Humeurs·Musique

Au revoir France…

 

Et avec elle tout un pan de ma vie qui s’en va (encore un).

Et tous les sublimes textes de Michel berger qui me revienne en mémoire…

« Et ces batailles dont on se fout,

C’est comme une fatigue, un dégout

A quoi ça sert de courir partout

On garde cette blessure en nous

Comme une éclaboussure de boue

Qui n’change rien, qui change tout… » Évidemment, extrait

Publicités
Humeurs·Noël

Très bonne année 2018 !!!

By pcholik

« Garde cette chance,

que nous t’envions en silence,

cette force de penser que le plus beau reste à venir »

Jean Jacques Goldman – « Puisque tu pars » (extrait)

Je vous souhaite à tous le plus beau et le meilleur à venir pour cette année 2018, le bonheur avec vos proches, la sérénité, la douceur et le miel ainsi que cette fameuse « envie d’avoir envie ». Je vous embrasse.

Humeurs·Noël

Et de huit !!!

By anamarkovych

Et encore une fois  j’ai laissé passer la date anniversaire, pourtant c’est bien le 03 décembre 2017 que ce blog soufflait ces 8 bougies. Le temps passe vite lorsqu’on est en bonne compagnie. J’en profite pour remercier toutes mes fidèles lectrices (et lecteurs, il doit bien en avoir quelques uns 😊). Merci pour tous les commentaires que vous avez laissés par ici, et surtout merci pour votre patience, pour toutes ces périodes où j’ai été absente par ici. Il faut dire pour ma défense que l’année 2017 n’a pas été  facile pour moi, pour notre famille, et j’ai du mal a garder intact mon enthousiasme ainsi que mon appétit de vivre, de lire… La vie n’est pas un long fleuve tranquille (sic) et notre blog reflète notre vie… Mais j’ai toujours été sincère, je suis donc incapable de faire comme si, ou de faire semblant. Forcément mon humeur s’en ressent par ici. D’ailleurs je voudrais encore réitérer mes remerciements pour votre gentillesse et vos commentaires toujours si réconfortants lors de nos deux deuils (nous sommes tous deux, mon mari et moi, désormais orphelins de pères, et ceci étrangement lors de la même année), j’avoue que cela m’a fait beaucoup de bien de vous lire, alors merci pour cela aussi , merci infiniment !!

Bon, ben voilà…  j’espère  retrouver mon souffle durant l’année 2018, ainsi que toutes mes envies pour pouvoir les partager avec vous. Je vous embrasse, en espérant ne pas vous avoir perdu en chemin😉

Albums enfants

La princesse des Neiges, idée cadeau de Noël pour les tout-petits

PC140415

Texte français de Lucile Galliot, illustrations de Lisa Evans, Editions Quatre fleuves

Voilà un conte inspiré du conte d’Andersen « La reine des neiges ») tout doux et tendre pour nos petits.

PC140407

Une princesse fête son anniversaire. Ses parents invitent du beau monde mais, malheureusement pour eux, oublient d’inviter La Fée des Glaces. Celle-ci, pour se venger, transforme le cœur de la Princesse en cœur de glace. La princesse est donc condamné à vivre dans un palais de givre enchanté construit par les onze fées du royaume. Sans cela, son cœur de glace fondrait. Ses parents ne peuvent lui rendre visite que dix minutes, sous peine de se transformer eux-mêmes en glaçons.

 » Chaque semaine ses parents lui rendaient visite emmitouflés dans d’épaisses fourrures et des couvertures se serrant l’un contre l’autre pour tenter de se réchauffer. La température était si basse qu’ils ne pouvaient jamais rester plus de dix minutes en sa compagnie. Un jour même, la froidure transforma la moustache du roi en une stalactite qui cassa net lorsqu’il embrassa sa fille »

PC140409.JPG

La princesse se sent bien seule mais par bonheur, les animaux qui vivent dans la montagne passent régulièrement la voir. Un jour, un ours blanc vient la voir et il ne repart plus.

 » – Je t’appellerais Arthur et nous deviendrons bons amis, lui dit-elle en ébouriffant son magnifique poil couleur de neige. Dès lors, les longues journées auparavant monotones se remplirent de jeux, de courses, de glissades sur le parquet gelé de la salle de bal, ou de descentes à califourchon sur les immenses rampes d’escalier. Arthur avait même le don de façonner d’incroyables bonshommes ou animaux de neige « 

PC140410.JPG

Mais les années passent et la princesse Blanche grandit et vient le moment de se marier. Les chevaliers viennent donc pour obtenir la main de la princesse, mais le temps de gravir la montagne de glace en haut duquel se trouve le palais de givre, et leurs armures gèlent et les chevaliers sont obligés de fuir et d’abandonner leurs armures. Mais tout ceci finit très bien évidemment.

