Littérature

Le rocher de Montmartre de Joanne Harris

 Le rocher de Montmartre Lecture commune avec Soukee , Tiphanie , Fransoaz et Mango

«  Le mensonge est une herbe folle dont on ne peut se débarrasser. A moins de pouvoir la contrôler dès le début, elle envahit tout, se propage, dévore et étouffe tout pour ne laisser derrière elle qu’un enchevêtrement stérile et sec. »

Ce livre n’est qu’autre que la suite de Chocolat, livre que j’ai vraiment adoré… (lu bien avant le blog, non chroniqué donc) Il y a eu une adaptation avec Juliette Binoche et Johnny Deep qu i a assez bien marché. Pour ma part je l’ai bien aimé mais sans plus, je l’ai trouvé plutôt fade par rapport au livre. Maintenant venons-en au « Rocher de Montmartre », Vianne Rocher est devenu Yanne Charbonneau. Mais il n’y a pas que son nom qui a changé, elle a décidé de se fondre dans le moule, de devenir anonyme parmi les anonymes. De devenir une petite souris grise qui se fond dans la masse et que personne ne remarque. Fini les vêtements et les bijoux colorés. Fini « Lansquenet » également, c’est maintenant à Montmartre qu’elles vivent. Mais c’est toujours d’une chocolaterie dont il est question. Anouk, sa fille, a bien grandi et est devenu à présent une jeune adolescente de 11 ans. Yanne a eu une deuxième petite fille, Rosette, qui a quatre ans. C’est une petite fille un peu spéciale, qui ne parle pas et qui vit dans sa propre petit monde. Yanne est désormais fiancé à Thierry, un riche entrepreneur, un homme plutôt banal et très terre à terre et qui ne sait rien de son passé ni de l’épisode « Lansquenet ».

Un nouveau personnage, qui prend beaucoup de place, puisqu’il fait partie des « trois voix » du livre, apparaît. Il s’agit de Zozie de l’alba, jeune femme très fantasque et originale, ressemblant un peu à la Vianne d’autrefois sauf que…. Les deux autres voix sont Yanne (alias Vianne) et Annie (alias Anouk). Le livre se partage entre ses trois là. Si j’ai aimé ce livre ?… Il est indéniable que j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire mais il n’a pas le charme certain qu’avait « Chocolat ». Bien sûr il y a toujours ces passages délicieux concernant le chocolat et la façon de le cuisiner de Yanne, passages absolument alléchants et gourmands qui donnent l’eau à la bouche et font briller les yeux… (surtout pour une vraie fan du chocolat comme moi, qui en est dépendante au plus haut point…) Mais je ne sais pas, ce n’est plus la même chose… « Chocolat » a été un vrai coup de cœur pour moi, ce n’est pas le cas pour celui-ci. Peut-être en fait, ne suis-je pas si fan que ça des suites (ça n’avait déjà pas trop fonctionné pour la suite de « Le mec de la tombe d’à côté »). Je ne suis pas très sûre que les suites soient une si bonne idée que ça… Mais bon, comme je le disais, j’ai tout de même passé un très bon moment en leurs compagnies.

Et il a aussi autre chose qui m’a plus qu’agaçé, c’est la présence de la magie ; si elle était aussi douce et légère qu’un duvet moelleux dans « Chocolat », dans ce livre là elle devient vraiment trop lourde, comme si l’auteur en avait vraiment trop appuyé le trait… La magie devient, sous les doigts de Zozie quelque chose de sournois, de manipulateur, de vraiment perfide et traître… Cela m’a vraiment déplu… J’ai trouvé aussi que le personnage d’Anouk, petite fille absolument craquante dans « Chocolat » était vraiment devenue terne et presque ennuyeuse, avec ses problèmes d’ado plutôt banals et sans aucune originalités… Et il a Yanne aussi, qui est dépeinte comme une femme fragile, à la merci de la première venue… Elle n’a, en effet, plus grand chose de la Vianne de « Chocolat » qui ne s’en laissait pas conter si facilement. Mais c’est vrai qu’ici l’attaque est plus sournoise, le curé de « Lanquesnet » était bien plus prévisible, on le voyait venir avec ses grands sabots… Qu’importe, il me semble que la personnalité de Vianne soit un peu trop effacé dans ce « Rocher de Montmartre ».

