Humeurs

Pause d’été

Je me (re)mets donc sur pause, comme annoncé, bel été à tous et à toutes !!!

Rendez vous aux premiers jours de septembre.

A très bientôt, je vous embrasse.

Publicités
Albums enfants

ça sent bon la maman d’Emile Jadoul et Claude K. Dubois

  Le moment du coucher de nos tout-petits est un moment un peu délicat, un moment entre deux, un moment difficile de séparation, minuscule peut-être, mais parfois vécu douloureusement pour un petit bout. C’est un moment délicat, qu’il ne faut pas bâcler. Maman taupe le sait bien puisqu’elle prend le temps de lire une histoire et de faire un long câlin à son petit. Mais cela n’empêche, petite taupe ne l’entend pas ainsi. Elle a encore besoin de la présence de maman, de sa tendresse, de sa douceur. Et puis il y a les petites angoisses et les peurs liés à l’arrivée de la nuit, cela n’aide pas Taupinou à s’endormir, mais alors pas du tout. Mais maman taupe sait bien que son petit à besoin de sommeil (et elle aussi à la même occasion ;0) Alors elle ne cède pas, mais elle a une idée lumineuse (comme souvent en ont les mamans ;0) Elle donne à Taupinou son foulard qu’elle porte autour du cou. Ainsi Taupinou s’endort tranquillement, entouré qu’il est de l’odeur de sa maman chérie.

« Un peu de moi auprès de toi » dit maman taupe

Les illustrations sont adorables et délicieuses, des petites taupes tellement mignonnes qu’elles donnent envie de les papouiller et de les câliner… de les dévorer de baisers, de vrais doudous ;0) Elles sont adorables et craquantes, il n’y a pas d’autres mots !! J’adore ce que fait Claude K. Dubois ; c’est tellement doux, moelleux, chaleureux, d’une rondeur délicieuse !! Quelle tendresse dans ces pages, tellement que l’on pourrait croire la toucher. Une vraie merveille, j’ai été totalement conquise et touchée au cœur ! C’est vraiment une petite pépite qu’il faut avoir dans la bibliothèque. On pourra ainsi la ressortir indéfiniment, au moment du coucher. Un petit moment gourmand, de quiétude tranquille quand la nuit arrive et que nos tout-petits doivent dormir. C’est un vrai doudou cet album ;0) Je vous le conseille à 100% (oui, rien que ça ;0) Je l’ai même, pour ma part, exposé en tableau sur une des étagères de ma bibliothèque (où il a rejoint Lotte, fille pirate et Charlie le dragon ;0) Oui je fais ça souvent avec les albums enfants., j’en fais des petits tableaux, comme une vraie exposition d’art ;0)

« Taupinou se blottit contre Maman Taupe. Il a envie de rester comme ça tout le temps. »

Lu par Clarabel (clic) (et je me suis permise d’emprunter ses illustrations) ;  » ET C’EST ADORABLE ! Encore une fois. Le duo Emile Jadoul et Claude K. Dubois fait son beurre avec des histoires délicates, pleines de tendresse, aux illustrations douces et apaisantes. J’adore !  ♥ »

Jérôme (clic) ; « Le dessin de Claude K. Dubois est  à la fois simple et très expressif. En quelques traits il parvient à croquer une ambiance où le calme et la sérénité prédominent. On sent l’atmosphère bienveillante et chaleureuse de la maisonnée, le moelleux de la couette sous laquelle Taupinou finit par s’endormir et on se dit que décidément, il n’y a rien de mieux que l’odeur des mamans pour apaiser les enfants. »

Leiloona (clic) ; « Quel bonheur cet album ! Taupinou est un museau à bisous, j’aurais bien envie de le croquer de bisous ! Et ses petites menottes, raaaaaaaah. Trop chou. Les couleurs pastel, quant à elle, rendent l’ensemble bien douillet, bien cosy : on a envie d’habiter avec eux ! En arrière plan, rien ou presque … Ces deux-là s’entendent merveilleusement bien et on a très envie de partager la même chose avec son Tro’Gnon …

