Humeurs

Harcèlement scolaire : le manifeste

Une dernière fois je voudrais vous solliciter, n’oubliez pas d’aller signer le manifeste !!

7432 signatures pour l’instant… Et pourtant il y a plus d’1 million d’enfants qui sont harcelés… On peut faire beaucoup mieux que ça…

Cela ne vous prendra que quelques secondes… Et votre nom de famille n’apparaîtra pas ; alors pour signer ce manifeste c’est par là

https://wwws.protect.francetv.fr/temoignages/harcelement-scolaire/manifeste

HARCÈLEMENT SCOLAIRE : LE MANIFESTE

Des victimes et des parents

dénoncent le harcèlement scolaire qu’ils ont subi.

Nous sommes des millions à être ou avoir été victimes de harcèlement scolaire.

 

Je déclare être ou avoir été harcelé à l’école.

Je déclare être le parent d’un enfant victime de harcèlement scolaire.

Parce qu’il ne faut plus avoir honte,
parce que qu’il ne faut plus avoir peur des représailles,
parce que les solutions mises en place dans la plupart des établissements scolaires sont encore insuffisantes pour assurer la sécurité,
parce que les écoles, les collèges et les lycées doivent demeurer des lieux d’apprentissage où tous souhaitent s’épanouir dans la tolérance et le respect de chacun,
parce que les lieux d’enseignement ne doivent pas être des lieux de souffrance, 
parce que c’est l’affaire de tous.

 

Ensemble, par ce manifeste, nous interpellons les pouvoirs publics et la société toute entière, pour dénoncer et faire reculer le harcèlement à l’école ici et maintenant.

Publicités
Humeurs

Harcèlement scolaire, suite

Nous avons bien sûr regardés l’émission mon mari et moi hier soir et c’était vraiment édifiant et proprement scandaleux… Que de souffrances !! Et les chiffres parlent d’eux mêmes. C’est un sujet dont il faut parler bien évidemment. Cela ne doit plus être tabou et les enfants doivent pouvoir mettre deux mots sur leur malheur ; harcèlement scolaire… Cela leur permet au moins d’être conscient que, ce dont ils souffrent, est une réalité et qu’elle ne les touche pas seulement eux. L’émission est dure et est centré plutôt sur les années au collège. Je ne la montrerais à mon petit garçon. Mais c’est vrai que nous n’avons jamais nommé ce dont il souffre et l’émission (celle de France inter ) m’a fait au moins fait mettre le doigt sur cela. Et j’ai en ai immédiatement discuté avec lui. J’ai constaté tout de même quelque chose ; pas un enfant, ni même un parent a dit avoir eu un soutien, même minime, des proviseurs ou directeurs des écoles. Il y a un total déni et une minimisation inacceptable par rapport à ce harcèlement… Tous ces témoignages étaient vraiment terriblement douloureux, cela fait vraiment bouillir de savoir que des jeunes vont à l’école, au collège, au lycée avec la boule au ventre. Comme il est dit à la fin du reportage ; l’école doit rester un lien d’apprentissage et non de souffrance…

L’histoire de cette jeune fille qui raconte que, alors qu’elle était à terre et que ses agresseurs (deux jeunes filles) étaient encore à côté d’elle, le proviseur est passé à côté d’elle dans le couloir sans dire le moindre mot est intolérable. C’était alors certain que les agresseurs se sentent le droit d’agir en toute impunité. Une de jeune fille lui a alors fait remarquer ; « Tu vois, même le proviseur n’en a rien à faire de ta gu..le ». C’est proprement scandaleux ! Et je dois dire que ma propre expérience me fait constater exactement la même chose ; le déni et la minimisation des faits ! Hier encore mon enfant s’est fait prendre à parti par 4 élèves dans la cour de l’école, l’ont acculé dans un coin et se mis devant lui pour que les instits ne voient pas. Et là comme d’habitude il a eu droit à des insultes, et même des crachats cette fois ci ainsi que diverses méchancetés habituelles. J’ai donc immédiatement appelé l’instit et elle a dit qu’elle interrogera les enfants.  Le soir, quand mon mari l’a récupéré et qu’il a demandé ce qu’il en résultait elle a tout simplement dit que les enfants ont niés, qu’elle avait eu droit à cinq versions différentes (ce qui prouve bien que mon enfant ne ment pas, sinon elle aurait eu sa version et 4 autres versions identiques !!). Il n’y aura donc pas de suite comme d’habitude…

De toute façon à chaque fois nous avons droit à ça ; on nous dit clairement que l’on doute de la parole de notre fils. Et après l’institutrice s’étonne que mon enfant n’ose pas lui en parler directement !! C’est la troisième fois que cela arrive et tout cela sous sa surveillance, c’est une toute petite cour d’école, ça peut éventuellement arriver une fois mais trois fois c’est un manque évident de vigilante… Ou alors elle préfère ne pas voir… L’année dernière, et cela pendant plusieurs semaines, les enfants avaient même inventés qu’il était contagieux, qu’il ne fallait pas le toucher… Là, l’instit avait parlé à la classe mais visiblement cela ne suffit pas !

