Albums enfants·Lecture jeunesse

Le principal problème du prince Prudent de Christian Oster

 » Le principal problème du prince Prudent, c’était bien évidemment sa prudence. Quand il partait à la guerre, il montait son cheval à l’envers, afin de voir si l’ennemi n’allait pas surgir dans son dos. Et alors il ne voyait rien devant lui, sauf de temps en temps, quand il se retournait, et que l’ennemi lui faisait face. Le prince Prudent perdait donc souvent ses guerres.  » (p7)

Oui bon, vous en conviendrez, c’est plutôt un problème de mener une guerre de cette façon là ;0) Evidemment ce prince là est vraiment trop, trop, prudent, et ça lui rend la vie, disons, un peu moins facile… Tout ceci se complique encore quand vient le moment de trouver sa princesse (en effet ses parents tiennent absolument à ce qu’il se marie). La qualité qu’il recherche en premier est bien logiquement qu’elle soit la plus prudente possible. Et quand ses parents lui présente une jeune fille au doux prénom de Prudence, il croit immédiatement que c’est réglé ; il l’a tient sa princesse… Mais bien évidemment la princesse est juste l’inverse ; elle est en réalité la princesse le plus imprudente qui soit ;

 » Elle montait à cheval dans le bon sens, elle se goinfrait de tartines de Nutella au petit déjeuner sans les faire goûter avant par personne, et, quand elle traversait le pont-levis au-dessus des douves de son château, elle ne regardait ni à gauche ni à droit pour s’assurer qu’un monstre hideux n’allait pas soudain sortir du plus profond des douves et venir la dévorer. » (p12)

Elle fait des tas de sottises loufoques et rend complètement chèvre ce pauvre prince Prudent. Le dernier test que le prince lui impose tourne mal, la princesse se fait enlever par un affreux géant. Ni une ni deux  le prince n’a aucune hésitation et se lance sur leurs traces, tout à fait prudemment bien sûr. Il harnache son cheval mais il prévoit tellement de « trucs » utiles, par prudence, que son pauvre cheval fait peine à voir à tirer la langue ainsi sous le poids de tout ceci.

Vous l’avez déjà compris ce petit roman illustré (de 7 à 10 ans) est vraiment très très drôle. Et les illustrations d’Adrien Albert sont très réussis elles aussi. Le géant vaut vraiment son pesant d’or, il est effrayant au possible avec ses ongles longs et pointus et son crane chauve (son tatouage est très original, mais pour comprendre il faut lire le livre :0) Au final ce prince Prudent est bien plus courageux qu’il ne le croit. C’est rigolo, un peu fou fou, légèrement tordu (le prince connaît un très bon ORL et possède un portable). Bref, tout ceci fait que vos enfants font l’adorer. En tout cas Petitdernier l’a beaucoup aimé !

La lecture de Clarabel juste par là (clic).

L’école des loisirs, collection Mouche.

Publicités

8 commentaires sur “Le principal problème du prince Prudent de Christian Oster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s