Publié dans Policier ou thriller

Le doute de S.K. Tremayne

S-K Tremayne - Le doute.

Le mot de l’éditeur ;  » Un an après le décès accidentel de Lydia, l’une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft quittent Londres pour oublier le drame. Ils s’installent sur une petite île écossaise, qu’ils ont héritée de la grand-mère d’Angus, au large de Skye. Mais l’emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu. Le comportement de Kirstie, leur fille survivante, devient étrange : elle se met à affirmer qu’elle est en réalité Lydia. 
Alors qu’un brouillard glacial enveloppe l’île, l’angoisse va grandissant… Que s’est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l’une des deux soeurs a trouvé la mort ? « 

 » C’est incroyable, la vitesse à laquelle tout peut basculer… Quelle serait ma vie aujourd’hui si notre petite bande avait opté pour une table différente dans la salle, ou décidé d’aller dans un autre bar ? Mais voilà, nous avons choisi ce bar et cette table, et à minuit j’étais assise seule à côté d’Angus Moorcroft. Il m’a dit qu’il était architecte et célibataire. » (p14)

Si vous cherchez un thriller efficace pour cet été je pense que vous pouvez vous pencher sur celui là. Une fois qu’on y est, il est difficile de s’en libérer. C’est une lecture qui se fait rapidement ; forcément stressante, forcément troublante… certaines choses m’ont même mis mal à l’aise. Alors bien sûr, les thrilles c’est souvent assez ça ; la fin déçoit un peu (trop de suspens et de tension, redescendu en un plouf trop rapide et souvent tiré par les cheveux), on les oublies assez vite mais quand même, je dois avouer que pour celui là il y avait tout de même un grand plaisir de lecture, j’avais du mal à me détacher de ses pages.

L’île d’Eilean Sionnach à Skye dont l’autrice s’est inspiré (source de la photo ; Lucette)

Il y avait ce huis-clos sur l’île (et vous savez à quel point j’aime les huis-clos) et c’est sans doute ce qui m’a le plus accroché dans ce roman. Cela et son décor, cette petite île isolée, dangereuse (il y a les marées et les vasières), les tempètes, le vent et l’humidité. Ce n’est pas un climat facile et cette solitude, il faut en avoir envie. Pour les épauler il y a Josh, le meilleur ami d’Angus, il sera un soutien solide. Mais pour le reste… Leur fille survivante n’est pas bien accueilli par les autres enfants, c’est même de la peur qu’ils ressentent envers elle. Et le couple d’Angus et de Sarah n’est pas un modèle du genre, c’est un couple ankilosé, dont les ranceurs sont tenaces, ils ont beaucoup de mal à communiquer, à se soutenir mutuellement. Le deuil qu’ils ont à porter est tellement douloureux, compliqué aussi. C’est en effet un deuil encore plus difficile à accepter, à assimiler, puisque le double de la disparue reste sous leurs yeux. C’est difficile pour eux, c’est difficile pour l’enfant, qui est sans arrêt confronté à l’image de sa soeur morte.

La seule note de douceur dans tout cela c’est le chien de la famille ; Beano, que tout le monde adore et qui apporte tant d’affection. Je ne vais pas vous en dire plus, mais vraiment, l’atmosphère de cette île est vraiment à découvrir. On y ressent le froid, l’obscurité, la peur des miroirs, le dégout pour les rats, si nombreux « Il y en a partout. Je les entends la nuit, ils me réveillent quand ils piallent et se chamaillent dans les murs. A cause d’eux, nous avons fourré toutes nos provisions dans des paniers d’osier que nous avons accrochés à une corde à linge dans la cuisine. » (p99) Il y a l’humidité, les moisissures, et les peintures étranges, bizarres et angoissantes qui « représentent des sirènes et des guerriers écossais »des traces laissés par des squatteurs, qui se sont succédés dans la maison, alors qu’elle était abandonnée. Mais il n’y a pas que les mauvais côté bien sûr, il y a ce paysage sublime et grandiose ;

« S’il se réjouissait du bonheur de Josh et Molly, il jalousait la pureté de leur vie. Autour d’eux, rien d’autre que l’air, la pierre, le ciel, le verre, le sel, les rochers et la mer. Et le miel de bruyère des Hébrides. Angus lui aussi aspirait à cette pureté, il voulait plus que tout oublier les complications de la ville, retrouver la nature, la simplicité. De l’air frais, du bon pain, les embruns sur le visage » (p72).