Bien sûr nous commençons à être à bout, et surtout c’est tellement dur de voir son enfant souffrir. Il dort mal, il a des angoisses et en ce moment commence même à nous dire qu’il en a marre de sa vie (!!!). C’est tellement douloureux d’entendre ça ! Je dois aussi rajouter qu’il n’y a pas besoin d’une raison pour qu’un enfant soit harcelé ainsi… Notre fils n’a aucune particularité physique qui pourrait provoquer ce genre de réactions… La raison est toute simple, la première fois qu’on lui a fait du mal (à quatre ils l’ont entrainé à l’écart, lui ont donnés des coups de pieds et insultés) ils nous l’a dit à nous ses parents ainsi qu’à son institutrice… Depuis il a donc été catalogué comme « rapporteur ». Voilà et cela a suffit ! Drôle de monde où les victimes deviennent coupables…

Petit rajout du 04 mars ; Laïla a le courage de parler du harcèlement qu’elle a subi lorsqu’elle était enfant et c’est très émouvant ; c’est par ici et la suite est par là

L’émission de France 2 « Souffre-douleurs, ils se manifestent » en replay (un petit clic)

Le débat d’Infra rouge « Harcèlement scolaire, brisons le silence » en replay (un clic)

Je suis allée signer le manifeste et vous invite vous tous et toutes qui me lisez d’aller faire de même… Nous connaissons tous et toutes au moins une personne dans notre entourage qui en a souffert, si ce n’est pas nous même tout simplement… C’est très important, plus nous serons nombreux à le signer, plus cela sera pris au sérieux. A lire ici de nombreux témoignages (et vous pouvez même déposer le vôtre). Je l’ai fait moi même, alors n’hésitez pas !

Voilà le lien vers les rectorats et services départementaux de l’éducation nationale, descendre tout en bas pour trouver l’adresse de votre département (un clic)

Je redonne encore une fois le numéro vert ; 0 808 807 010

Un numéro spécial pour le cyber harcèlement 0 800 200 200, le site qui s’y rapporte ; netecoute.fr

Un autre juste ici (clic)

Par ici une mine d’or pour trouver des tas de liens et de numéros de téléphone concernant les droits et protection des jeunes

D’autres liens pour vous aider juste par là (un clic)

 

Humeurs

Harcèlement scolaire, parlons-en !

Vous savez à quel point le sujet me tient à coeur et pour cause, puisque mon dernier en souffre depuis bientôt 3 ans…

Rapidement,mais je reviendrais ce soir rajouter quelques lignes à mon billet, je vous donne quelques liens ;