J’ai eu un vrai coup pour cet album dès nos premières lectures, c’est un très bel album, idéal vraiment pour un cadeau de noël ou tout simplement pour faire rêver  nos petits durant cette période de l’avent. Les illustrations sont absolument sublime et tout à fait délectables, un vrai régal pour les yeux. Cela m’étonnerait que vos enfants n’aient pas les yeux qui brillent lors de la lecture. Les pages sont vraiment parfaites pour les fêtes, un papier très épais, du relief douillet sous les doigts, des paillettes, il a un vrai côté magique. En bref je vous le conseille tres fortement 😍❤

   Lu (relu 😉) pour le challenge de Hérisson « Je lis aussi des albums 2017 » 2/10, pour le challenge de Noël de Samarian et de Chicky Poo et pour le challenge de Noël de MyaRosa.

Noël·Read-a-Thon

RAT de Noël 2017 (à suivre tout le week-end jusqu’au dimanche soir)

Et me voilà encore une fois reparti pour un nouveau RAT de Noël, et cette année encore c’est organisé par Chicky Poo (clic) et Samarian (clic).

Vendredi 1er décembre ; Il est minuit dix environ et je ne vais pas tarder à aller me coucher (il ne s’agirait pas de  me réveiller demain épuisée, ça commencerait mal ;0) Hier j’ai fini ma lecture en cours qui était un petit conte de Noël d’Anne Perry ; Le voyageur de Noël. Ce soir j’ai donc entamé (tard !) une nouvelle lecture. Je ne savais pas du tout par quoi commencer, j’ai donc fait au plus simple et j’ai pris mon vieux recueil d’histoires de Noël publié par Harleq.in en 2010, j’ai continué là où j’en étais (c’est à dire là où je l’avais laissé il y a un ou deux ans ;0) donc à la deuxième histoire qui s’intitule « Rencontre en Alaska » de Debbie Maccomber (la première histoire du recueil que j’avais adoré est juste par là, clic). J’en ai lu une soixantaine de pages et je me suis arrêtée là. Je vous donne donc rendez vous demain matin, j’espère que vous serez là pour m’encourager :0)

Bon rat à toutes les inscrites !!!

Samedi 02 décembre ; Installée dans mon bouquin depuis un peu plus d’une heure je savoure à la fois le calme de la maison et ma lecture :0) Toujours dans ma petite romance j’en suis à une petite centaine de pages. Il fait froid et c’est un temps idéal pour un petit RAT. Hier quelques flocons sont tombés mais il ne reste déjà presque rien, c’est vraiment dommage. Je vous laisse à vos activités et retourne pour ma part aux miennes. Bonne continuation à toutes les inscrites (la liste juste par là chez Chicky Poo, clic et chez Samarian par là, clic) à tout à l’heure.

Samedi, 14h20 ; Ma première lecture est terminée, ça y est :0) J’avoue avoir été un peu déçue, il ne rejoindra pas mon panthéon de mes plus belles lectures romantiques. Cela se laisse lire bien sûr, les pages se tournent avec plaisir mais il m’a manqué une vraie atmosphère de Noël, un peu plus de romantisme (c’est incroyable comme on se marie vite en Alaska ;0) il m’a manqué une vraie atmosphère de Noël et j’aurais apprécié de suivre des petites ballades dans la neige et le froid. Cela manque de belles descriptions de l’Alaska par exemple. Mais bon, qu’importe, c’était tout de même une lecture sympathique. Pensons maintenant à ma prochaine…. que je n’ai pas encore choisi d’ailleurs ;0) Mais je pense que je vais d’abord prendre le temps de grignoter un bout et, aussi, de passer chez vous. A tout à l’heure !!

Samedi 18H52 ; De retour, après une pause goûter d’un peu plus de deux heures, et ceci pour (comme d’habitude ;0) un rendez vous avec ma sœur et ma maman (accompagné de mon mari ;0)  Alors bien sûr je n’ai pas beaucoup avancé depuis mon dernier compte-rendu, il y a eu la pause repas, puis les minutes passés à vous visiter et vous lire. Mais le point positif c’est que j’ai déjà trouvé (et commencé) ma deuxième lecture de ce RAT. J’ai choisi une lecture jeunesse que j’avais envie de lire depuis longtemps ; « Animale, la malédiction de boucle d’or » de Victor Dixen Victor Dixen - Animale - La malédiction de Boucle d'Or. Je ne suis pas très loin, donc ;0) mais pour l’instant ça me plait ! Je vais maintenant repasser chez vous encore une fois pour voir où vous en êtes et je m’y remets. A tout à l’heure !!

