Extraits

« cappuccini caldissimi e con cacao… »

 » Et de fait, chaque matin, nous nous levons avec le soleil et prenons les petits chemins pentus à travers les prés pour aller jusqu’aux sources bouillonnantes tremper nos pieds et parfois plus. Le contraste entre l’air encore frais et l’eau très chaude est absolument délicieux, juste avant le petit déjeuner. Une légère brise souffle par moments, qui peut devenir un grand coup de vent, annonciateur d’une pluie qui va tomber en rafales sur la terre argileuse. Nous ôtons alors nos bottes et pataugeons dans la boue comme les deux enfants que nous n’avons jamais été, mais pouvons désormais être.

Quand nous avons vraiment trop faim, nous rentrons vite à la maison, essoufflés et sentant l’herbe et le thym, nous nous lavons, nous habillons et filons au village.

Au bout de quelques jours, le rituel est au point. Quand nous passons devant sa boutique, le boulanger et sa femme sont sur la route et nous tendent des morceaux de pizza bianca, de la pâte à pain très fine, trempée dans de l’huile d’olive, salée et passée au four une ou deux minutes. Nous les dévorons en grimpant la petite côte, trente mètres à peine, qui mène au Centrale. Là, nous nous installons au bar et commandons des cappuccini caldissimi e con cacao, brûlants, saupoudrés de cacao, avec une corbeille de croissants à portée de main.  » (p48)

Extrait de « Mille jours en Toscane » Marlena De Blasi - Mille jours en Toscane. Récit de Marlena de Blasi, éditions Mercure de France, 2011

Bon appétit ;0) et très belles fêtes de Pâques !! Et comme chaque année, pour Pâques, un tableau de David Kroll ; Roses and Blue and White Bowl, 2007  (source)

(Source des photos) Et pour le challenge des livres gourmands de Syl (clic) Des recettes chez ;

Syl – Iles flottantes et ses esquifs

Marion – La tomate-Mozzarella revisitée en œuf cocotte
Sandrion – Oeuf poché dans son petit pain
Louise – Oeufs lapins et œufs farcis au crabe et à la crème d’herbes
Asphodèle – Oeufs en photos !
Nahe – Frittata aux artichauts, aux oignons rouges et aux champignons
Hilde – Scotch egg pour Pâques

Publicités
Extraits·Humeurs·Photos·Poésie

Aquarelle des prés de Grantchester – Sylvia Plath

  

 » Dans l’enclos les agneaux de printemps se pressent. Silence

De l’air, argenté comme de l’eau dans un verre.

Ni près, ni loin.

La musaraigne couine dans son fouillis

De hautes herbes et on l’entend.

Chaque petit oiseau à tire d’ailes.

File dans les buissons avec sa parure.

Torturés de nuages, des saules sans effraies inclinent

Leurs troncs creux au-dessus de la Granta, redoublant

Leur monde blanc et vert dans l’eau transparente

Qui le reflète à l’envers.

Le canotier conduit à la perche

Dans l’étang de Byron

Les herbes s’écartent là où godillent les couvées de cygnes.

  

C’est un paysage dans une chambre d’enfants.

Des vaches tachetées mâchent en ruminant

Du trèfle rouge ou rongent des betteraves

Dans un halo de soleil  lustré comme un bouton d’or.

Bordant les champs

D’un doux vert d’Arcadie

L’épine aux baies sanglantes cache ses dards dans le blanc.

Drôle, végétarien, le rat d’eau

Coupe un roseau, nage hors de son refuge,

Les étudiants déambulent ou s’assoient,

Se tenant par la main dans l’indolence lunaire de l’amour

Vêtus de robes noires, mais ignorant

La douceur qui règne dans l’air :

Du clocher la chouette fondra, le rat poussera un cri. »

Sylvia Plath, poème faisant partie du recueil « Le colosse » 1960

 

A tous et toutes, je souhaite de très joyeuses fêtes de Pâques !!!

David Kroll  Hummingbird 2008 Source

Source des photos et là aussi

Extraits·Humeurs·Photos·Poésie

Joyeuses Pâques !!!

 » Les matins qui m’éloignent de toi sont des nuits

Il y a des heures sans fond, des journées blanches,

perdues, à vivre loin de toi. Chaque jour de la semaine, 

la buée sur les vitres de ta voiture et ta main qui s’en va.

L’odeur de ton écharpe et de ton rouge à lèvres.

Des kilomètres de lumière qui nous éloignent. Le bruit

rouge du réveil. Le temps qui manque, ce précipice. 

Et d’autres fois plus rien qui avance. L’impression 

persistante d’habiter dans une faille. Le soir, casser

des brindilles, souffler sur des braises et recoller nos

morceaux.  » (p79)

Thomas Vinau, extrait de « Nos cheveux blanchiront avec nos yeux », éditions de l’Alma

Encore une fois cette année j’ai choisi de passer ces fêtes de Pâques avec Thomas Vinau dont j’ai tellement aimé ce texte ; Nos cheveux blanchiront avec nos yeux.

Je vous souhaites de Joyeuses fêtes !!

David Kroll – White Rabbit – 2007 (source)

Source des photos

Extraits·Humeurs·Photos·Poésie

Nos cheveux blanchiront avec nos yeux, extraits

 » Au fond du jardin, une bande d’herbe est délimitée par la lumière du couchant. Je viens de l’apercevoir de ma fenêtre ce rectangle orange vif, brillant, avenant.
On dirait une couverture en laine, un hamac, quelque chose de tendre et de confortable. On dirait un peu de repos, un répit, un sourire. On dirait des glaçons dans un verre de sirop. On dirait le printemps. Une peau. On dirait une question d’enfant. Le temps d’écrire cela, la bande de lumière a disparue. L’herbe frissonne. Il fait nuit »
Thomas Vinau, extrait de « Nos cheveux blanchiront avec nos yeux », éditions Alma
Je vous souhaite de très belles fêtes de Pâques !!!
Ne mangez pas trop de chocolat… ou plutôt si  :0)
Bisous.
                                    Rabbit and Vase
                                    David Kroll – Rabbit and Vase – 2008 (Source)