On s’y croirait oui ; sentir le vent, la somptuosité du décor, les montagnes, la mer et ses eaux sauvages et non domptées. Et puis il y a cette langue gaéliques si poétiques, si mystérieuse et chantante. Rien que pour ce voyage dans les Hébrides et sa magnificence je ne regrette pas d’avoir plongé dans cette lecture !

Lu par Lucette, Clarabel, LewerentzRichard,

Lu pour le mois Anglais de Lou et pour l’objectif PAL d’Antigone

1546307567  

Publicités
Publié dans Lecture romanesque

Rendez vous au cupcake café de Jenny Colgan

Jenny Colgan - Rendez-vous au Cupcake Café.

Le mot de l’éditeur :  » Izzy est indéniablement douée pour la pâtisserie ! Ses collègues de la City se régalent chaque semaine des délicieux gâteaux qu’elle apporte au bureau. Elle tient ce talent de son grand-père qui a consacré sa vie entière à sa boulangerie. C’est à ses côtés, dans la chaleur des fournils, qu’Izzy a grandi et appris les secrets des cupcakes moelleux. Quand elle est brutalement licenciée, Izzy décide de suivre son cœur et de se consacrer à sa passion pâtissière.  C’est aussi pour elle une façon de rendre hommage à son grand-père dont la santé décline peu à peu… Mais ouvrir une boutique à Londres n’est pas de tout repos. La jeune femme découvre rapidement que de nombreuses personnes sont prêtes à lui mettre des bâtons dans les roues pour faire capoter son projet de Cupcake Café. Avec pour seules armes sa volonté sans faille et ses précieuses recettes, Izzy décide de se battre pour concrétiser son rêve. « 

 » Dans la cour, le bruit de la circulation semblait disparaître, comme si l’on se retirait dans une époque plus calme et plus douce. La petite rangée de boutiques, pêle-mêle, agglutinées les unes contre les autres, semblait sortie de « Harry Potter », et le numéro 4, avec sa porte basse en bois, ses angles biscornus et son ancienne cheminée, était la plus jolie d’entre toutes. « (p87)

Il y a des moments dans ma vie de lectrice où j’ai envie de lectures aussi légères qu’une meringue aérienne, de pages sucrées et gourmandes, de romances aussi délicates qu’un nuage de lait dans une tasse de thé, de miel et de douceur… Dans ces moments j’aime me tourner vers Jenny Colgan (entre autres). Depuis ma lecture de « La petite boulangerie du bout du monde », et de sa suite  » Une saison à la petite boulangerie », je suis fan de cette autrice ,ces romans faisait d’ailleurs partie de mon top 2016 de mes lectures bonbons au miel (clic). Elle sait donner une atmosphère délicieuse à ses romans, c’est toujours gourmand et réjouissant, et ceci d’autant plus que ses romans sont parsemés de recettes que l’on tester dans sa propre cuisine ;0) On se sent bien dans ses pages, A chaque fois que je me suis plongée dans un de ses romans je m’y suis sentie bien, un peu comme si j’étais installée sur une plage au sable fin, les doigts de pieds en éventail, avec une délicieuse friandise dans les mains. Vous voyez le topo ?!! Et bien oui c’est exactement ça pour moi un moment avec Jenny Colgan. Et encore une fois ça l’a fait :0) Alors bien sûr sa série de « La petite boulangerie » gardera sa place de choix dans mon coeur mais je garderais un très jolie souvenir de celui ci aussi.

Ce que j’ai adoré en particulier ;

* L’amitié et l’entraide entre copines ne sont jamais de vains mots chez Jenny Colgan, ça sonne beau, ça sonne juste. Alors que justement, dans la vie, c’est drôlement appréciable de se sentir soutenue et écoutée

* La situation de la petite boutique où Izzy choisit de faire son cupcake café, situé dans une petite ruelle, un peu reculée, à l’abri de l’agitation de la rue, comme un petit havre de paix où il fait bon de se refugier pour lire et déguster un bon café

* Le petit poirier « chétif et rabougri » installée devant son café, arbre aimé dans le quartier qui accueillera des petites tables et des chaises ainsi que des guirlandes électriques lors d’un anniversaire surprise ;  » C’était un lieu enchanté, un paradis privé regorgeant d’amis riants, de verres qui tintaient joyeusement, de gâteaux d’anniversaire, de tartes et de toutes sortes de cupcakes. » (p345)

* Le café lui même, incroyablement douillet et cosy, chaleureux en diable, avec ses vitrines remplies de bonnes choses, son canapé moelleux pour les couples et les enfants, sa cheminée « avec des livres sur son manteau », son percolateur orange et pop, son comptoir en marbre et ses gigantesques baies vitrées.