Une émission à écouter absolument en replay sur France Inter

http://www.franceinter.fr/player/reecouter#

La date est le lundi 9 février, descendre avec le curseur jusqu’à arriver à 19h20 ; l’émission est ; « le téléphone sonne » et le sujet ; le harcèlement scolaire.
Ce soir une émission sur France 2 à  à 22h25 un documentaire important sur le harcèlement : Souffre-douleurs, ils témoignent
http://www.programme-tv.net/programme/programme-tnt/12.html#Grandes%20cha%C3%AEnes
Je remercie très chaleureusement Philisine Cave pour ses deux liens.
20h 49, finalité du billet ;
Un numéro vert si votre enfant est harcelé ; 0 808 807 010
N’hésitez surtout pas à les appeler, je l’ai fait moi même et l’accueil est très professionnel et amical.
Je redonne les liens vers quelques sites que j’avais trouvés lors de mes précédentes recherches ;
Par ici pour la défense des droits des enfants, le médiateur de votre région ;
J’espère de tout coeur, avec ce billet, aider au moins quelques uns d’entre vous…
J’aimerais finir par quelques conseils lectures ;
* »Marion, 13 ans pour toujours » de Nora Fraisse. Le témoignage d’une maman d’une enfant harcelée. L’histoire de Marion, sa fille, qui a fini par se suicider Marion, 13 ans pour toujours. de Nora FraisseCalmann Levy 2015, existe en poche maintenant  (2016)
*Une lecture de Sandrine, un roman ; La fille dans le vestiaire des garçons La fille seule dans le vestiaire des garçons. de Hubert Ben Kemoun
* »Harcelé, harceleur, une histoire de souffrance et de silence » d’Hélène Molière. L’auteure est psychothérapeute pour enfants Harcelé-harceleur - Une histoire de souffrance et de silence. de Hélène Molière
* Stop au harcèlement le guide pour lutter contre la violence à l’école et sur les réseaux sociaux nora fraisse,harcèlement scolaireNora Fraisse, Calmann-Lévy 2015, 96 pages. (chez cathulu)
*Une BD « Mots rumeurs, mots cutter » lu par Sandrine Mots rumeurs, mots cutter. de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini, lu par Saxaoul aussi, et par Louise par ici
*Un album pour les plus petits chez Mya Rosa ; Rouge de Jan De Kinder  Rouge. de Jon de Kinder lu aussi par Appelez moi Madame
Sur le harcèlement moral, plus vaste ;
* »Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien » de Marie France Hirigoyen qui est disponible en poche Le harcèlement moral - La violence perverse au quotidien. de Marie-France Hirigoyen
Je  n’ai un seul conseil aux parents ; ne jamais lâcher et soutenir à fond son enfant (où les enfants des autres) parce que c’est une situation très difficile à vivre !
Je souhaite beaucoup de courage à tous ceux qui sont concernés.
Challenges·Humeurs·Tentations de lectures

De choses et d’autres…

Concernant Petitdernier et sa situation je commencerais à vous apporter quelques précisions suite à quelques unes de vos interrogations ; il est toujours dans la même classe avec les mêmes camarades qui le suivent depuis son début de scolarité puisque nous vivons dans un petit village, et a bien sûr la même institutrice depuis 2 ans. Evidemment un changement d’établissement aurait été la solution idéale mais impossible pour moi puisque nous vivons dans un petit village (et bien sûr une seule école) et que je ne conduis pas. Quand à la cause de son rejet elle est tout à fait aberrante puisque tout à commencé après qu’il se soit fait prendre à parti (insultes et coups) par quatre enfants dans la cour de récréation (tout cela sous la soi disant surveillance de la directrice ?! J’en parlais déjà ici) Les autres enfants n’ont apparemment pas acceptés et compris qu’il en ai parlé  à sa mère et à son institutrice. Dès lors il n’a plus été que le « rapporteur ». Etrange réaction que celle là, qui fait que la victime se transforme finalement en coupable !!

Mais depuis le début de l’année il semble qu’il y ai un grand changement… Il a dorénavant changé de tactique, et ceci dans le sens de nos conseil aussi. Puisque cet été avec le ras le bol, mon discours a totalement changé, alors qu’avant je lui conseillais de ne pas taper et ne pas rentrer dans la spirale des insultes, cette fois ci je lui ai conseillé l’inverse. Puique rien n’a rien n’a été fait, et que personne ne s’est bougé, ni l’instit, ni la psy scolaire je l’ai  ai dit qu’il avait mon aval ; qu’il fasse ce qu’il aurait à faire.. . Donc dès le premier jour il s’est dit qu’il serait plus payant pour lui de « rendre » ce qu’on lui faisait subir ; il s’est fait bousculer il a bousculé aussi. On lui a des vacheries, il en a dit aussi… et c’est malheureux à dire mais ça a semblé marcher… Drôle de société où, et cela même déjà à l’école, il n’y a qu’une chose à faire pour vivre tranquillement ; se faire respecter… Encore une chose ; cette année il fera du judo, non pas pour qu’il apprenne à se battre mais pour qu’il prenne confiance en lui. Pour finir ; un grand grand merci à vous toutes pour vos messages de soutien et vos conseils mais je n’en attendais pas moins de vous… L’amitié virtuelle est quelque chose de tangible, j’ai déjà eu l’occasion de le constater… Un lien qui peut vous être utile si vous êtes concernés. Et par là aussi (merci à toi Louise :0)

Autre sujet mais pas des moindres ; traversant actuellement une panne de lecture (que je commence à trouver un peu longue), et également une panne d’écriture pour la rédaction de mes billets, je vais en profiter pour vous parler de plusieurs petites choses… Tout d’abord voilà mes acquisitions de cet été, lors de mes vacances ;

 Je viens juste de reprendre le dernier, commencé en vacances… Et ces deux là aussi   qui étaient depuis trop longtemps dans ma LAL. J’ai très peu lu durant ces vacances, l’esprit bien trop encombré par divers soucis qui faisait usage de preneur de tête… Parfois tout s’accumule pour vous faire prendre l’eau et je me sens souvent ces derniers temps comme dans cette chanson dont je vous parlais déjà ici.

