Lecture addictive·Lecture jeunesse

Jonah, Tome 2, Le retour du sept de Taï-Marc Le Thanh

 » Avant de les rencontrer, Jonah était heureux. Juste heureux. Simplement heureux. Depuis qu’il les connaissait, son bonheur avait atteint des proportions inattendues. Un foyer lumineux était apparu au creux de son estomac, irradiant tout son être. Le sourire de sa mère y avait contribué, la douceur de sa voix aussi. Le timbre de ses paroles qui s’écoulaient comme autant d’éclats scintillant dans la pénombre de sa chambre. Les silences de son père y étaient aussi pour beaucoup. Sa présence rassurante et sa bonhomie naturelle étaient devenues indispensables à Jonah. » (p25)

(attention, à ne pas lire si vous n’avez pas lu le tome 1 les sentinelles clic) En général les suites ce n’est pas trop mon truc. J’ai toujours peur d’être déçue par rapport au premier tome et c’est parfois le cas. Ce qui fait que j’ai été plus qu’agréablement surprise par cette suite là. Pas de redite, l’effet surprise n’est pas exclu parce que ce tome 2 foisonne de nouveaux éléments. Encore une fois les pages se tournent toutes seules (ou presque ;0) et on va de rebondissements en rebondissements. Inutile de dire que je n’ai qu’une hâte ; lire très vite le troisième tome !! Dans cette suite Jonah a gagné des parents adoptifs qu’il aime, mais pas seulement. Il a aussi gagné des mains, seulement elles ne sont pas gratuites ; un « autre » a été livré avec ses mains là. Un « autre » qui essaye de prendre contact avec Jonah quand celui ci est dans un état second, ou quand il dort. Un « autre » qui lui laisse des messages sur sa table de chevet.

 » Il regardait interdit, la phrase qui était inscrite sur le morceau de papier. L’écriture était menue et tremblotante. Ce n’était assurément pas la sienne. La phrase avait été écrite avec le stylo à plume posé à côté, et de nombreuses petites taches d’encre bleue témoignaient de la nervosité de son auteur. Jonah se tourna vers la fenêtre. Se pouvait-il que quelqu’un ait pénétré dans sa chambre par effraction ? Il secoua la tête et regarda de nouveau le morceau de papier qu’il tenait en main. Trois mots y étaient assemblés en une seule et unique phrase ; « Je suis toi » (page 50)

Il y a toujours la présence de la créature et elle est toujours en chasse, est-elle un danger ou autre chose ?? (petite précision ; la créature a forcément un côté humain puisqu’elle a un gros faible pour les tartes aux myrtilles  ;0) Il y a le couple d’Adam et Véra qui prend plus d’ampleur, Véra qui gagne en puissance. Il y a le samaran qui met comme une vitre protectrice entre eux et la nature qui les combat. Jonah garde tout de même les soutiens qui étaient déjà les siens dans le 1er tome (difficile de parler de ce deuxième tome, je ne veux pas trop en dire mais tout de même, vous donner envie de le lire). Ce qui est sûr c’est qu’il y a toujours autant d’action que dans la deuxième partie du premier tome, ça bouge, ça étonne, ça met du soleil dans le ventre parce que ça reste lumineux, rien de sombre dans cette série (enfin, à mon sens, si je compare à « Nox » clic ou au Combat d’hiver de Mourlevat, attention je ne dis pas que je n’aime pas ces deux derniers romans que je cite, puisque je les adores, mais ils sont effectivement plus sombres et je n’ai rien non plus contre le côté sombre, c’est dit ;0). Bref une lecture très très agréable et qui change des parcours évidents des autres romans jeunesse. Il y a un côté fantastique bien sûr mais abordé d’une façon tout à fait différente.

En bref ? Une vraie réussite que cette série jeunesse, qui offre vraiment quelque chose de neuf et de très particulier. Je conseille fermement ;0) Maintenant je n’ai  qu’une hâte ; lire le 3ième tome !!