* Des personnages que l’on oublieras pas ; le grand père d’Izzy qui lui fait figure de père, l’adorable petit Louis, et celui d’un voisin commerçant, un homme qui cache bien des mystères.

* Et ses recettes de cupcakes, bien sûr ;0) Vous l’avez compris, l’histoire romantique n’est finalement que secondaire  ;0)

Franchement, une lecture savoureuse dont vous auriez tort de vous priver :0)

 » Mais ce qui comptait par-dessus tout pour Izzy, c’était ce qui se dégageait de ce lien : l’arôme de la cannelle généreusement saupoudrée sur de délicieux brownies fondants et moelleux, qui ne demandaient qu’à être engloutis quelques secondes après leur sortie du four (ce dont Louis se chargeait souvent), ou encore le parfum divin du coulis à la violette accompagnant le cheesecake aux myrtilles. (p175)

Lu par Bianca,  Capucine, Bidule et Cocotte, Et Soukee et Fondant ont adoré « La petite boulangerie du bout du monde » mais elle aussi le tome 2  » Une saison à la petite boulangerie » ; Soukee, Fondant. La lecture de Bianca du tome 1, la lecture de Bianca du tome 2. Si vous avez lu Jenny Colgan, n’hésitez à me donner le lien vers votre lecture en commentaire.

Lu pour le mois Anglais de Lou et pour le challenge Feel Good de Soukee

1546307567  109943791

 

Publié dans Petits bouts d'écriture

Le temps de vivre…

Prendre le temps de vivre, s’aérer la tête, s’enivrer de joies simples, de musique que l’on aime, les rires des enfants, l’herbe verte sous la plante des pieds. Et perdre son regard dans un ciel d’été, manger des fraises bien rouges, et puis courir en se donnant la main, rire encore, aux éclats évidemment, pour faire reculer les ombres et les cailloux du chemin, passer une soirée avec des amis, refaire le monde avec eux, parler avec passion de tout, de rien, de la vie qui passe, des années qui se font la malle, des enfants qui prennent des centimètres et qui murissent doucement comme des abricots au soleil. Parler de la pluie, du beau temps, des larmes et des tracas, des joies et des errances, des mauvaises routes et des certitudes, des doutes, oui les doutes aussi, parce qu’ils font partie de nos jours. Et puis les lettres que je t’envoies et qui sont sans réponses, tout ces mots que je t’adresse comme des bouteilles à la mer, comme des cris lancés dans le vent, destinés à mourir avant d’avoir atteind leurs buts. Et toutes ces épines que l’on trouvent au bord du chemin, qui écorchent, qui déchirent et faire juste avec, parce qu’il n’y a pas d’autre alternative… Vivre, parce que oui, on a encore l’envie, on a encore la niaque, celle qui fait tenir debout, celle qui empêche de vaciller, l’espoir dans le ventre des espagnoles comme le chante Léo Férré (« L’espoir » clic) et puis tomber parfois mais toujours se relever, attendre la main qui vous y aidera, même si parfois il n’y en a pas, mais se relever quand même… Regarder les jours qui viennent et ceux qui s’en vont, en retenir tout le sel et le poivre, se dire qu’on a quand même de la chance d’être là, d’être en vie, d’avoir de l’air frais dans ses poumons. Ne pas se laisser étouffer ni scléroser, continuer d’être en mouvement, tout comme les aiguilles d’une montre, ne pas s’arrêter, jamais. Etre là, présente mais absente aussi parfois… Et de plus en plus souvent, sans même que les autres ne le remarquent.

L’or

Texte personnel, non libre de droit.

Bon dimanche à toutes et tous !!

Publié dans Bilan du mois

Bilan lecture ; mars, avril et mai

Comme je vous le disais ici même, j’avais pour projet depuis déjà un petit moment de reprendre nos petits rendez vous mensuels, à savoir celui là ; mes bilans lectures. Dès le mois prochain j’essayerais de les publier d’une façon régulière et passer à de vrais bilans mensuels, donc comme le nom l’indique, le faire CHAQUE mois ;0)