Samedi 23h38 ; Dans 2 minutes je suis au lit (ou presque ;0) Là je dois dire que je n’en peux plus, je me sens épuisée (bon, ce n’est pas seulement la lecture qui est en cause) et il est temps pour moi d’aller me reposer. Je fais juste un dernier point, juste pour vous dire que je suis arrivée à lire une centaine de pages d’Animale, ça se lit tout seul et j’ai hâte de lire la suite. Je vous donne rendez vous à demain, bonne nuit à toutes, reposez vous bien…

By sarahkjp Dimanche 03 décembre, 10h32 ; Un peu plus tard ce matin mais je suis là ;0) Je vais reprendre tranquillement là où j’en étais. Oh, et j’ai oublié de vous parler de mon album lu hier soir ; « Très cher Père Noël » d’Emma Chedid-Advenier et Dankerleroux Emma Chedid-Advenier et Dankerleroux - Trés cher Père Noël. Une lecture tout à fait adorable, un sujet très original (les enfants ont des demandes surprenantes) et des illustrations aussi délicieuses que des sucreries !!Très bonne lecture pour ce dimanche matin, à tout à l’heure !!

Dimanche 16h32 ; Ce week end de RAT passe de plus en plus vite !!!! Alors, depuis mon dernier compte-rendu j’ai lu quelques albums de Noël pour me mettre dans l’ambiance. J’ai replongé avec bonheur dans quelques albums achetés à mes enfants durant leur enfance, un acheté en 96 (ma fille avait deux ans ), un de 98 (ma fille avait quatre ans et nos garçons n’étaient même pas encore nés) et le dernier offert à Petit dernier qui avait à peine trois mois lors de son premier Noël ;0) Tout ceci m’a ramené loin en arrière et j’ai eu une petite bouffée de nostalgie ; est ce déjà si loin leurs enfance ??!! Enfin bref… en tout cas je me suis régalée avec les 3, qui étaient tout à fait adorables ; « Le Noël de Cannelle », « Joyeux Noël petit chat » et  » Humphrey prépare Noël ». Après cela je suis retournée à « Animale » dont il reste moins d’une centaine de pages à lire. Bonne après midi à toutes, à plus tard.

Résultat d’images pour le noel de cannelle d'anne mortimer Résultat d’images pour joyeux noël petit chat anne mortimer Résultat d’images pour humphrey prépare noel sally hunter

Dimanche 20h18 ; Voilà ce nouveau RAT de Noël qui se termine… en tout cas pour moi c’est sûr :0) Je me sens encore plus épuisée qu’hier soir même si je ne comprends pas pourquoi, d’habitude je tiens beaucoup plus longtemps et avec beaucoup moins de fatigue à la fin. Mais je me suis toujours promise d’arrêter de lire dès que l’envie n’est plus là, et là c’est le cas ;0) J’ai terminé « Animale » qui était vraiment assez passionnant pour me faire tenir jusqu’à la dernière page :0) Juste avant cela j’ai lu deux histoires de cet album des aventures des souris quatre saisons ; « L’hiver » et « Le secret de l’escalier », l’autrice est Jill Barklem Jill Barklem - Les aventures des Souris des Quatre Saisons.J’ai été incapable de résister à l’appel de mon recueil après la lecture des dernières avancées de Fondant Grignote (clic), elle venait juste de finir « L’hiver ». Je vous donne rendez vous demain pour mon petit bilan, bonne soirée à toutes !!

Littérature

Gabriële d’Anne et Claire Berest

 » Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l’heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d’un renouveau dans son oeuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient  » la femme au cerveau érotique  » qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire.
Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Etival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Ce livre nous transporte au début d’un xxe siècle qui réinvente les codes de la beauté et de la société. Anne et Claire Berest sont les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia. « 

 » Il est difficile de résister à quelqu’un qui vous veut terriblement. Il est impensable de résister à Francis Picabia » (p75)

Ce livre là aurait pu être un coup de foudre ; le thème de l’art, une femme à très forte personnalité, une vie exceptionnelle, bref, il avait tout. Ma gène est un peu par rapport au choix de style ; il est très journalistique, des faits et encore des faits ; c’est très factuel. J’aurais adoré que le livre soit entièrement construit comme les petites parenthèses d’Anne et Claire Berest. En effet a la fin de quelques chapitres les autrices rajoutent quelques remarques et analyses sur la dite Gabriële. Si le livre avait été tricoté de cette façon là, du début à la fin, il aurait été un véritable coup de cœur. (Estelle, elle, me retrouve par rapport à cette impression)