Mary (clic) ;  » Un concentré de tendresse et de câlins ! Voilà un petit album feutré, plein de douceur dans les traits et les couleurs, une ambiance toute intimiste à lire aux enfants (et aux parents!) amateurs de doudous, de lits douillets et de gros câlins. »

Galleane (clic) ; « C’est le mot qui décrit parfaitement l’album, touchant. Aussi simple que soit l’histoire, elle est touchante et l’enrobage lui amène la douceur qu’il faut pour faire craquer encore plus. Les dessins aux traits épais dégagent beaucoup de douceur, les couleurs utilisées accentuent encore plus cet effet. Cet album, c’est un petit bonbon, une petite friandise à déguster avec délicatesse.

ça sent bon la maman de Claude K. Dubois et Emile Jadoul

Ecole des loisirs, collection Pastel, septembre 2013

Tranche d’âge ; 3 à 5 ans

 Lu pour le challenge de Hérisson « Je lis aussi des albums 2017 » 1/10

Tentations de lectures

Vos billets tentateurs de cette 1ière moitié de l’année 2017

Même si cette première moitié de l’année était un peu au ralenti je me suis tout de même promenée un peu chez vous et j’ai noté quelques petites choses ; (Source de la photo (clic)

Littérature ;

Août

Si j’avais su que tu deviendrais si belle, je ne t’aurais jamais laissée partir chez MyaRosa,

Au détour du Caucase : conversation avec un cheval chez Saxaoul,

Juillet

Dérive sanglante chez Violette (que j’avais déjà noté)

La ferme du bout du monde chez Saxaoul,

Les sœurs de l’océan (poche) chez Clarabel,

Bonheur fantôme (sortie poche) chez Clarabel,

Juin

Farallon Islands chez Cuneipage, Lectrice en campagne,

Bondrée chez Mo’,

Le gardien des choses perdues chez Sandrion,

Quand sort la recluse de Fred Vargas chez Brize,

Une bouche sans personne chez Moka,

Mai

Tsubaki, le poids des secrets, tome 1 chez Un chocolat dans mon roman,

Quand sort la recluse (le nouveau Fred Vargas) chez Cathulu,

Le saut oblique de la truite chez Aifelle, Cathulu, Ptitlapin,

Fendre l’armure d’Anna Gavalda chez Cuneipage,

La fille sur la photo chez Antigone,

La tresse chez Stephie,

Une mer si froide chez MyaRosa (Thriller)

Sept femmes chez Aifelle (poche),

Chroniques de l’occident nomade chez Aifelle,

Hier encore c’était l’été chez Antigone (poche), Mo’, Soukee,

Au commencement du 2e jour chez Sandrion (pas du tout une tentation puisque je suis en pleine lecture de ce titre, j’en arrive d’ailleurs à la fin, mais j’ai envie de garder trace de son billet vu qu’elle est aussi enthousiaste que moi ;0)

Avril

L’odeur de la forêt chez Saxaoul,  Alex, Philisine Cave,

Le vertige des falaises chez Alex, Faelis,

Les filles au lion chez Alex, Noukette, Océane,

Mars

La chair chez Alex,

Cœur naufrage chez l’Insatiable Charlotte

Tenir, douleur chronique et réinvention de soi chez Aifelle

Février

Vie de ma voisine de Geneviève Brisac chez Aifelle

Janvier

Ecrire de Marguerite Duras chez l‘Irrégulière

Le nom des étoiles de Pete Fromm chez Aifelle

Je dansais de Carole Zalberg chez P’tit lapin,

Vie de ma voisine de G. Brisac chez P’tit lapin,

Une activité respectable de Julia Kerninon chez l‘Irrégulière,

Hiver à Sokcho chez Moka, Noukette, Sabine,

Dans le forêt chez Cuneipage (pas vraiment une tentation puisque déjà surligné dans ma LAL ;0) mais aussi Cléanthe, Dominique, Noukette, Aifelle, Violette,

La rivière des doutes chez Antigone

Mon dernier continent chez Antigone

Ados :

Avril

Le groupe chez Saxaoul, CuneipageLe petit carré jaune, Noukette, Faelys, Clarabel,

Jeunesse :