Parlons d’abord des nouveautés ; une de mes lectures les plus marquantes de ces dernières semaines ; « Dans les angles morts » d’Elisabeth Brundage, vraiment difficile à lacher, une écriture très belle, une histoire vraiment addictive et des personnages que je n’oublierais pas. Un autre roman très fort également « Ne préfère pas le sang à l’eau » de Céline Lapertot, une lecture touchante qui ne laisse pas indemne, un sujet d’actualité et brûlant. C’est donc tout pour les nouveautés, ça fait peu mais je me suis rattrapée avec ;

Mes lectures PAL ; et je suis bien contente d’ailleurs d’avoir un peu avancée avec elle :0) Pour commencer un roman que j’ai beaucoup aimé ; « Jeanne des falaises de Catherine Ecole Boivin ; je m’attendais à un livre romanesque et j’ai eu une très belle surprise, il est question de liberté, de l’attrait de la terre et de la mer, et la difficulté de se détacher d’une mère (très) possessive J’ai ressorti aussi « Zola Jackson » de Gilles Leroy qui était depuis un très très long moment dans ma PAL ; un roman addictif et une fin que j’ai trouvé magnifique, je n’oublierais pas l’histoire de Zola et de sa chienne. Je me suis enfin décidée à lire aussi « J’ai toujours ton coeur avec moi de Soffia Bjarnadottir (clic) que j’ai vraiment adoré. Je n’en dirais pas plus puisque le billet est publié. J’ai lu « Baïnes » de FrancesCavalié (dont le billet-brouillon est déjà rédigé, y’a plus qu’à ;0) ; une lecture qui entraine et coupe le souffle, j’ai beaucoup aimé également (pas loin d’un coup de coeur d’ailleurs). De ma lointaine PAL également j’ai lu « La petite trotteuse » de Michèle Lesbre, très très beau, une lecture apaisante et douce et j’adore la petite musique de Lesbre.

Passons maintenant au BD ; « La forêt millénaire » de Taniguchi, très belle lecture également mais vous savez déjà à quel point je suis fan de Taniguchi, j’espère vous en parler très vite ! « Les jours sucrés » de Loïc Clément et Anne Montel (association d’auteurs dont j’ai lu aussi « Le temps des mitaines » récemment (clic), très chouette aussi, une histoire délicieuse et un dessin qui ne l’est pas moins. Pour finir une nouveauté BD ; « Les reflets changeants » d’Aude Mermilliod ; une vraie réussite également, une atmosphère de vacances, des illustrations très colorés que j’ai vraiment apprécié et une histoire croisée de trois personnages traversant des remous. Deux mangas aussi mais que je n’ai pas aimé assez pour prévoir d’en faire des billets ; « Man in the window » de Masatochi et Anajiro et « The ghost in the shell » de Shirow Masamune que j’ai n’ai même pas terminé.

Deux lectures jeunesse maintenant ; « Sauveur et fils, saison 1 » de Marie Aude Murail (clic) ; une vraie petite pépite mais je vous donne rendez vous vers mon billet ;0)  Pour finir un album jeunesse adorable et vraiment bien ; « Petites histoires de nuit » de la précieuse Kitty Crowther dont j’ai déjà lu pleins d’albums et que j’adore !! De belles lectures en conclusion et le mois de juin est déjà bien commencé ;0)

Elizabeth Brundage - Dans les angles morts. Céline Lapertot - Ne préfère pas le sang à l'eau. Catherine Ecole-Boivin - Jeanne des falaises. Gilles Leroy - Zola Jackson. Soffia Bjarnadottir - J'ai toujours ton coeur avec moi. France Cavalié - Baïnes. Michèle Lesbre - La petite trotteuse. Marie-Aude Murail - Sauveur & Fils Saison 1 : . Kitty Crowther - Petites histoires de nuits. Jiro Taniguchi - La forêt millénaire. Clément Montel et Anne Montel - Les jours sucrés. Aude Mermilliod - Les reflets changeants.  Masatoki et Anajiro - Man in the window Tome 1 : . Shirow Masamune - The Ghost in the shell Tome 1 : .

 

 

Source de la photo (clic)

Publié dans Read-a-Thon

Read-a-thon du mois Anglais 2018 (à suivre tout le week-end)

RAT anglais logo 2018.jpg

Ce Read a thon commence aujourd’hui pour se terminer dimanche soir minuit. Le billet de suivi de Lou,HildeFondant, TouloulouLadyDoubleHClarabelLilas, Bidib,  Kobaitchi ,lcath,

Pour ma part je ne commencerais que ce soir 20h, rendez vous donc dans la soirée. Je n’ai pas encore choisi ma 1ière lecture ; peut-être le dernier Jenny Colgan ou alors un Angela Huth (pas du tout ce qui était sur ma liste donc ;0) Ce qui est sûr c’est que ce sera une nouvelle lecture puisque j’ai fini ma dernière lecture en date ;  » Une ombre au tableau » de Myriam Chirousse. J’ai juste encore une BD en cours « Melvile, le tome 1 ». Voilà, nous verrons bien donc :0) Bon RAT à toutes les inscrites !!

