L’hypnotiseur de Lars Kepler

 » Je citais souvent William Faulkner :  » Le passé ne meurt jamais ; il n’est même jamais passé. » J’entendais par là que chaque petite chose arrivée un jour à une personne la suit dans le présent. Chaque expérience influence chacun de nos choix, et, dans le cas d’expériences traumatiques, le passé prend pour ainsi dire le dessus sur le présent. » (p309)

Le mot de l’éditeur ;  » Erik Maria Bark, un psychiatre spécialisé dans le traitement des chocs et traumas aigus, a longtemps été l’un des rares véritables experts de l’hypnose médicale. Jusqu’au jour où une séance d’hypnose profonde a mal, très mal tourné. Sa vie a frôlé l’abîme et, depuis, il a promis de ne plus jamais hypnotiser. Dix années durant, il a tenu cette promesse. Jusqu’à cette nuit où l’inspecteur Joona Linna le réveille. Il a besoin de son aide. Josef, un adolescent, vient d’assister au massacre de sa famille. Sa mère et sa petite soeur ont été poignardées, mutilées et dépecées sous ses yeux. Le corps lardé de centaines de coups de couteau, Josef vient d’être hospitalisé, inconscient et en état de choc. Mais il est le seul témoin du carnage et Joona Linna, pris dans une course contre la montre, veut l’interroger sans tarder. Car tout indique que l’assassin est maintenant aux trousses de la soeur aînée de Josef, mystérieusement disparue. Et pour lui, il n’y a qu’une façon d’obtenir un quelconque indice de l’identité du meurtrier : hypnotiser Josef. Tandis qu’il traverse un Stockholm plus sombre et glacial que jamais, Erik sait déjà que, malgré toutes ses protestations, il brisera sa promesse pour tenter de sauver une vie. « 

Voilà une expérience de lecture assez forte. Le meilleur thriller que j’ai pu lire ses dernières années. D’ailleurs je tournais autour déjà depuis quelque temps. Les circonstances ont fait que ma soeur l’a emmené en vacances et j’ai enfin pu le lire. J’ai une attirance et une curiosité assez forte par rapport à l’hypnose depuis toujours, je dirais même plus ; une fascination certaine. Quand à cette évidence ; ce passé qui ne passe jamais, c’est juste une évidence pour moi… Le passé reste accroché à nous, tel de la mousse à des rochers, il ne nous quitte pas, il est là, on apprend juste à vivre avec. Avoir un passé qui ne passe pas est juste une phrase faite pour moi.

L’histoire est vraiment terrifiante, les corps retrouvés sont dans un sale état, c’est un massacre. C’est un peu ce qui me faisait peur et cela m’a longtemps fait hésiter à lire ce livre. Je n’aime pas les détails gores et la violence exacerbée. Mais j’ai été tellement entraînée par ces pages que je n’ai pas eu le temps de m’appesantir sur cela. Je l’ai presque lu en retenant mon souffle. Mais il faut bien l’avouer ; c’est noir, très noir… Il y est question de folie, d’obsessions, d’enfant qui disparaisse, de jeunes gens qui persécutent, bref c’est pas joyeux, joyeux. Néanmoins je conseille très fortement. On est loin de la Suède chaleureuse et douce d’Ikea, l’atmosphère est sombre, déprimante, les personnages sont de ceux que l’on a aucune envie de fréquenter, seuls l’hypnotiseur (ainsi que sa famille) et l’inspecteur semblent « normaux ». J’ai adoré la description des séances où l’hypnotiseur tombe dans l’hypnose avec ses patients avec sa propre perception qu’il en a, celle de descendre dans la mer, c’est très imagée et très beau ;  » Je me tournai vers l’intérieur, lâchai prise et plongeai à travers l’eau dans une cage d’ascenseur obscure. Nous nous trouvions dans une épave ou dans une maison inondée. Un courant d’eau frais remontait vers moi. Des bulles d’air et des petits bouts de varech dépassaient…/… Au bout de vingt minutes peut-être, nous étions tous au fond de l’eau, sur un sol en acier parfaitement lisse. ça et là, des coquillages isolés avaient trouvé prise sur le métal. Des algues s’étaient accumulés par endroits. Un crabe blanc traversa la surface plane.  » (p350) D’habitude j’oublie très vite les thrillers que je lis, celui ci me restera longtemps en mémoire.