Je me raccroche à deux événements qui me réjouissent particulièrement, le premier c’est d’avoir la date du prochain Read a Thon anglais, qui sera le 18 octobre. D’ailleurs, à ce propos, qui aurait envie d’en organiser un ?!! Un qui serait un peu plus proche que l’Angleterre, juste entre copines quoi :0)

Le second c’est le challenge d’Halloween qui commencera le 1er octobre, organisé comme d’habitude par My Lou Book et Hilde, merci à elles d’ailleurs et perpétuer la tradition (inscrite depuis le premier, il n’y en a pas un que j’ai loupé ;0) Je vais prendre le temps de me concocter un programme aux petits oignons :0)

Pour finir ce billet je me suis inscrite au challenge Québecois de Karine, mais je vais voir petit et raisonnable et je vais partir pour une lecture ou deux (ça sera déjà pas mal). Je vais essayer de me relire « Il pleuvait des oiseaux » puisque le billet n’avait pas été fait, et lire au choix « Nature morte »  ou « La tournée d’automne »

Quelques billets viendront tout de même dans les jours à venir ;

* Ma sélection pour cette rentrée littéraire 2014

* Vos billets les plus tentateurs de cet été

* Mon bilan de lectures Juillet Août

* Le bilan du challenge de la rentrée littéraire de l’année dernière et ma réinscription pour cette année

Mon envie du moment ?!! Juste ça ; 

  (trouvé ici)

Humeurs

Tiède été…

Me revoilà donc après cette longue pause… L’été a été loin de remplir toutes mes espérances. Des soucis de famille se rajoutant à des soucis de santé qui m’ont vraiment pris la tête, le temps n’était  pas à la sérénité ni à la tranquillité… Et les températures, même elles, n’étaient pas à la hauteur, quelques jours de baignade oui, mais trop peu… Pas mal de gris, de la pluie, et même du froid sur la fin du séjour. Forcément tout ceci n’allait dans le sens du « remonte moi le moral ». Si encore tout cela c’était arrêté en rentrant… mais hélas, ça a été loin d’être ça…  Tout l’été, ou presque, c’est resté dans les mêmes tons ; le temps maussade (et encore je suis gentille, le temps était vraiment lamentable la plupart des jours) les soucis, la santé vacillante qui plombe et qui bouffe toute l’énergie… Bref je ne m’appesantirais pas là dessus.

C’est presque donc avec soulagement que je vois arriver cet automne (que j’adore dans la normalité, mais là n’ayant pas eu mon compte de soleil et de chaleur je ne sais pas…). Mais seulement presque, parce qu’avec l’automne arrive (forcément) la rentrée scolaire et comme je sais que Petitdernier redoute ça depuis son premier jour de vacances (ou presque)… Ses soucis ne l’ayant malheureusement pas abandonnés, l’ambiance étant toujours aussi nulle pour lui l’année dernière. Ce matin, encore, l’accompagnant mon mari et moi dans sa classe pour sa rentrée, comme d’autres parents, nous avons constatés que, tout comme l’année dernière, personne ne s’est assis à côté de lui. Et pire encore, alors que mon fils s’installait à sa place, le garçon, qui commençait à ranger ses affaires à la même table, à tout repris et est parti s’installé ailleurs… En ne manquant pas de ricaner juste avant…

La rentrée n’est déjà pas facile comme ça pour les enfants, mais si en plus on ressent tout de suite tant de rejet… Mon coeur de maman saigne, forcément, pour lui… Parce que je ne sais plus vraiment quoi faire pour l’aider, j’ai beau avoir un nombre incalculable de fois parlé à la maîtresse, rien n’a vraiment bougé. Nous avons même rencontré la psy scolaire mais sans aucun résultat (il faut dire qu’elle n’est même pas venu parler à la classe). Bien évidemment je serais, tout comme les autres fois, reconnaissante pour tous les conseils que vous pourriez me donner, je sais que plusieurs d’entre vous sont institutrices ou professeurs… Ou même juste votre expérience de maman…