Vendredi 15 juin ; Rien, nada, comme vous avez pu le constater. Comme je le disais à l’une d’entre vous les sorties avec ma fille ont tendance à s’éterniser et qui a cédé comme d’habitude ?!! Et bien c’est moi ;0) Faut dire qu’elle était tellement soulagée d’avoir fini une bonne part de son travail (révisions, examens, mémoire, soutenance, inscription aux facs, bref tout cela ne lui laissait pratiquement aucun temps pour des pauses) qu’elle avait envie d’enfin se détendre. Mais bon je n’ai pas regretté parce que nous avons vraiment passé une bonne soirée ! Nous avons fait une petite promenade dans un adorable petit village en Allemagne, juste après la frontière (à une heure de route de chez nous). Alors je vous fais un topo rapide ; un petit cocktail sur une terrasse ensoleillée (mais moi comme d’habitude à l’ombre) installée sur un balcon en surplomb d’une partie de la ville et vue splendide sur le rhin. Nous avons même pu voir plusieurs personnes qui faisait du ski nautique. Et puis finalement notre cocktail s’est prolongé avec des petites salades d’été ; j’avais choisi pour ma part une salade au saumon fumé et pour terminer une petite coupe de glace à la fraise (fait maison, un pur délice). Après cela ma fille a eu une subite envie de faire un bowling (et qui a cédé…. bon vous avez compris ;0) D’ailleurs elle a réussi à battre son père, ce dont elle était ravie bien évidemment (son père beaucoup moins :0) Bref, bref tout cela à fait que nous sommes rentrés finalement à 23H30. Mais j’ai tout de même tenue à lire un peu avant de dormir (non mais !), j’ai donc lu…. 29 malheureuses pages (bon l’essentiel c’est d’avoir décidé de ma nouvelle lecture) de « Rendez vous au cupcake café » de Jenny Colgan Jenny Colgan - Rendez-vous au Cupcake Café.

Samedi matin ; Euh, guère mieux, je n’ose à peine dire mon avancée, trente malheureuses pages. (je me fais toute petite…). Il faut dire pour mon excuse que ma fille a eu tout à coup (je crois qu’elle est vraiment décidée à ne pas me laisser lire ce week end ;0) des envies de grand rangement et (vous savez comment ça se passe quand quelqu’un fait du tri, vous n’avez qu’une envie ; participer !!) bien sûr qui a suivi ? C’est bibi ;0) Bref il est 14h30 et je n’ai qu’une soixantaine de pages à mon actif…. snif… Bon j’espère m’y mettre un peu maintenant mais qui sait ce que ma fille me prépare encore ;0) Mais d’abord j’aimerais passer chez vous et bien sûr je sens bien que ça va me prendre au moins une heure si je veux prendre mon temps ;0) Bon RAT à celles qui lisent vraiment ;0)

hannahkemp: “on the water//Montana July 2016 ”

Samedi après midi ; Je suis tout de même arrivée à une centaine de pages dans ma lecture :0) C’est pas folichon mais au moins j’ai lu. Bien sûr après cela il a eu ma sortie obligatoire (oui, oui ;0) du samedi après midi avec mon homme,  ma maman et une de mes soeurs. Nous avons pris le temps de papoter, et j’ai même fait un petit tour dans le coin lectures, et voilà il est déjà 20h45 ! Je crains fort que ce ne soit pas cette fois ci que j’exploserais mon score de RAT :0) Mais qu’importe l ‘essentiel c’est que nous passions toutes un bon moment toutes ensemble (et que je profite un peu de ma famille aussi en passant ;0) D’autant plus que nous allons prendre maintenant le temps de souper (enfin plutôt qu’une soupe cela sera plutôt une salade crevettes-avocat, il fait tellement chaud !) en famille, mais sans ma fille, qui est partie pour une soirée entre copains, elle ira danser aussi. Quand à GrandMoyen il est en vadrouille depuis vendredi, il devrait revenir demain dans l’après midi (n’oublions pas que c’est la fête des Pères ;0) Donc en fait de famille nous ne serons ce soir que trois ; mon homme, moi et PetitDernier ;0) Bonne soirée à toutes, avec ou sans lecture :0) J’espère que demain je serais plus performante !!! Oh et j’oubliais quelque chose de très important ; oui ma lecture est très bien et je m’y sens bien, c’est une vraie lecture doudou encore une fois (ce qui n’est pas étonnant avec Jenny Colgan :0)

flaneuresse: “petalier: “venice by yejistreppel on Flickr. ” blog for wanderers ❀ ”

