Extraits·Humeurs·Photos·Poésie

Nos cheveux blanchiront avec nos yeux, extraits

 » Au fond du jardin, une bande d’herbe est délimitée par la lumière du couchant. Je viens de l’apercevoir de ma fenêtre ce rectangle orange vif, brillant, avenant.
On dirait une couverture en laine, un hamac, quelque chose de tendre et de confortable. On dirait un peu de repos, un répit, un sourire. On dirait des glaçons dans un verre de sirop. On dirait le printemps. Une peau. On dirait une question d’enfant. Le temps d’écrire cela, la bande de lumière a disparue. L’herbe frissonne. Il fait nuit »
Thomas Vinau, extrait de « Nos cheveux blanchiront avec nos yeux », éditions Alma
Je vous souhaite de très belles fêtes de Pâques !!!
Ne mangez pas trop de chocolat… ou plutôt si  :0)
Bisous.
                                    Rabbit and Vase
                                    David Kroll – Rabbit and Vase – 2008 (Source)
Publicités
Défis lectures

4 jours, 4 livres… Bilan des deux jours suivants

Mercredi j’ai donc continué sur ma lancée et il ne m’a manqué qu’une trentaine de pages pour finir « Arluk » . Ce que j’ai donc fait jeudi matin. C’est une lecture passionnante, complètement dépaysante mais assez cruelle aussi, pas facile la vie au Groenland Arluk - Le chant pour celui qui désire vivre. de Jorn Riel  La suite de la journée a été plus chargée que prévu, je n’ai donc pas pu finir ma quatrième lecture prévu. J’en suis arrivée à une bonne moitié. Cette lecture c’est un roman graphique  « Céleste et la banque de rêves » Céleste et la banque des rêves Aujourd’hui est un jour férié chez moi. Vu que le temps reste triste, qu’il fait froid et que c’est un temps pour lire, je vais continuer sur ma lancée. Si votre programme est le même que le mien : bonne lecture !!
Et un p’tit bonus, un titre vitaminé et coloré de, la dynamique et joyeuse ; Zaz
Beaucoup de vitalité et de simplicité en cette chanteuse que j’adore
Défis lectures

4 jours, 4 livres… Bilan des deux premiers jours

Hier j’ai commençé par reprendre ma lecture « Nos pleines lunes ». C’est un roman très court, 150 pages environ. Je n’en étais qu’à la page 56, j’ai donc décidé de reprendre dès le début, ça m’a semblé plus logique pour pouvoir vraiment m’immerger dans mon texte. Nos pleines lunes J’ai décidé de diviser mes lectures en trois parties. Une petite pour le matin, une plus grande pour l’après midi, pour finir par la plus longue, celle de la soirée. Pour l’instant ça fonctionne très bien comme ça.

Hier soir j’avais donc fini mon premier roman. J’ai même eu le temps de commencer un recueil de poésie  » Correspondance » Une lecture que j’ai fini ce matin. J’ai donc eu le temps aujourd’hui de commencer mon troisième livre : Arluk - Le chant pour celui qui désire vivre. de Jorn Riel« Arluk »

Et je peux même vous dire que ce sont trois lectures qui m’ont entièrement séduite. Le premier est un coup de coeur, le deuxième est vraiment une voix comme je les aimes en poésie et le troisième, pour l’instant, remplit vraiment ses promesses. Ce soir je continue donc sur « Arluk » avec grand plaisir !! Bonne soirée lecture à tous ceux qui, comme moi, vont se plonger dans leurs livres :0)

Défis lectures

4 jours, 4 livres…

J’ai pris pas mal de retard dans mes lectures. La semaine dernière je n’ai pas lu une seule ligne de lundi à samedi, il n’y a que dimanche que j’ai lu un peu. Cela ne m’était pas arrivé depuis une éternité. Fatigue, besoin d’une pause ?!! Je ne le sais… Mais là, heureusement, l’envie revient…

J’ai donc pas mal de lectures partenariats en retard… Et là, en me promenant chez vous, à gauche, à droite, je tombe sur le billet de George et son dernier défi : 4 jours, 4 livres. Je me suis dit, tiens pourquoi pas… Certaines arrivent bien à lire quotidiennement un livre tous les jours. Pourquoi pas moi pendant quelques temps ?