Jonah, tome 2, Le retour du sept

Taï Marc le Thanh

Editions Didier Jeunesse

Challenge billets rattrapage ; 2/52

Publicités
Bilan annuel

Mon top 4 jeunesse et albums 2017

Où je me rends compte en faisant ce petit top que j’ai vraiment peu lu en jeunesse et albums durant cette année 2017, pourtant d’habitude ce sont deux catégories que j’aime beaucoup, et en période difficile ce sont des lectures faciles à lire, qui enchantent et qui font voyager. J’ai lu quelques albums durant la période de Noël mais il y avait beaucoup de relectures.

Mais bref, commençons par les jeunesses ; Harry Potter et l’enfant maudit J-K Rowling - Harry Potter : Harry Potter et l'enfant maudit - Parties un et deux.  ce dernier tome rajouté qui est en fait du théâtre. Je ne voulais pas le lire au départ ; le théâtre c’est pas trop mon truc, et de plus cet opus n’était pas vraiment écrit par J.K. Rowling mais juste co-écrit, ce qui fait que je me méfiais un peu ;0) Au final la petite amie de Grandmoyen me l’a prêté et j’ai finalement vraiment apprécié. Il ne se lâche pas, les actions s’enchainent, et puis j’étais surtout heureuse de retrouver tout ce petit monde que nous avons tous eu beaucoup de mal à abandonner !! Même si Harry m’a paru un peu antipathique dans ce tome. Conclusion j’ai beaucoup aimé mais je pense que la série n’aurait pas souffert (du tout) de sa non-existence :0)

Il y aussi « Dans les branches » d’Emmanuelle Maisonneuve Emmanuelle Maisonneuve - Dans les branches.  Je pensais au départ partir sur un roman fantastique et puis pas du tout, le roman s’oriente vers un tout autre chemin et j’ai vraiment adoré. Un gamin redécouvre tout le plaisir qu’il y a à s’ébattre dans la nature et toute sa richesse, il quitte sa chambre et ses jeux vidéo pour poursuivre une aventure hors du commun. Difficile d’en parler sans spoiler, je n’en dirais donc pas plus mais sachez que j’ai vraiment aimé cette lecture jeunesse.

Pour finir les deux albums ; « L’hiver » et « Le secret de l’escalier » de Jill Barklem Jill Barklem - Les aventures des Souris des Quatre Saisons. que j’ai lu dans ce recueil là ; « Les aventures des souris des quatre saisons ». La vie de petites souris et des illustrations vraiment somptueuses, les maisons des souris sont des représentations des nôtres, c’est cosy, c’est douillet, un vrai bonheur :0)

Les bilans de Noukette et de Moka.

Albums enfants

ça sent bon la maman d’Emile Jadoul et Claude K. Dubois

  Le moment du coucher de nos tout-petits est un moment un peu délicat, un moment entre deux, un moment difficile de séparation, minuscule peut-être, mais parfois vécu douloureusement pour un petit bout. C’est un moment délicat, qu’il ne faut pas bâcler. Maman taupe le sait bien puisqu’elle prend le temps de lire une histoire et de faire un long câlin à son petit. Mais cela n’empêche, petite taupe ne l’entend pas ainsi. Elle a encore besoin de la présence de maman, de sa tendresse, de sa douceur. Et puis il y a les petites angoisses et les peurs liés à l’arrivée de la nuit, cela n’aide pas Taupinou à s’endormir, mais alors pas du tout. Mais maman taupe sait bien que son petit à besoin de sommeil (et elle aussi à la même occasion ;0) Alors elle ne cède pas, mais elle a une idée lumineuse (comme souvent en ont les mamans ;0) Elle donne à Taupinou son foulard qu’elle porte autour du cou. Ainsi Taupinou s’endort tranquillement, entouré qu’il est de l’odeur de sa maman chérie.