BONNE FËTE A TOUS LES PAPAS !! Mais surtout au mien ; mon papa je t’embrasse et je t’aime, et au père de mes enfants, je t’embrasse et je t’aime aussi ;0)

Dimanche matin ; Ouf, j’ai enfin dépassée la centaine, j’en suis à 152 pages lues ! Ce n’est pas encore le top mais néanmoins j’avances un peu ;0) J’ai lu hier soir et un peu ce matin mais je m’y suis mise tard puisque mon homme m’a emmené déjeuner dehors dans une petite boulangerie-patisserie et c’était bien chouette, il faisait beau, nous étions installés à côté de la baie vitrée, trop bien ;0) Mais évidemment ce n’est pas ça qui a fait avancer le Schmilblick (pour ceux qui connaissent et pour les autres ; clic). Je vais m’y remettre un peu maintenant mais non sans avoir passé auparavant chez vous toutes. Bon dimanche et bonne lecture !!

Dimanche soir ; 248 pages à mon actif, c’est peu c’est sûr mais il n’empêche, j’ai passé un super weekend et j’espère que vous aussi ! Il est 21h46 et je me suis installée dans mon lit pour lire encore un peu. Je vous dirais donc demain ce que j’ai lu au final. J’aimerais bien continuer demain mais il faudrait d’abord que je le propose à Lou (que je remercie au passage pour ce super RAT). Bonne soirée à toutes et bonne nuit.

Publié dans Tentations de lectures

Vos billets tentateurs ; première moitié d’année 2018

  Ceci concerne tous les mois depuis le mois de janvier jusqu’au mois de mai. A partir du mois de juin je tâcherais d’être régulière pour ce rendez vous là, vous aurez donc, à nouveau, ma petite sélection tous les mois. Vous pouvez aussi consulter quand vous le voulez ma page consacré à vos billets tentateurs 2018 juste par là (clic). Et il existe d’autres pages aussi, je tiens en effet cette rubrique depuis l’année 2014 (toute mes pages sont disponibles tout en haut de mon blog, juste au dessus de l’illustration. Bonne dégustation ;0)

Littérature ;

Mai

Idaho chez Cuneipage,

Mon désir le plus ardent (le dernier de Pete Fromm) chez Lectrice en campagne,

Villa Taylor (en poche) chez Moka,

Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson chez Valérie,

Tous les soleils d’hier chez Lewerentz,

La vie parfaite chez PetitlapinAgathe,

Juste après la vague chez Alex,

Le dimanche des mères chez Moka, (qui n’est pas une nouveauté)

Le squale chez Lectures gourmandes,

Une ombre au tableau chez Lire au lit

Un mariage anglais chez Lire au litCathulu,

Avril

J’ai toujours ton cœur avec moi (déjà lu) chez Club Boréal,

Les garçons de l’été (sortie poche) chez Agathe

Tant bien que mal chez Cuneipage

Écoute la ville tomber chez Lectrice en campagne

Les infidèles (le dernier de Dominique Sylvain) chez Antigone,

Au petit bonheur la chance chez Myarosa,

Ni d’Eve ni d’Adam chez My Lou book,

Mars

Dans les angles morts chez FolavrilJostein,

Une immense sensation de calme chez Carré jaune,

L’archipel du chien chez Agathe the bookLeiloonaBlablablamia,

Mille petits riens chez Mya Rosa,

Des falaises (Poésie) chez Moka,

L’atelier des souvenirs chez Nadael,

Février

Ne préfère pas le sang à l’eau chez Au fil des livres,  chez Leiloona,

Millenium blues chez Jostein,

Et mon luth constellé chez l‘Insatiable Charlotte,

L’art de perdre chez BrizeSaxaoul,

Fanny qui me rappelle que je dois absolument lire Le garçon

Le poids de la neige chez MokaKathel,

Juste une orangeade chez Lucette,

L’infinie patience des oiseaux chez La lectrice en campagne, chez Nadael,

4321 de Paul Auster chez La lectrice en campagne,

Maria chez AifelleAntigonePetit carré jauneP’titlapinBrizeMots pour mots,

Une verrière sous le ciel chez AntigoneAifelleLeiloona,

Double fond chez Marilyne (déjà dans ma PAL),

Janvier

Chanson de la ville silencieuse chez l‘Irrégulière,

Une longue impatience chez Asphodèle,

Comme le crystal de Cypora Petitjean-Cerf chez Cuneipage,

Eparse de Lisa Balavoine chez Au fil des livresLeiloona, l‘IrrégulièreAifelle,

Mistral perdu ou les évènements chez Au fil des livres, Saxaoul, Ma rentrée littéraire,