Donc, me voilà partie dans ce défi à partir d’aujourd’hui jusqu’à jeudi.

Et je ne sais pas quel temps il fait chez vous mais chez nous, il a encore neigé !!!!!! Pas beaucoup, mais quand même, on est le printemps, oui ou non ?!!! Source photo

Bilan du mois

Bilan du mois – Février

 teachingliteracy: Reading Sherlock Holmes (by Lo8i)  Source des photos

Un petit mois mais trois coups de coeur et une lecture bonbon au miel. Ce qui fait donc un très beau mois !!

Mes trois coups de coeurs dont un jeunesse :

Les grandes espérances de Charles Dickens et adapté par Marie Aude Murail Les grandes espérances Une lecture dont je suis ressortie enchantée, je m’attendais à un texte sombre et finalement je l’ai trouvé plutôt joyeux et assez drôle. Une vraie réussite !!

– Dans l’ombre de la lumière de Claude Pujade Renaud  Dans l'ombre de la lumière Un gros coup de coeur. J’ai retrouvé avec bonheur la petite musique de Claude Pujade Renaud et un dépaysement total. Un grand plaisir de lecture

– Un album de silence de Françoise Lefèvre  Un album de silence J’ai éprouvé un grand besoin en février de me replonger dans la si belle écriture de Françoise Lefèvre. Comme d’habitude ça a tout de suite fonctionné. Des mots qui m’ont fait un bien fou. Je me retrouve comme dans un miroir dans ses livres.

Et ma lecture bonbon au miel :

– Irrésistible, Lucky Harbor tome 1 de Jill Shalvis  Lucky harbor - Lucky harbor, T1 Je me suis plongée avec délice dans cette lecture. Tout à fait ce dont j’avais besoin là aussi. Une lecture parfaite pour se remonter le moral.

Ma lecture pour le challenge « Objectif PAL Noire » :  Cette lecture c’est « Un album de silence » de Françoise Lefèvre. C’est le seul pour ce mois. George n’a rien lu cette fois.

PAL Noire – 7

J’espère pouvoir lire un peu plus le mois prochain, mais avec d’aussi belles découvertes !!

La bonne nouvelle c’est que les brouillons des billets sont presque tous fait, sauf le Françoise Lefèvre. Je vous souhaite de belles futures lectures.

Mes dimanches en mots et en photos·Petits morceaux d'écriture·Photos

Des mots, des figues et un bain au magnolia…

Je suis restée quelques longues minutes ce matin à regarder la pluie tomber. C’était beau, c’était serein. J’avais besoin d’une pause tranquille, d’une journée solitaire. Le vent soufflait autour de la maison. Loin d’être agressif c’était un son qui me berçait.

Je me suis assise à mon bureau, une tasse de café très fort à portée de main. J’ai repris mon texte là ou je l’avais laissé hier soir, tout en mangeant quelques figues fraîches. Ce goût, cette fraîcheur me donnait des envies de printemps.  J’avais la tête qui bourdonnait tant les idées se pressaient en moi.

Dans l’après midi je me suis levée pour m’étirer, j’ai regardé dehors et j’ai vu qu’il avait cessé de pleuvoir. Je suis sortie dans le jardin, j’ai ouvert la barrière pour me diriger vers la mer. Je ne sais pas combien d’heures je suis restée dehors à marcher mais l’air frais m’a fait du bien. Il ne faisait pas aussi froid que je l’avais craint.

Je me suis assise au bord des falaises, le paysage me coupait le souffle encore une fois. Pourtant je devrais être habituée maintenant à cette immensité sublime. La mer était calme, le ciel était dégagé, c’était un temps parfait pour rester dehors et imaginer le printemps qui serait là dans quelques semaines. C’était bon de sentir sur son visage le vent marin et ses embruns. J’avais l’impression que ça me purifiait de l’intérieur. Je me sentais régénérée, remplie, à nouveau, de cette énergie qui me faisait tant défaut depuis ces derniers jours.

Puis j’ai repris le chemin du retour, la maison m’attendait là, immuable comme le temps qui passe. Fidèle à elle même. Ma maison, mon refuge, mon havre.