« Un peu de moi auprès de toi » dit maman taupe

Les illustrations sont adorables et délicieuses, des petites taupes tellement mignonnes qu’elles donnent envie de les papouiller et de les câliner… de les dévorer de baisers, de vrais doudous ;0) Elles sont adorables et craquantes, il n’y a pas d’autres mots !! J’adore ce que fait Claude K. Dubois ; c’est tellement doux, moelleux, chaleureux, d’une rondeur délicieuse !! Quelle tendresse dans ces pages, tellement que l’on pourrait croire la toucher. Une vraie merveille, j’ai été totalement conquise et touchée au cœur ! C’est vraiment une petite pépite qu’il faut avoir dans la bibliothèque. On pourra ainsi la ressortir indéfiniment, au moment du coucher. Un petit moment gourmand, de quiétude tranquille quand la nuit arrive et que nos tout-petits doivent dormir. C’est un vrai doudou cet album ;0) Je vous le conseille à 100% (oui, rien que ça ;0) Je l’ai même, pour ma part, exposé en tableau sur une des étagères de ma bibliothèque (où il a rejoint Lotte, fille pirate et Charlie le dragon ;0) Oui je fais ça souvent avec les albums enfants., j’en fais des petits tableaux, comme une vraie exposition d’art ;0)

« Taupinou se blottit contre Maman Taupe. Il a envie de rester comme ça tout le temps. »

Lu par Clarabel (clic) (et je me suis permise d’emprunter ses illustrations) ;  » ET C’EST ADORABLE ! Encore une fois. Le duo Emile Jadoul et Claude K. Dubois fait son beurre avec des histoires délicates, pleines de tendresse, aux illustrations douces et apaisantes. J’adore !  ♥ »

Jérôme (clic) ; « Le dessin de Claude K. Dubois est  à la fois simple et très expressif. En quelques traits il parvient à croquer une ambiance où le calme et la sérénité prédominent. On sent l’atmosphère bienveillante et chaleureuse de la maisonnée, le moelleux de la couette sous laquelle Taupinou finit par s’endormir et on se dit que décidément, il n’y a rien de mieux que l’odeur des mamans pour apaiser les enfants. »

Leiloona (clic) ; « Quel bonheur cet album ! Taupinou est un museau à bisous, j’aurais bien envie de le croquer de bisous ! Et ses petites menottes, raaaaaaaah. Trop chou. Les couleurs pastel, quant à elle, rendent l’ensemble bien douillet, bien cosy : on a envie d’habiter avec eux ! En arrière plan, rien ou presque … Ces deux-là s’entendent merveilleusement bien et on a très envie de partager la même chose avec son Tro’Gnon …

Mary (clic) ;  » Un concentré de tendresse et de câlins ! Voilà un petit album feutré, plein de douceur dans les traits et les couleurs, une ambiance toute intimiste à lire aux enfants (et aux parents!) amateurs de doudous, de lits douillets et de gros câlins. »

Galleane (clic) ; « C’est le mot qui décrit parfaitement l’album, touchant. Aussi simple que soit l’histoire, elle est touchante et l’enrobage lui amène la douceur qu’il faut pour faire craquer encore plus. Les dessins aux traits épais dégagent beaucoup de douceur, les couleurs utilisées accentuent encore plus cet effet. Cet album, c’est un petit bonbon, une petite friandise à déguster avec délicatesse.

ça sent bon la maman de Claude K. Dubois et Emile Jadoul

Ecole des loisirs, collection Pastel, septembre 2013

Tranche d’âge ; 3 à 5 ans

 Lu pour le challenge de Hérisson « Je lis aussi des albums 2017 » 1/10

Albums enfants·Extraits·Noël

Ma douceur de l’Avent du jour

 » Dehors, tout à coup, il se fit un grand bruit.

Je sautai de mon lit, courus à la fenêtre,

J’écartai les volets, j’ouvris grand la croisée.

La lune sur la neige brillait comme en plein jour,

Alors parut, à mon regard émerveillé,

Un minuscule traîneau et huit tout petits rennes,

Conduits par un bonhomme si vif et si agile

Qu’en un instant je sus : c’était le Père Noël »

 Extrait de l’album de Noël ; « La magie de Noël » de Clément C. Moore et Anita Lobel

Albums enfants

Ma douceur de l’Avent du jour, une idée cadeau pour les tout petits, l’album « Juste à temps pour Noël » de Holly Hobbie

Ce titre fait partie de la série : Tam Tam et Piccolo. Un petit album adorable que « petit dernier » avait beaucoup apprécié. Les illustrations sont vraiment craquantes, elle reflètent très bien une belle ambiance de Noël, chaleureuse et douce à la fois.

