Désillusion….

Aujourd’hui ce n’est pas du tout de lecture, ou de cinéma, ou de musique, ni même de poésie dont j’ai envie de vous parler… C’est quelque chose de bien moins agréable. Au fond, je me dis que ce n’est pas étonnant que le monde soit tout le temps ravagé par des guerres et des conflits, quand vous voyez que même au sein de l’école il y a déjà les premiers prémices… C’est inquiétant mais on le lit partout, la montée de la violence est d’actualité dans les écoles. Il y a des actes de violences de plus en plus terrible. Cela avait déjà touché ma fille ainée de 18 ans au milieu de cette année scolaire, plusieurs elle s’était fait agresser par la même personne. Le personnel du lycée s’est plutôt montrée à la hauteur et ça s’est calmé.  Là, cette fois,  c’est Petitdernier qui en a fait les frais. Quatre élèves l’ont attrapé, (ça a commençé banalement par une dispute entre deux copains) bien sûr tous plus agés que lui, dont certains de deux classes au dessus, et l’ont entrainés à l’écart pour que les maitresses ne voient pas (la cour de l’école est petite, je ne vois pas bien quand même comment ça a pu arriver) et là il a subi des injures et pendant que certains le tenaient d’autres lui ont donné des coups de pied. En soi, c’est déjà inacceptable, je trouve ça vraiment écoeurant de s’en prendre à un plus petit et en plus se mettre à plusieurs comme ils l’ont fait. Mais ce qui m’a dégoutté encore plus c’est la réaction d’un des pères à qui on eu l’occasion de parler juste après. En gros son fils n’avait rien fait et il fallait que nos parlions aux autres parents. Nous n’avons pratiquement pas pu parler, tellement il a monopolisé la parole.

 Bon, déjà ça c’est pas génial non plus. Mais je crois que le pire c’est quand j’ai demandé un rendez vous avec les maitresses (la sienne et celle qui était présente lors de l’incident). Nous y sommes allés tout à fait confiant, certains que nous serions écoutés, et qu’on allait nous proposer quelque chose. Petitdernier était présent lui aussi. Mais j’ai été extrèmement choqués par leurs propos, surtout par celle qui était présente, la directrice en plus. Elle a du en parler dans sa classe (puisque les enfants responsables étaient dans sa classe) et les enfants ont niés avoir frappé (comme si le reste n’était déjà pas suffisant). Conclusion les maitresses ont remis en question la parole de mon fils, comme si tout le reste ne suffisait pas. On nous a dit que les enfants n’hésitaient pas en général à le dire quand ils avaient frappés, et qu’ils avaient vraiment insisté sur le fait qu’ils ne l’avaient pas fait. Comme si on entrainait un enfant à l’écart, en le trainant, en le tenant, pour parler des paquerettes et du beau temps… Voilà, en gros je crois que j’ai tout dit… Je ne vous dit pas mon état d’écoeurement et de déception que je ressentais en rentrant. En plus on ne m’a rien proposé du tout, et quand moi j’ai émis l’hypothèse que je voudrais qu’elles convoquent les parents pour discuter de tout cela elles m’ont rétorqués que c’était la fin de l’année et qu’elles n’auraient pas de temps pour ça (!!!). J’ai donc demandé que l’on passe au moins des coups de fils et ça, ça sera fait.

Ce qui m’a vraiment attristée c’est que Petitdernier était présent, sa confiance en ses maitresses à du en prendre un sacré coup (d’ailleurs je dois dire que la mienne aussi) surtout que, quand nous sommes partis, elles lui ont bien redit qu’il fallait toujours qu’il vienne leur en parler si quelque chose  comme ça se passait. Si sa parole a été mise en doute cette fois, je vois mal mon fils avoir l’assurance d’aller à nouveau leur parler de quoi que ce soit !!! Voilà, bon tout cela est bien triste quand même… Et je me dis que chaque jour ou presque je perds mon confiance en quelque chose ou en quelqu’un… Cette fois les filles (ou même vous les pères qui me lisez)  j’aimerais vous mettre à contribution. J’aimerais que vous disiez si pareille chose vous était déjà arrivé et comment avait réagi les enseignants. Ou même, je sais que quelques uns d’entre vous sont enseignants, si c’était déjà arrivé dans votre école, dites moi alors ce qui a été fait. Parce que je trouve quand même aberrant que les parents des dits-enfants ne soient pas convoqués.