Comme vous l’avez compris je ne reprends donc pas avec une énergie folle, ou encore avec un moral en béton. Mais ce blog m’apporte cette petite fenêtre ouverte, cette petite bouffée d’air frais dont j’ai besoin, je ne vais donc pas l’abandonner… Bien au contraire… D’autant plus qu’à cela se rajoute la chaleur de nos contacts et nos petites conversations amicales…

Ce blog rouvre donc ses portes dès aujourd’hui… Bonne rentrée à toutes et tous et encore plus à tous les bouts de chou du monde, et surtout à ceux qui traversent les mêmes orages que le mien… Parce qu’il y en a bien plus qu’on ne le croit… Et que je conjure tous les parents de ne pas croire que « ce n’est rien », c’est une réelle souffrance pour eux, c’est loin d’être anodin… Donnez leur tout votre soutien, ils en ont bien besoin croyez moi !

Episode n°1 de cette triste affaire

Episode n°2

source des photos 

Humeurs

Quand harcèlement rime avec école…

auss my  lose ...

Nous sommes à quatre jours de la rentrée et déjà les ennuis que nous avons eu à affronter Petitdernier et moi reprennent. Une des enfants (et oui, parce que c’est une fille, les filles ne sont pas en reste malheureusement)  qui le harcelait le plus vient juste de recommencer. Le truc le plus aberrant c’est que, immédiatement j’ai le père de la gamine qui vient me voir (alors que j’avais personnellement décidé d’attendre avant d’aller leur parler pour ne pas aggraver les choses) et me tient un discours tout à fait écoeurant…

Je suis quand même étonnée de voir à quel point les enfants peuvent être méchants entre eux, et surtout qu’ils aient une telle insistance. A ce point là c’est du harcèlement. Je pensais que les choses se seraient tassés depuis les presque deux mois de vacances. Mes enfants n’avaient jamais eu à souffrir de ça, alors je tombe un peu de haut. Cela vaut bien le coup de partir de la ville (où nous n’avons jamais eu aucun souci) pour partir à la campagne.

Ce matin, quand nous sommes arrivés à l’arrêt de bus, j’ai vu que la gamine  qui était, bien sûr,  entourée de tous les enfants qui prennent le bus , suivait mon fils des yeux en chuchotant et tous les autres bien sûr se sont tournés vers lui. C’était tellement flagrant qu’il était impossible de ne pas le voir. Et pourtant, sa mère, a deux pas n’a pas bougé. Je ne veux pas être défaitiste mais j’ai bien l’impression que ça va reprendre le chemin de l’année dernière ou mon fils c’est finalement retrouvé avec presque toute l’école contre lui à cause d’un seul petit garçon (qui était son meilleur copain en plus avant mais qui en a eu tout à coup assez d’être son ami et pour s’en détacher n’a trouvé rien de mieux à faire que de monter tous ses autres copains contre lui). Il est quand même incroyable de voir à quel point certains enfants peuvent être à ce point manipulateurs, qui agissent en harceleurs et qui, en plus, arrivent à retourner la situation à leur avantages. La plupart des enfants sont ainsi, si on leur raconte du mal d’un élève, ils le prennent pour argent comptant et le rejet s’installe.  Le comble c’est que j’ai toujours parlé de ça à mes enfants, en leur disant que si, un jour ils étaient face à une telle situation, ils ne devaient surtout pas suivre le mouvement mais au contraire soutenir l’enfant rejeté… Et voilà que mon dernier a, a subir ça.

Evidemment je suis écoeurée, révoltée et surtout je ne sais pas trop comment réagir vu que, quoi que je fasse, ça risque fort de se retourner contre lui…  Je suis atterrée et tout soutien, aide et conseils seront les plus bienvenus (via ma boite mail ou en commentaires si vous préférez. Merci d’avance. (les filles j’ai besoin de vous, le moral en a pris un coup). Alors que nous venions tout juste de nous remettre de l’année dernière après cet été tranquille et superbe, voilà que dès les premiers jours d’école nous avons à nouveau à affronter ça…

Petit rajout : je cherche mon garçon à midi et une enfant témoin de toute la scène (et qui confirme bien les dires de mon fils, heureusement que toute scène à témoin) me raconte, assez choquée (il y a de quoi), qu’alors qu’elle était à côté de la gamine en question, entend le père dire à sa fille de frapper mon fils !!! Voilà… sans commentaires, à part celui là peut-être que, quand on voit les parents on comprend mieux pourquoi les enfants agissent ainsi (sans aucunement les excuser mais bon, on comprend la logique). Je suis carrément écoeuré là…

Humeurs

Désillusion….