 » Je n’avais jamais compris pourquoi ma propre transe, qui avait toujours lieu parallèlement à l’hypnose des patients, se déroulait invariablement sous l’eau. Mais j’aimais l’image de l’eau, elle était claire et confortable et j’avais pris l’habitude de lire à travers elle les nuances du cours des événements. Tandis que je plongeais dans la mer, mes patients voyaient tout autre chose, ils tombaient dans leurs souvenirs, dans leur passé, se retrouvaient dans la chambre de leur enfance, dans des endroits de leur jeunesse, dans le chalet d’été de leurs parents ou le garage de la fille d’à côté. Ils ignoraient que pour moi ils se trouvaient en même temps dans les profondeurs de la mer, tombant lentement d’un gigantesque récif corallien, d’une plaine abyssale ou de la paroi rocailleuse d’un rift océanique. Dans mon esprit, nous plongions maintenant tous ensemble dans l’eau bouillonnante. » (p311)

Littérature suédoise, traduit par Hege Roel-Rousson et Pascale Rosier

Editions Actes sud 2010, existe en Babel également

Dimanche douillet

Voilà, c’est officiel ; l’automne est là ;0) Avec lui les envies de cocooning, les plaids doux et caressants, les thés et cafés dégustés bien chaud. On ressortira bientôt de l’armoire nos pulls moelleux de couleur terre et (même si ce n’est pas encore d’actualité parce qu’il fait bien trop doux) on fera flamber de gros bouts de bois secs dans la cheminée et on y réchauffera nos mains devant la vitre.

Pour ma part je suis toujours dans ma lecture de  La source d’Anne Marie Garat, déjà 2 semaines que j’y suis, mais je prends mon temps (c’est une lecture qui en demande) et je m’y plais, c’est bien l’essentiel. Je lis d’autres petites choses plus faciles en même temps (Si je reste lecture jeunesse et un autre tome du Sommet des dieux) pour avoir l’impression d’avancer :0)

J’ai programmé pour la semaine prochaine mon billet de l’Hypnotiseur et je ferais sans doute un billet commun de deux de mes lectures d’été. Bon dimanche et reposez vous bien ! (source de la photo)

Archive – Goodbye

 

Mon tableau du mois ; Septembre

Zenaida Sebriankova – Le déjeuner des enfants – 1914 – Galerie Tretiakov, Moscou

Rien ne symbolise plus l’automne que ce tableau là. Dès que je l’ai vu, pour moi, il était l’image même de septembre et de la rentrée scolaire. Les repas se prennent à nouveau à l’intérieur, les enfants sont à table, ils dégustent une chaleureuse soupe d’automne, chaude et bienfaisante pour les petits bidons. Demain ils reprendront l’habitude de se lever plus tôt, d’enfiler leurs chaussures et de mettre leurs lourds cartables sur le dos. Ils affronteront à nouveau la pluie, le vent mais joueront aussi avec les feuilles mortes. Et heureusement il y aura aussi le retour à la maison, la chaleur agréable du feux de bois allumé à nouveau, le bol de chocolat chaud et quelques gâteaux secs ou un petit yaourt pour un petit goûter réconfortant. La maison sera là, pour les accueillir et les dorloter et ils penseront déjà avec bonheur au week-end qui les attend ! Oui, voilà ce que m’inspire ce tableau magnifique.

Et puis l’automne est là maintenant, depuis hier… Alors aimons cette saison comme elle le mérite. Bel automne à tous et toutes !!