Je me suis préparée une pleine théire de thé bien fort, bien réconfortant, en rajoutant une petite cuillerée de miel. Je crois que c’est après que je me suis endormie sur le canapé. J’ai eu, en me réveillant, une folle envie de me replonger dans mon livre commençé la veille. Je me suis installée devant le feu avec un verre de vin. Mais très vite j’ai eu à nouveau le besoin de bouger. Des petites fourmis me couraient sur les doigts, dans les chevilles. Il fallait que je marche. Que je me bouge pour oublier les pensées qui venaient, à nouveau, me torturer l’esprit.

 

J’ai erré quelques minutes sur la terrasse fermée qui longe la maison, j’espérais y trouver une sérénité qui me faisait défaut… Et mes pas ont fini par m’entraîner dans la cuisine où il faisait une chaleur bienfaisante. Il y flottait une bonne odeur de pommes.

J’ai fini par prendre un bain. Je me suis immergé longtemps dans l’eau qui était certainement trop chaude pour ma peau, pour mon coeur, mais c’était si bon. Les senteurs de Magnolia de mon huile de bain me faisait tourner la tête. Mais c’était peut-être aussi la température de l’eau.

Il faisait encore jour quand je suis sortie de la salle de bains mais j’ai tout de même rejoins ma chambre. J’avais besoin de rejoindre mon cocon, j’avais besoin de silence et de sérénité. Et j’étais sûre de trouver tout cela dans ma petite chambre sous les toits. Le lit me tendait les bras et j’avais envie de me couler sous les draps frais.

Mais j’avais encore du temps devant moi, quelques minutes, quelques heures peut-être même, avant de voir la nuit tomber. J’ai ouvert mon cahier, j’ai pris la plume.

Il y avait tant à dire…

Il y avait encore tant à vivre…

(Source des photos)

Humeurs

Cette petite ronde des jours…

457861_10150971774095909_77123348_o_largeSource

Voilà un paysage qui m’irait bien… La mer, le ciel qui se reflète dans les flaques… et des kangourous pour l’évasion complète… J’ai des envies de voyages, des envies d’autres horizons… Je me ferais bien un petit week end à la mer, elle me manque. J’ai des envies de printemps… des envies d’été… Le soleil est là depuis quelques jours, ça fait du bien, j’en avais besoin. J’aime l’hiver mais tout ce gris, sans neige en plus, commençait à me peser…

Quelques unes de mes lectures en cours sont terminés, l’une d’elle, lecture bonbons au miel, m’a donné cette petite parenthèse dont j’avais besoin (le 1er tome de « Lucky Harbor, Irrésistible » de Jill Shalvis). Une petite parenthèse sucrée, romantique et coquine à souhait. Une autre a été un coup de coeur, j’ai retrouvé avec grand plaisir la petite musique de Claude Pujade Renaud (« Dans l’ombre de la lumière »). Et un dépaysement total et divin. J’ai replongé encore une fois, avec bonheur, dans les mots de Françoise Lefèvre ( » Un album de silence ») exactement ce qu’il me fallait là aussi, comme une plongée en moi même, le reflet dans le miroir d’une autre mais qui me ressemble tant. « Ariel » (Sylvia Plath) aussi est une belle traversée, mais j’y vais doucement, sans bâcler…

D’autres lectures sont plus poussives et n’avancent guère, comme « Le docteur Jivago » dans laquelle je n’arrive pas à m’immerger. Et « Petitdernier » a mis un frein à nos lectures du soir, nos rencontres avec Ernest et Célestine ont donc fait une petite pause, mais je n’abandonne pas et compte bien lui redonner le goût.

Alors, voilà, la petite ronde des jours continue son bonhomme de chemin. Je m’accroche au wagon, me laisse porter par le vent. Je prends avec avidité les petits moments sympas, les petites douceurs du jour et je cherche l’apaisement et la sérénité qui me manque parfois… Dire que certains sont si doués pour ça… Pas moi… Mais j’apprends, et je continue à y croire…

Bon, vous l’avez compris, c’était ma façon à moi de vous dire que je me remets en route, doucement, sur mes nombreux chemins… et sur les vôtres aussi…