J’attends avec grande impatience vos commentaires, n’hésitez pas…. Je vous en remercie d’avance.

Voir aussi par là. et surtout par là

Publicités

69 réflexions sur “Désillusion….

  1. Mais quelle honte!!! J’ai mal pour toi, c’est ce qu’on craint tous (toutes) le plus pour nos petits. Moi à ta place, j’en parlerais au pédiatre ou médecin, pour qu’il examine ton fils, pas seulement le corps, en le faisant parler aussi) et puisque la directrice fait la sourde oreille, je ferais un courrier au rectorat (inspection d’académie? je ne sais jamais pour le primaire). Pardon, mais je trouve cela odieux, il ne faut pas laisser passer. De tout coeur avec toi

    • Oui, comme toi je trouve ça odieux et je suis écoeurée de tout cela, surtout que ça ne semble pas touchée plus que ça celle qui avait la cour de récré sous sa responsabilitée… En tout cas merci, ça fait du bien d’être soutenu et écoutée, enfin…

  2. Il est arrivé un évènement similaire à l’un de mes fils qui s’est fait renverser par un plus grand (lèvre abimée et dent aussi…). L’instit n’a pas fait grand chose (elle considérait que le gamin en question était un cas désespéré et à part lui demander de s’excuser…) et du coup, c’est moi qui ai chopé le responsable à la sortie du car pour lui dire ma façon de penser : 1. on ne s’attaque pas à plus petit que soi, 2. s’il s’avisait de recommencer, c’est à moi qu’il aurait affaire… Il n’a pas recommencé! Ce qui est arrivé à ton fils est bien triste mais c’est malheureusement assez fréquent et je pense que les maîtres et maîtresses, par peur de représailles de la part de certains parents, ne veulent pas s’impliquer. Ou alors ils/elles sont blasés… Dure leçon de vie pour un petit de comprendre qu’il y a des adultes en qui on ne peut pas avoir confiance…

    • C’est mon troisième enfant Petitdernier donc tu penses que ce genre de situations m’était déjà arrivée mais c’était toujours entre deux enfants et effectivement ou je parlais aux parents, et en général j’en parlais aussi à l’enfant mais je n’ai jamais eu de souci à me faire entendre… Là c’est différent, ils se mis à plusieurs… et en plus ils nient avoir frappés. Et pour ta dernière phrase, oui, c’est ce qui me fait le plus mal au coeur, c’est que dorénavant il perdra sa confiance aux adultes et surtout à cette maitresse qui surveillait la récré (en plus il l’aura pour maitresse l’année prochaine) Pour les représailles de la part des parents aux maitresses ça m’étonnerait beaucoup que ce soit ça, nous vivons dans un petit village. Je suis désolée pour ton fils, est ce qu’il s’est remis de tout cela facilement (surtout au niveau du mental j’entends) ? Merci pour ton commentaire Gwenaelle. Cela fait du bien de se sentir comprise, enfin… Je crois que le pire pour moi, c’est la réaction des enseignantes, Petitdernier a du être terriblement déçu de voir que l’ont pouvait mettre sa parole en doute… J’espère que ça ne l’empechera pas de parler la prochaine fois

  3. L’Or, je comprends ton désarroi et ta colère. Il ne faut pas céder. Ca risque de se reproduire pour d’autres enfants. Les petits durs n’ont pas conscience de la gravité de leur violence. Bien souvent, il la trouve chez eux, à la maison.
    Je me suis un jour disputée avec des parents à ce sujet…
    Bise