Tam-Tam s’est absenté du  » Petit bois de Coq en Pâte  » pour aller voir la tante Symphonie. Pendant ce temps, Piccolo l’attend avec impatience et prépare Noël en espérant que son ami sera là à temps pour la fête. Il fait tout dans les règles de l’art : la déco, les cartes de vœux, de délicieuses brioches aux pralines roses et le sapin.

PC270535

Il est aidé dans sa tache par Tulipe, un très mignon et très coloré perroquet. Mais il est inquiet : son ami sera t-il là pour Noël ? Tam-Tam finira par arriver, après quelques péripéties. Il neigeait si fort qu’il n’y avait plus ni bus ni taxis. Tam-Tam est obligé de rentrer à pied et de marcher dans la neige épaisse.

PC270533

PC270534.JPG

Bien évidemment tout cela finit très bien, il sera aidé par un mystérieux personnage, tout de rouge vêtu, qui le ramènera à bon port, en traîneau.

 » Tam-Tam raconta à son ami toutes ses aventures jusqu’à son extraordinaire retour.

– J’ai adoré la course en traîneau, ajouta t-il, j’avais l’impression qu’on volait.

– Je me demande qui pouvait bien être le conducteur, murmura Piccolo pensivement. »

Un bel éloge de l’amitié ! Super mignon. Un album adorable qui devrait être apprécié par vos tout petits.170937241

Et ceci est ma participation pour le challenge de Noël de MyaRosa (clic), ainsi que pour le challenge de Chicky Poo (clic) et de Samarian (clic) et le logo est d’Hilde (clic),

Article de mon ancien blog remis au goût du jour

 

Albums enfants

L’avie d’Isée de Claude Ponti

 Le mot de l’éditeur ;  » Le fabuleux destin d’Isée – Isée dort tranquillement dans son lit. Un livre posé contre sa bibliothèque se met soudain à grandir tandis que l’air d’Ah, vous dirai-je maman en sort. Alors, Isée entre dans les pages comme on passe une porte et se retrouve au beau milieu d’une forêt-ville à parcourir. Au cours de son périple, un monstre la met au défi de se transformer en « la chose la plus puissante du monde».
Sacré challenge ! Après réflexion et essais divers, Isée trouve une solution qui est à la fois une surprise, un clin d’œil, un pied de nez et un point d’orgue… »

 » Une maison n’a pas à être une maison monstre. Une maison, c’est fait pour abriter, protéger, tenir au chaud. Pas pour mordre ou détruire », pense Isée qui entre dans une maisonstre assoupie; »

Claudi Ponti ce sont des dessins totalement fantasmagoriques, étranges, fabuleux. Quel monde foisonnant, ça grouille d’inventivités, de détails. Chaque page, chaque illustration peut se regarder de longues minutes, il y a tant à voir, beaucoup à découvrir. Il y a ses jeux de mots très drôles, fantastiques et tellement originaux.

 » Isée entre dans le livre. Tadoramour, sa peluche chérie, la suit. Dans le livre, c’est une sorte d’autre côté, d’ailleurs autrement, connu et inconnu ; mystérieusement intéressant. »

J’ai adoré la fin et les derniers mots de cet album ou il est question de routes, de chemins, de passerelles, ect… Je n’en dis pas plus mais c’est une magnifique conclusion et une belle métaphore de la vie, en quelques mots tout est dit. Il me semble à moi aussi que la vie est un ensemble de chemins et de routes. Isée a une vie vaste qui l’attend, pleine de découvertes et de mondes et de routes à parcourir. Isée aura à vivre, à voir, à ressentir.

A part ça il y a des monstres qui font peur mais raisonnablement , des créatures étranges et bizarroïdes, des villes-arbres, des poissons à deux têtes (ect) C’est totalement inventif et gentiment fou.