Doux dimanche…

« Profiter d’une grasse matinée, s’étirer voluptueusement entre les draps, profiter encore de quelques minutes de rêveries… se réveiller doucement avec l’odeur du café, lire quelques lignes, écouter quelques morceaux de musique aimés,  se dire que l’on va se donner le luxe de ne rien faire du tout ou plutôt de laisser couler les heures telles qu’elles viennent, profiter juste tranquillement d’un dimanche tendre et chaleureux, souffler sur son café en regardant dehors,  attendre avec impatience de faire quelques pas sur le tapis craquant des premières feuilles mortes, se sentir bien, se sentir sereine…  »

Comme je les aimes ces dimanches d’automne… Toujours dans ma lecture de La source d’Anne Marie Garat, pas une lecture facile d’accès, avec ses phrases si longues, ses descriptions interminables mais tout de même j’aime sa petite musique… Sinon je me suis fait plaisir vendredi soir lors de ma visite obligatoire (si, si !) et je me suis laissée aller à deux craquages ; le dernier de Delphine de Vigan avec D’après une histoire vraie et celui d’Isabelle Monnin et ses Gens dans l’enveloppe. Passez une belle, belle journée et bien sûr ; lisez, écoutez de la musique et détendez vous…

Kate Price – The Isle of dreaming (qui fait partie de ma playlist et découverte grâce à Fondant O chocolat).

Et pour finir quelques messages personnels ;0) celui pour Louise que je remercie d’avoir retrouvée le chemin des blogs pour mon plus grand plaisir, celui pour Valérie à qui je souhaite de retrouver le bonheur de bloguer, pour Syl qui, je l’espère retrouvera très vite l’envie de revenir nous régaler de ses billets toujours savoureux et pour finir de gros gros bisous pour Touloulou à qui je souhaite de retrouver très vite la douceur et la sérénité… Bel automne à tous et toutes !! (source des photos)

Vos billets les plus tentateurs du mois de Juillet et d’Août

Littérature

Là où tombe la pluie chez les mots indigos (les premiers billets sur la rentrée littéraire commencent à tomber :0)

Prémices de la rentrée littéraire chez Kathel, et celles des poches, une sélection chez Jostein aussi, chez Mélo, chez Leiloona

Dans le silence du vent chez Tasha

Le fil chez Noukette

Un roman anglais chez Clara, chez Voyage au bout de mes livres

La fille du train chez MyaRosa

Derrière la porte chez Anis

Le passage chez Brize

Un bonheur si fragile chez A propos de livres

Le jardin blanc chez Milly

La séquestrée chez Litterama

Elle d’Harriet Lane chez Lewerentz

Femmes de rêve, bananes et framboises Chez l‘Irrégulière, l‘Ivrogne et Ciaoviva

La petite boulangerie du bout du monde chez Un autre endroit, et chez Book Inn Sofa

Histoire d’Irène chez Margotte

Ados :

La double vie de Cassiel Roadnight chez Sandrine

Lectures jeunesse :

La boutique vif-argent chez Faëlis

Monsieur Hulot à la plage chez Le petit carré jaune

BD :

Magasin général chez Moka

Je l’appelle Monsieur Bonnard de Joann Sfar chez Le petit carré jaune

Maus, tome 1 et 2 chez Jérôme

Me and the devil blues chez Louise par Merveille (mangas)

Films :

Sylvia chez l’Irrégulière (que j’ai envie de voir depuis si longtemps !!)

Recettes : 

Marie et ses pasta magiques

Le carrot cake chez Romanza

Des scones chez Estellecalim

Du lemon curd et tutti quanti chez Asphodèle

Divers :

La musique que j’aime chez Lewerentz

Un billet savoureux chez Galea avec la bonne nouvelle que l’on savait déjà

Deux visites délicieuses dans des librairies chez Aifelle et chez Antigone

Baignades dans la rivière chez Posie Gets Cozy

Un voyage en Irlande chez Fondant O Chocolat

Un anti moustique maison

Non à la rentrée littéraire qui commence en été chez Papillon (et je suis d’accord avec elle à 100%, la rentrée littéraire va de pair avec l’automne )

Les rendez vous challenges de la rentrée recensés par Titine

Songe d’un après midi d’été (toile) chez Gwenaëlle

Les bonheurs de l’été chez l’Irrégulière

Et je vous donne rendez vous début octobre pour de nouvelles tentations, bonnes lectures à tous !