Ce que je retiendrais ; * le fait que Gabriele était déjà une femme au destin exceptionnel avant de rencontrer Picabia. En effet elle a été une des premières femmes à être admise à une école de musique, la Schola Cantorum, en classe de composition * un homme, sa passion des belles voitures (95) et opiomane * un amour surtout centré sur une complicité intellectuelle * Certains noms ; en effet on y rencontre ; Gabriel Fauré, Claude Debussy, Marcel Duchamp, Guillaume Apollinaire, ect (c’est un roman qui vous fait très souvent chercher des œuvres sur internet)

 » Jamais Gabriele ne parlera d’amour. Jamais elle ne dira : je l’aimais et il m’aimait. Ce qui se passe entre eux est un face-à-face d’où jaillissent la pensée et la création, c’est le début d’une infinie conversation, au sens étymologique du terme, aller et venir sur une même rivière, dans un même pays » (p27)

Ce que j’ai adoré  * une femme libre, refusant comme seul et unique choix et destin ; celui d’être une femme à marier * un homme dont on tombe un peu soi même amoureuse, un homme qui parle ainsi ;  » Il est des hommes qui tombent à genoux devant la jeunesse, d’autres devant la beauté, certains devant la gentillesse et la bonté, Francis Picabia, en ce mois de septembre 1908, succombe devant un esprit. » (p29)  Oui cet homme là me plait ;0) * l’art élevé à un niveau où il devient plus fort que tout * une femme intellectuelle pour qui la réflexion et la recherche du beau est dans les veines * la fugue et la petite parenthèse de plusieurs jours de quelques amis (Gabriele, Picabia, Marcel Duchamps et Apollinaire) à Etival (le village d’enfance de Gabriele) * Assister à la naissance d' »Alcools » le recueil de poèmes de Guillaume Apollinaire

 » La petite colonie prend ses habitudes. La journée, tout le monde travaille ou se promène dans les environs. Dès que la pluie cesse, ils partent en exploration vers la frontière « libre », en bordure de la Suisse. Ils s’habillent avec les manteaux en peau suspendus dans les couloirs de l’entrée, enfilent des pulls qui datent d’un autre siècle. Après leurs longues virées, ils rentrent trempés, jouent près du feu avec les enfants, aux jonchets, un jeu d’adresse composé de petits bâtons de bois, d’os ou d’ivoire, qui ressemble au mikado. Ils cuisinent sous les ordres de Guillaume, qui revêtu un tablier de servante, et retroussé ses manches, tandis que Marcel épluche avec concentration des légumes. Ces activités qui occupent les mains permettent aux esprits de se libérer, on parle poésie, peinture et révolution. Les heures les plus douces sont peut-être celles du silence partagé. Guillaume et Gabriële lisent avec tranquillité pendant que Marcel et Francis dessinent. Quelque chose de l’enfance est retrouvé, ils sont quatre frères et sœurs, quatre cousins, dans l’ennui des vacances. »   (p231 et 232)

Ce que j’ai détesté ; Qu’une femme, Gabriële, oublie ses ambitions et ses propres œuvres musicales pour un homme, si doué soit-il ! Est ce qu’un homme a déjà fait cela ??

 » Gabriële ferme les yeux, et soudain sous ses paupières surgit le train qu’elle devait prendre, ce train pour Berlin qui s’ébranle, emportant une partie d’elle-même, une idée d’elle, de cette musicienne qu’elle aurait pu être, et qu’elle ne retrouvera peut-être pas. » (p75)

Mais j’ai envie de quitter ce livre avec ces mots là ;

 » Arrivée dans le Jura Gabriële s’est mise à respirer. Elle peut enfin poser ses doigts sur le grand piano dans la salle à manger. Son esprit affüté dans les salons mondains demeure celui d’une montagnarde. Elle a besoin de rocaille, d’un ciel qui se mêle à la terre, d’épines des sapins, des grosses chaussures lacées jusqu’au mollets, de repas pris en silence après les efforts physiques de la marche et de la grimpe. Elle se lave de Paris. (p226)

Je finirais mon billet par cette remarque (d’Anne ou de Claire on ne le sait) qui me touche profondément, parce que je la sens mienne aussi ;

 » Je me sens regardée par des morts. Et je crois que, de façon générale, j’ai conduit toute ma vie de la sorte, depuis que je suis enfant.

En conclusion ;  des destins et des vies dédiés à l’art qui m’ont passionnés.

Lu par Antigone, Sylire, Saxaoul, Leiloona, Joëlle,

 Lu pour les matchs de la. rentrée littéraire 2017 Price Minister #MRL17

 Lu aussi pour le challenge de la rentrée littéraire 2017 chez Hérisson 1/6