures ;

  • Repose toi sur moi de Serge Joncour
  • Au commencement du septième jour de Luc Lang
  • Police d’Hugo Boris (clic)
  • Joséphine Baker de Catel et Bocquet (BD)
  • Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby
  • Minnow de James E. Mc Teer II

 pour donner les liens vers vos lectures c’est par là (clic)

L’autre challenge est un de mes habituels aussi (il me semble que je n’en ai pas loupé un seul depuis son apparition) ; le challenge d’Halloween d’Hilde (clic) et de Lou (clic). Un challenge que j’adore et avec lequel je m’amuse toujours beaucoup.. Je ne me fais pas de programme pour cette année, je sais par expérience que j’ai toujours du mal à les suivre ;0) Je me laisserais donc porter par mon feeling, tout cela en m’aidant peut-être de ces quelques idées là (clic). Il devrait y avoir un RAT aussi (par là mon RAT Halloween 2015 clic) et je m’en réjouis gravement :0) vous savez à quel point j’aime ces journées dédiées à la lecture et j’espère que je serais disponible les jours dits. Pour clore ce billet je vous donne juste encore le lien vers le billet récapitulatif d’Hilde de ce challenge d’Halloween (clic).

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bel automne et de beaux challenges.

Albums enfants

ça sent bon la maman d’Emile Jadoul et Claude K. Dubois

  Le moment du coucher de nos tout-petits est un moment un peu délicat, un moment entre deux, un moment difficile de séparation, minuscule peut-être, mais parfois vécu douloureusement pour un petit bout. C’est un moment délicat, qu’il ne faut pas bâcler. Maman taupe le sait bien puisqu’elle prend le temps de lire une histoire et de faire un long câlin à son petit. Mais cela n’empêche, petite taupe ne l’entend pas ainsi. Elle a encore besoin de la présence de maman, de sa tendresse, de sa douceur. Et puis il y a les petites angoisses et les peurs liés à l’arrivée de la nuit, cela n’aide pas Taupinou à s’endormir, mais alors pas du tout. Mais maman taupe sait bien que son petit à besoin de sommeil (et elle aussi à la même occasion ;0) Alors elle ne cède pas, mais elle a une idée lumineuse (comme souvent en ont les mamans ;0) Elle donne à Taupinou son foulard qu’elle porte autour du cou. Ainsi Taupinou s’endort tranquillement, entouré qu’il est de l’odeur de sa maman chérie.

« Un peu de moi auprès de toi » dit maman taupe

Les illustrations sont adorables et délicieuses, des petites taupes tellement mignonnes qu’elles donnent envie de les papouiller et de les câliner… de les dévorer de baisers, de vrais doudous ;0) Elles sont adorables et craquantes, il n’y a pas d’autres mots !! J’adore ce que fait Claude K. Dubois ; c’est tellement doux, moelleux, chaleureux, d’une rondeur délicieuse !! Quelle tendresse dans ces pages, tellement que l’on pourrait croire la toucher. Une vraie merveille, j’ai été totalement conquise et touchée au cœur ! C’est vraiment une petite pépite qu’il faut avoir dans la bibliothèque. On pourra ainsi la ressortir indéfiniment, au moment du coucher. Un petit moment gourmand, de quiétude tranquille quand la nuit arrive et que nos tout-petits doivent dormir. C’est un vrai doudou cet album ;0) Je vous le conseille à 100% (oui, rien que ça ;0) Je l’ai même, pour ma part, exposé en tableau sur une des étagères de ma bibliothèque (où il a rejoint Lotte, fille pirate et Charlie le dragon ;0) Oui je fais ça souvent avec les albums enfants., j’en fais des petits tableaux, comme une vraie exposition d’art ;0)

« Taupinou se blottit contre Maman Taupe. Il a envie de rester comme ça tout le temps. »

Lu par Clarabel (clic) (et je me suis permise d’emprunter ses illustrations) ;  » ET C’EST ADORABLE ! Encore une fois. Le duo Emile Jadoul et Claude K. Dubois fait son beurre avec des histoires délicates, pleines de tendresse, aux illustrations douces et apaisantes. J’adore !  ♥ »

Jérôme (clic) ; « Le dessin de Claude K. Dubois est  à la fois simple et très expressif. En quelques traits il parvient à croquer une ambiance où le calme et la sérénité prédominent. On sent l’atmosphère bienveillante et chaleureuse de la maisonnée, le moelleux de la couette sous laquelle Taupinou finit par s’endormir et on se dit que décidément, il n’y a rien de mieux que l’odeur des mamans pour apaiser les enfants. »

Leiloona (clic) ; « Quel bonheur cet album ! Taupinou est un museau à bisous, j’aurais bien envie de le croquer de bisous ! Et ses petites menottes, raaaaaaaah. Trop chou. Les couleurs pastel, quant à elle, rendent l’ensemble bien douillet, bien cosy : on a envie d’habiter avec eux ! En arrière plan, rien ou presque … Ces deux-là s’entendent merveilleusement bien et on a très envie de partager la même chose avec son Tro’Gnon …

Mary (clic) ;  » Un concentré de tendresse et de câlins ! Voilà un petit album feutré, plein de douceur dans les traits et les couleurs, une ambiance toute intimiste à lire aux enfants (et aux parents!) amateurs de doudous, de lits douillets et de gros câlins. »

Galleane (clic) ; « C’est le mot qui décrit parfaitement l’album, touchant. Aussi simple que soit l’histoire, elle est touchante et l’enrobage lui amène la douceur qu’il faut pour faire craquer encore plus. Les dessins aux traits épais dégagent beaucoup de douceur, les couleurs utilisées accentuent encore plus cet effet. Cet album, c’est un petit bonbon, une petite friandise à déguster avec délicatesse.

ça sent bon la maman de Claude K. Dubois et Emile Jadoul

Ecole des loisirs, collection Pastel, septembre 2013

Tranche d’âge ; 3 à 5 ans

 Lu pour le challenge de Hérisson « Je lis aussi des albums 2017 » 1/10