Source des photos (clic)

Bilan du mois – Juillet et Août

De bien petits mois d’été mais comme je le disais ici je ne regrette rien. J’ai profité à fond de mon été et c’était très bien comme ça. Peu de lectures donc mais ce qui m’énerve un peu c’est que j’ai très peu lue de ma PAL, en effet deux des titres que j’ai lue (sur les 4) étaient des prêts. Et finalement une seule de ses lectures m’a vraiment enthousiasmée (l’hypnotiseur), les autres sont vraiment des lectures bof, bof, dont une pour qui je me suis vraiment forcée (Bains de minuit). Bon, on y va (en même temps ça sera vite fait ;0) Commençons par « Bains de minuit » de Clara Mouche, une lecture que j’ai déjà totalement oubliée et dont j’aurais pu me passer (mais chouette, un de moins dans ma PAL noire).  » La châtelaine de Mallaig » de Diane Lacombe, une lecture pas désagréable je dois dire, qui m’a entrainé dans le monde des chevaliers, façon « Trône de fer » (mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup plus soft). Un moment sympa mais une lecture déjà oubliée aussi. « Les chasseurs de tornades » de Jenna Blum qui m’a laissé un peu perplexe, j’avais hâte de le lire (celui ci faisait partie de ma PAL aussi) mais je m’y suis quand même beaucoup ennuyée, surtout durant la première (longue) partie. J’ai gardé le meilleur pour la fin ; « L’hypnotiseur » de Lars Kepler, un thriller que j’ai adoré et d’ailleurs bonne nouvelle j’ai déjà rédigé mon billet, vous devriez donc pouvoir lire mon avis dans les jours à venir.  Voilà, voilà un tout petit été de lectures c’est une certitude mais comme je l’ai dit à mon libraire quand je suis retournée le voir et qu’il m’a demandé ce que j’avais lu de beau cet été ; « presque rien mais j’ai nagé, nagé, nagé… » ;0) Ce à quoi il a répondu que c’était bien aussi, et je suis bien d’accord ;0) A bientôt pour un prochain bilan qui lui devrait être consacré à la rentrée littéraire. Bonnes lectures à tous !!

Source de la photo n°1 clic, source de la photo n°2 clic

. de Clara Mouche Le clan de Mallaig Tome 2 : La Châtelaine. de Diane Lacombe Les chasseurs de tornades. de Jenna Blum L'Hypnotiseur. de Lars Kepler

Un dimanche à la montagne

 Robert Doisneau – Vers Kufstein, Tyrol 1957

Le matin, réveil très tôt, histoire de sentir sur soi le souvenir de la fraîcheur de la nuit.

Un grand bol de chocolat, quelques bouts de brioches dorés.

Les garçons et leurs copains autour de la table, les rires et les gloussements.

La promesse pour eux d’une journée de liberté et d’une profusion d’oxygène.

Ils pourront crier de toute la force de leurs poumons, courir jusqu’à en perdre haleine.

Ils pourront oublier la rentrée, les cahiers, les contraintes.

C’est dimanche, et ils ne penseront pas à la semaine à venir

Ils oublieront celle qui est passé et le stress des premiers devoirs

Ils seront libres, heureux, en totale immersion dans cette nature encore vierge.

Ils passeront une journée magnifique.

Un souvenir qui sera comme une force pendant leurs longues journées passés sur des chaises.

Un souvenir comme une bouffée d’oxygène.

Peut-être même, ils en feront une de leurs plus belles rédactions.

Ils écriront  de leurs plus belles écritures le titre, tout en haut de leurs feuilles à grands carreaux :

 » Un dimanche à la montagne » !!!

Pour nos petits (et grands) écoliers qui ont repris leurs places sur les bancs !! Je leur souhaite à tous une très bonne année scolaire !!!

L’or (texte déjà publié sur mon 1er blog le 09 septembre 2012)