Aujourd’hui ce n’est pas du tout de lecture, ou de cinéma, ou de musique, ni même de poésie dont j’ai envie de vous parler… C’est quelque chose de bien moins agréable. Au fond, je me dis que ce n’est pas étonnant que le monde soit tout le temps ravagé par des guerres et des conflits, quand vous voyez que même au sein de l’école il y a déjà les premiers prémices… C’est inquiétant mais on le lit partout, la montée de la violence est d’actualité dans les écoles. Il y a des actes de violences de plus en plus terrible. Cela avait déjà touché ma fille ainée de 18 ans au milieu de cette année scolaire, plusieurs elle s’était fait agresser par la même personne. Le personnel du lycée s’est plutôt montrée à la hauteur et ça s’est calmé.  Là, cette fois,  c’est Petitdernier qui en a fait les frais. Quatre élèves l’ont attrapé, (ça a commençé banalement par une dispute entre deux copains) bien sûr tous plus agés que lui, dont certains de deux classes au dessus, et l’ont entrainés à l’écart pour que les maitresses ne voient pas (la cour de l’école est petite, je ne vois pas bien quand même comment ça a pu arriver) et là il a subi des injures et pendant que certains le tenaient d’autres lui ont donné des coups de pied. En soi, c’est déjà inacceptable, je trouve ça vraiment écoeurant de s’en prendre à un plus petit et en plus se mettre à plusieurs comme ils l’ont fait. Mais ce qui m’a dégoutté encore plus c’est la réaction d’un des pères à qui on eu l’occasion de parler juste après. En gros son fils n’avait rien fait et il fallait que nos parlions aux autres parents. Nous n’avons pratiquement pas pu parler, tellement il a monopolisé la parole.

 Bon, déjà ça c’est pas génial non plus. Mais je crois que le pire c’est quand j’ai demandé un rendez vous avec les maitresses (la sienne et celle qui était présente lors de l’incident). Nous y sommes allés tout à fait confiant, certains que nous serions écoutés, et qu’on allait nous proposer quelque chose. Petitdernier était présent lui aussi. Mais j’ai été extrèmement choqués par leurs propos, surtout par celle qui était présente, la directrice en plus. Elle a du en parler dans sa classe (puisque les enfants responsables étaient dans sa classe) et les enfants ont niés avoir frappé (comme si le reste n’était déjà pas suffisant). Conclusion les maitresses ont remis en question la parole de mon fils, comme si tout le reste ne suffisait pas. On nous a dit que les enfants n’hésitaient pas en général à le dire quand ils avaient frappés, et qu’ils avaient vraiment insisté sur le fait qu’ils ne l’avaient pas fait. Comme si on entrainait un enfant à l’écart, en le trainant, en le tenant, pour parler des paquerettes et du beau temps… Voilà, en gros je crois que j’ai tout dit… Je ne vous dit pas mon état d’écoeurement et de déception que je ressentais en rentrant. En plus on ne m’a rien proposé du tout, et quand moi j’ai émis l’hypothèse que je voudrais qu’elles convoquent les parents pour discuter de tout cela elles m’ont rétorqués que c’était la fin de l’année et qu’elles n’auraient pas de temps pour ça (!!!). J’ai donc demandé que l’on passe au moins des coups de fils et ça, ça sera fait.

Ce qui m’a vraiment attristée c’est que Petitdernier était présent, sa confiance en ses maitresses à du en prendre un sacré coup (d’ailleurs je dois dire que la mienne aussi) surtout que, quand nous sommes partis, elles lui ont bien redit qu’il fallait toujours qu’il vienne leur en parler si quelque chose  comme ça se passait. Si sa parole a été mise en doute cette fois, je vois mal mon fils avoir l’assurance d’aller à nouveau leur parler de quoi que ce soit !!! Voilà, bon tout cela est bien triste quand même… Et je me dis que chaque jour ou presque je perds mon confiance en quelque chose ou en quelqu’un… Cette fois les filles (ou même vous les pères qui me lisez)  j’aimerais vous mettre à contribution. J’aimerais que vous disiez si pareille chose vous était déjà arrivé et comment avait réagi les enseignants. Ou même, je sais que quelques uns d’entre vous sont enseignants, si c’était déjà arrivé dans votre école, dites moi alors ce qui a été fait. Parce que je trouve quand même aberrant que les parents des dits-enfants ne soient pas convoqués.

J’attends avec grande impatience vos commentaires, n’hésitez pas…. Je vous en remercie d’avance.

Voir aussi par là. et surtout par là