Mais il a tout de même plusieurs points positifs que j’ai aimés dans ce livre. Tout d’abord les présences féeriques de Pantoufle et du petit singe de Rosette. Tous les passages sur la fabrication (et les dégustations) du chocolat :

« Ce n’est pas seulement leur goût vous savez, la somptuosité du chocolat noir parfumé au rhum avec un rien de piment rouge, le centre moelleux qui fond délicieusement dans la bouche, le goût amer de la poudre de cacao dans laquelle elles ont été roulées, non, tout cela ne suffit pas à expliquer l’étrange séduction des truffes au chocolat de Yanne Charbonneau. C’est l’effet qu’elles produisent sur ceux qui les mangent peut-être. On se sent plus fort, plus vigoureux, plus réceptif aux couleurs, plus tactile, plus conscient de son corps, de ce qu’on a là sous la peau, de sa langue, de sa bouche, de sa gorge. »

Tumblr_ljjwzzwhud1qb9uyvo1_500_large Source

Le traitement fait du rapport entre mère et fille et celui fait de la difficulté à voir nos enfants quitter la délicieuse période de l’enfance et leur prise d’indépendance.

«  Anouk a onze ans maintenant. Certains jours, je peux presque ressentir cette terrible conscience du monde qui s’agite en elle comme un animal en cage. Anouk, ma fille de l’été, qui autrefois n’aurait pas plus été capable de me mentir que d’oublier de me faire un sourire. Anouk qui, en public, me donnait un grand coup de langue sur la figure en me claironnant à l’oreille : « Je t’aime ! » Anouk, ma petite étrangère, maintenant ma grande étrangère, encore plus secrète, en proie à des changements d’humeur, à de mystérieux silences. Anouk, avec ses histoires fantasmagoriques et cette façon de me regarder parfois, les yeux plissés, comme si elle essayait d’apercevoir quelque chose qu’elle avait presque oublié là, dans le vide, derrière ma tête » (p27)

Sa définition de la maternité (là, elle a marqué plusieurs points d’un coup….) p42 qui parle de toutes les peurs d‘une mère (et elles sont nombreuses…) :

« La maternité est une condamnation à la peur à perpétuité »

et de tous ses petits moments dont on s’aperçoit, seulement, qu’ils nous manquent au moment où on les a perdus :

« l’histoire non réclamée à l’heure du coucher, le baiser non donné… »

Et cette perception là, douloureuse :

«… et le moment terrifiant où la mère comprend enfin qu’elle n’est plus le soleil rassurant autour duquel orbite le monde de sa fille mais seulement un autre satellite tournant autour d’un soleil moins puissant »

Quelques petits piques pas trop méchants sur la religion p252. Et le calendrier de Noël tellement génial,, fait avec une maison de poupée et qui offre tout les jours une autre scène :

« C’est une grande maison de poupée, assez large pour remplir l’étalage avec son toit en pente taillé en biseau et sa façade peinte découpée en quatre panneaux qui permettent, en les relevant, de jeter un coup d’œil à l’intérieur. Pour le moment, ces panneaux-là restent baissés mais, à travers les stores que j’ai posés aux fenêtres, on peut entrevoir la chaude lumière dorée qui baigne tout l’intérieur…/… J’ai commencé par installer le décor. Un parc miniature autour de la maison. Un étang de soie bleue sur lequel évoluent des canards de chocolat. Une petite rivière. Une allée de cristaux de sucre colorés, bordée d’arbustes et d’arbres de papier de soie et de cure-pipe, le tout saupoudré d’une neige de sucre glace sur laquelle de minuscules souris de sucre candi s’échappaient de la maison dans une scène digne d’un conte de fées. »

Tumblr_lsv2p7tvvy1r112eqo1_500_large_large Source

Au final des passages vraiment délicieux, une lecture tout de même très agréable qui mérite sans doute que l’on se penche sur elle…

Publicités