Petit dernier l’a lu il y a déjà un p’tit moment, c’est vraiment un album a lire avec ses enfants, cela peut-être un échange magnifique ; et toi qu’as tu vu dans cette image que je n’ai pas vu ? Et partager cela avec lui. Si c’est un timide et qu’il a l’imagination silencieuse ou simplement qu’il n’a pas envie de la partager il le lira seul, ou le relira de son côté, c’est à mon avis un album qu’il ressortira souvent de sa bibliothèque tant il est riche. Claudi Ponti c’est un monde que nous connaissions déjà, plus petit il avait lu « Okilélé » et il l’adorait, le relisait souvent. C’est un auteur, à mon sens, incontournable pour les petits. Le format de l’album est un peu grand pour des petites mains je trouve, pas évident même de le tenir sur ses genoux, c’est vraiment un format géant mais c’est vraiment le seul bémol que je pourrais émettre.

Conclusion ; un magnifique album, un gros coup de cœur, il ferait d’ailleurs une excellente idée cadeau pour Noël ! Une autre lecture de Claude Ponti sur ce blog ; Okilélé (clic) et qui est aussi un coup de cœur.

L’avie d’Isée de Claude Ponti, de 5 à 7 ans

Ecole des loisirs, novembre 2013

Lu pour le challenge de Hérisson « Je lis aussi des albums 2016 » 5/10. Ainsi que pour le challenge d’Enna Petit bac 2016, dans la catégorie « prénom »

Albums enfants

Les pigeons du Luxembourg de Dorothée Noyon et Arthur le Diouris

Le mot de l’éditeur ;  » Monsieur Gosselin a décidé d’emmener toute sa famille au Salon de l’agriculture. Pendant leur absence, un voisin prendra soin des animaux de la ferme. Même des pigeons de la petite Manon ! Arrivés à Paris, chez leurs cousins, quel contraste pour les Gosselin : du bruit, des voitures partout !Vite, un coin de nature, allons au jardin du Luxembourg. Une surprise attend les enfants : une vieille dame, une charmeuse de pigeons. Elle est très gentille et va inspirer à Manon une bonne blague, ainsi qu’un échange ville-campagne très sérieux. »

Les pigeons sont sans doute les animaux les plus communs de la ville. C’est ce que découvrira la petite Manon qui , avec sa famille, quitte sa ferme (et ses chers pigeons) pour aller rendre une petite visite à ses cousins. La petite est au départ décontenancée, il y a beaucoup trop de bruits, de voitures, d’agitation… Mais ouf, même dans les villes on peut trouver du calme et de la sérénité ; il y a les jardins du Luxembourg ou l’on peut courir, s’ébattre en toute liberté, et puis surprise ; en ville aussi il y a des pigeons et la petite Manon découvrira que les pigeons sont un excellent moyen de ne perdre le contact avec ses cousins de la ville 🙂

 » Madame, pouvez-vous dire à mes cousins que les pigeons du Luxembourg se sont plu ici ? Ils se sont fait plein de nouveaux copains ! Venez vous voir à l’occasion – Manon »

 

Source de la photo ; Za

L’histoire est super mignonne et les illustrations sont traitées d’une façon originale ; elles sont en noir et blanc et seule la petite Manon est en couleur. Je dois avouer que ce n’est pas mon préféré de ce que j’ai pu lire à l’école des loisirs ces derniers temps.  Il m’a manqué peut-être un petit souffle de poésie, l’histoire m’a semblé un peu trop terre à terre mais il faut dire que mes goûts me portent plus vers la fantaisie et le fantastique en général, alors forcément 😉 Za, elle, a beaucoup aimé ; La lecture (clic) de Za ;

 » Voici un album tout en sourires, une ligne claire de bon aloi d’où émergent les deux couleurs associées à la petite Manon, le gris des ailes des pigeons. Les illustrations d’Arthur Le Diouris soulignent le texte sans l’alourdir, esquissent les décors. Les enfants courent, les pigeons volent, on suit l’histoire à ras du sol ou du haut d’une branche. Pas de message à deux balles non plus : on est bien à la campagne, certes, mais rien ne dit que les pigeons sont malheureux à Paris. On change de vie le temps d’une découverte, on retourne chez soi, on reviendra sans doute. D’autant qu’un brin de magie s’est peut-être mêlé à la promenade… »

Album de 5 à 7 ans

Ecole des loisirs, 2014

 Lu pour le challenge d’Hérisson « Je lis aussi des albums » 4/10