Les guerres de mon père chez Antigone,

Me voici chez Nadael,

Linéa Nigra chez Folavril,

Le syndrome de la vitre étoilée chez Lucie, l‘Irrégulière,

Je me promets d’éclatantes revanches chez Bulles d’air,

La mer en hiver chez Samarianles sorcières lisentUn chocolat dans mon roman,

Rentrée littéraire d’hiver chez Leiloona,

Rentrée littéraire d’hiver 2018 chez Lettres d’Irlande,

thestudyingcabin: “Completely in love with my journal of plants, herbs and medicinal flowers! It feels like I’m writing down magic secrets ^^ ”

 

BD ;

Mai

Les petites distances chez Moka,

Je vais rester chez AntigoneFolavrilMo’,

Bonjour tristesse chez ClarabelNadael,

The end chez AntigoneNouketteMo‘, Nadael,

Le sculpteur chez Cuneipage (que j’ai déjà lu)

Avril

Le bleu est une couleur chaude chez Saxaoul

Les beaux étés chez Saxaoul,

Mars

Les gens honnêtes chez Moka,

Février

Moi aussi je voulais l’emporter chez FannyKarine,

Quatre soeurs, le tome 4 Geneviève chez NadaelClarabel,

Je ne suis pas d’ici chez Le carré jauneMo’,

L’homme gribouillé chez NouketteMo’Jérôme,

Janvier

Peindre sur le rivage chez Syl,

Betty Boob chez AntigoneNouketteMo’,  LeiloonaKarineDepuis le cadre de ma fenêtre,

Les reflets changeants chez leiloonakathel, Sabine, Mo’,

Beauté chez Moka,

Moi aussi je voulais l’emporter par là, repéré chez Karine,

Frida, petit journal intime illustré chez AntigoneMoka, Lucette,

qet: “Angex Lin ”

Ados ;

Mai

Nous les menteurs chez Clarabel,

Mentir aux étoiles chez Nadael,

Je suis ton soleil chez Fondant

Sauveur le tome 1 chez Fondant,

Avril

On se revoit quand ? chez Nadael,

Sauveur le tome 4 chez Nadael,

Mars

Mes nuits à la caravane chez Clarabel,

Février

Blood Family chez Nadael,

convexly: “Diary of a young woman by betulvargun on Flickr. ”

Jeunesse ;

Mai

Rosalie et le langage des fleurs chez Moka,

Tutti fritti chez Nadael,

Avril

Solaire chez Moka,  Nadael,

Frida par Benjamin Lacombe chez Moustafette,

Recettes ;

Mai

Verrines aux fraises chez Sandrion,

Hamburger maison chez Sandrion,

Avril

Tarte au citron chez Sandrion

Pâté de Pâques berrichon chez Syl,

Mars

Scones Again chez Sandrion,

Février

Tiramisu au Bailey’s chez Madeleine Miranda,

Boulettes de pomme de terre chez Syl,

Brioches à la cannelle chez Nath,

Janvier

Saumon en croute chez Sandrion,

Buche au citron meringuée chez Enna

coffeeandmoorland: “When your Sunday is full of rain, reading, and lots of coffee ☺️☕️👌🏻 ”

Divers

Mai

Antigone qui partage les coups de coeur de la blogo,

Fondant qui nous raconte son quotidien de lectrice ; « Où, quand et comment lire au chalet ? »

Fondant qui nous donne l’ABC de ses bibliothèques

Avril

George qui fête ses 9 ans Georges

Janvier

Un billet et des photos familiales très émouvantes chez Sandrion (ce projet 52 est vraiment une belle idée)

J’espère que vous aurez eu le courage de survoler le billet jusqu’à là ;0) Rendez vous le mois prochain !!

Publié dans Lecture jeunesse, Littérature Française

Modèle vivant de Carole Fives

Carole Fives et Rascal - Modèle vivant.