Juin

Jack le téméraire (BD) chez Clarabel,

Mai

La piscine chez Moka,

Avril :

La grande forêt chez Moka,

BD :

 

Juillet

Les deux vies de Baudouin chez Soukee, Mo,

Où le regard ne porte pas chez Soukee,

Les beaux étés tome 3 chez Mo’,

Edelweiss chez Faëlis,

Mai

Les enfants pâles chez Fanny,

Lady Sir de Fred Bernard chez Faëlys,

La guerre de Catherine chez Antigone,

Ecumes chez Moka, Noukette,

Avril

Cœur de bois chez Le petit carré jaune,

Portugal de Pedrosa chez Moka

Journal de mon père chez Aifelle

Les brumes de Sapa chez Saxaoul, Leiloona, Stephie,

Janvier

Le chat du Rabbin chez Alex

La fin du monde chez Antigone

Kamarades (plusieurs tomes) chez Clarabel

Cinéma :

Recettes :

Septembre

Le gâteau de Christelle

Juin

Comment faire du beurre d’amande

Avril

Tiramisu aux framboises chez Sandrion

Le riz pilaf chez Un déjeuner de soleil

Divers :

Mai

Superbe ballade à Bourges chez l’Irrégulière

Avril

Une promenade givernoise chez Aifelle

Janvier

Les souhaits livresques de Moka pour 2017

Lecture addictive·Littérature Française

Le temps est assassin de Michel Bussi

Le mot de l’éditeur :  » Eté 1989 La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux. Eté 2016 Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre. Une lettre signée de sa mère. Vivante ?  » (source Decitre)

Le temps est assassin est une de mes lectures de vacances de l’année dernière. Idéale à lire sous le soleil et sur une plage brûlante ☺ La couverture déjà est une incitation au farniente doré, une plage sublime, une eau couleur lagon, bref on s’y verrait bien. Et puis le sujet m’a semblé tout à fait sympa. Je n’avais jamais lu Michel Bussi et depuis le temps que je le voyais sur les blogs, le résumé me disait que celui ci était parfait pour une première approche. Et puis la Corse quoi….  comment résister franchement 😃

Alors verdict ?!! Et bien c’est assurément à classer dans le style addictif ! J’ai lu d’une traite la deuxième partie du roman sans pouvoir m’arrêter. Juste impossible à lâcher ! Clotilde et son histoire terrible, Clotilde la survivante, Clotilde qui en quelques secondes a perdu toute sa famille ; ses parents et son frère. Du temps d’après il n’est presque rien dit. Le livre commence alors que Clotilde revient en Corse, en vacances avec son mari et leur fille unique. Mais elle n’est pas seulement là pour bronzer, Clotilde est en quête de réponses, comment donner un sens à ce qui s’est passé quand elle était encore une simple ado ? Ni son mari ni son ado de fille ne semble vraiment touchés par le drame qu’elle a vécu, drame toujours non digéré par Clotilde (forcément, comment vivre après cela ?)). Clotilde se sent un peu seule, mais cela ne l’empêche pas de chercher la vérité malgré cela. Il y a le personnage du grand-père aussi, très fort et imposant, un homme de conviction, dans le genre solide et tête dur (très dur même ;0)

Dès son arrivée les évènements étranges commencent, et surtout le plus déstabilisant est là ; une lettre écrite par sa défunte mère. Comment sa mère pourrait-elle être encore en vie alors qu’elle est tombée dans le ravin avec les autres ? Mais si ce n’est pas elle, qui pourrait écrire ainsi à Clotilde et remuer le passé ? La vérité ne prendra corps que dans les dernières pages et je dois dire que le final m’a étonné, il est plutôt bien amené. La fin se dévore vraiment et on reste tout de même comme deux ronds de flan (😝 !!!)  devant ce dénouement qui nous est donné. En conclusion vous l’avez compris je recommande vraiment, une excellente lecture dans le genre addictif, à lire les pieds dans l’eau ; d’abord vous ferez un voyage tout à fait sublime dans cette Corse magnifiée, et puis c’est tout à fait entrainant (même si une histoire extrêmement cruelle, oui mais chut….)

Eté 2016, Presses de la cité