 » Je trépigne. Mais ça fait déjà quinze ans que je trépigne. Quinze ans à maudire cette enfance qui n’en finit pas, où les autres décident tout et toujours à votre place, sans jamais vous demander votre avis. L’adolescence est ce long tunnel avec au bout une infime lueur, si fragile, la majorité, l’âge adulte où je me promets de vivre, enfin, comme je l’entends.  » (p49)

  Cette lecture va vite, très vite. Il faut s’accrocher au wagon et ne pas se laisser éjecter. L’impression d’être un peu sur une pente glissante et dont l’inclinaison serait toujours plus raide. Carole va vivre des jours intenses, dont la profondeur la marquera durant toute sa vie.

Il y a l’art dans ses pages, l’art plus fort que tout, qui régente une vie et des jours. L’envie de s’exprimer et de dire ce qui submerge les jours. Il y a un amour qui vient vite et qui bouleverse la vie.

Carole a une passion pour le dessin  » Ces mots, je les exprime avec le dessin, avec la rage du fusain, des couleurs, du trait » p28 (le roman commence d’ailleurs par un cours avec Ulrich, prof de dessin). Ces parents sont séparés, son frère est resté avec sa mère et elle même vit avec son père. Carole regrette d’ailleurs à ce sujet que les liens avec ce frère soient devenus moins soudés. Ils se voient peu, ont perdus un peu de leur complicité, et elle le regrette ;  » Julien et moi ne vivons plus ensemble et, d’une certaine façon, nous avons divorcé nous aussi. Nous ne nous voyons plus que pendant les vacances scolaires. » (p20) Arrive ce qui doit arriver, l’arrivée d’une belle mère pas très tendre, ni particulièrement bienveillante vient perturber la vie de la jeune fille. Son objectif c’est d’évincer Carole, la relation qu’entretient Carole et son père (forcément forte puisqu’ils sont un binôme) n’est pas du tout au goût de Josiane (la belle mère) et dès le début elle le fait savoir.

L’avenir pour Carole est donc un changement de lycée, de région, un déménagement donc, pour vivre à trois désormais. Carole voudrait profiter de ces vacances (direction les châteaux de la Loire) partagés avec son père et son frère, pour faire changer les projets de son père. Mais rien ne va se passer comme prévu. En effet elle va rencontrer un garçon, au coeur de l’été, au bord d’une rivière de Montrichard et le reste lui paraitra tout à coup très secondaire. Carole a quinze et elle n’a jamais eu de petit copain, c’est donc sa première rencontre amoureuse. Son père n’est pas quelqu’un de trop rigoriste et lui laisse la liberté de rejoindre ce garçon durant quelques jours avant la rentrée et ces jours là seront inoubliables pour Carole. Elle les portera en elle toute sa vie.

Ce roman est un roman jeunesse mais il peut tout à fait être lu comme un roman qui n’aurait pas cette classification. C’est beau, émouvant et on se sent très proche de Carole qui vit une intensité si singulière durant un très court laps de temps. Ces jours là sont comme une parenthèse hors du temps justement. C’est très fort et je garderais un souvenir puissant de cet été passé avec cette jeune fille (c’est une deuxième lecture pour moi, il faisait d’ailleurs parti de mon Top 10 jeunesse 2014, clic). J’espère vraiment vous donner l’envie de le lire !

« Quel plus bel endroit pour vivre qu’un atelier ! Comment se sentir mieux entourée ? L’odeur, les couleurs, tout vous rappelle à chaque instant l’essentiel : l’art, l’expression de soi. » (p75)

 » – J’étais en peinture reprend José, mais les profs ne comprenaient rien à mon travail. Il fallait toujours se justifier. Pourquoi j’utilisais telle couleur, pourquoi tel format, pourquoi tel sujet ? ça m’a vite gonflé. A un moment, je leur ai dit que si je peignais, c’était justement parce que je n’avais pas les mots. » (p42)

Lu par Nadaël également ;  » Un roman tour à tour rayonnant et grave sur l’adolescence, ses confusions et ses joies, sur l’art et la beauté, sur l’amour et la liberté, sur le deuil aussi. On ne peut qu’éprouver de l’empathie pour Carole et José, deux êtres terriblement émouvants et tellement « crédibles ». Roman d’autant plus poignant que l’histoire est en partie autobiographique. »

Modèle vivant

Carole Fives

Ecole des loirsis 2014

Collection Médium, conseillé pour 13 ans et plus

 Lu pour mon challenge projet 52, billet rattrapage 4 /52,  catégorie 3 ; relu intégralement