    • Oui ne pas cèder mais que faire ?? Je ne vois pas trop ce que je pourrais faire, vu que les enseignantes n’ont même pas prévu de faire venir les parents… Et qu’en plus elles mettent la parole de mon fils en doute (alors que franchement je ne vois pas l’intérêt d’isoler un gamin si ce n’est pas pour l’effrayer et lui faire du mal) Bises aussi Syl et merci pour ton commentaire

  4. Je trouve cela révoltant en tant que maman et aussi en tant qu’ancienne prof. La parole des enfants est malheureusement souvent peu écoutée et si les actes de ce genre se multiplient c’est aussi parce que justement personne ne fait plus rien. Je finis par penser qu’il faut que les parents règlent ça entre eux, mais je sais aussi que ça ne devrait pas être la solution. Si les directeurs d’école et les maîtresses ne font rien, ne prennent pas leurs responsabilités c’est très grave et je comprends ta déception. Aujourd’hui on a peur de punir, parce qu’on a peur des conséquences alors on laisse faire des choses qui sont bien pires.
    Je trouve bien que ton fils t’en ait parlé, c’est important qu’il n’ait pas peur de dire ce qu’il vit à l’école. Comme toi je pense qu’il aurait été bien de convoquer les parents et les enfants pour que vous en parliez tous ensemble, qu’au moins les enfants se rendent compte que ce genre de choses est pris au sérieux par les adultes, alors que là on a vraiment l’impression en te lisant que tout le monde est reparti bien tranquillement chez soi.
    J’espère que ton garçon n’est pas trop perturbé par tout ça, toi, je te sens très remuée et je te comprends parfaitement.
    Bises

    • Merci vraiment d’être venu aussi vite… Oui je suis complètement remuée et je vois bien que Petitdernier est complètement dérouté lui aussi. Il y a beaucoup de mal à s’endormir hier, encore plus que le jour où c’est arrivé. Je pense vraiment que la réaction des enseignantes, à l’accuser d’avoir menti, l’a touché encore plus que le reste !! Oui, heureusement que mon fils m’ait parlé, je lui ai toujours dit qu’il devait toujours tout me dire et surtout s’il était menaçé au cas où il le ferait… Et comme tu le dis, tout le monde est reparti bien tranquillement chez soi, les enfants comme les enseignantes, comme si tout cela, finalement, n’était pas très grave… Alors que ça l’est !! Je suis terriblement déçue et j’ai de la peine pour mon petit bout… Comme le disait Gwenaelle sa confiance en les adultes a du en prendre un sacré coup !! Bisous aussi George et encore merci pour ton soutien, comme je le disais aux autres, ça fait vraiment du bien d’être écoutée et comprise surtout… Surtout que ces enseignantes sont maman aussi… C’est incompréhensible…

  5. Je ne sais pas quoi te dire, en effet c’est scandaleux (« ils le disent quand ils frappent » : oui, c’est vrai, ils ne savent pas mentir). Bref, en tant qu’enseignante, je ne peux que déplorer cet état de fait, et la manière dont c’est réglé dépend largement de la direction… je ne m’étendrai pas, mais j’ai vu des cas assez révoltants. J’ajouterai que ces maîtresses me révoltent aussi car si les gamins violents ne sont pas pris en charge tôt, ils ne vont pas s’arrêter, et parfois ce sont aussi les enseignants qui en font les frais !
    bises

    • Merci beaucoup à toi aussi d’avoir répondu si vite !! Oui je trouve ça moi aussi scandaleux… Je ne comprends vraiment pas leurs réactions, comme si, vraiment, tout ceci n’était pas si grave… Et en plus accuser en plus la victime c’est vraiment révoltant… Alors que tout ce que je voulait c’est que les enfants, (et les parents) comprennent que c’est grave tout cela et que ce n’est pas bien du tout… Mais si les parents eux même ne sont pas conscients de cela comment les enfants le pourraient ?? Bisous aussi et merci pour votre soutien les filles, ça fait du bien :0)

  6. C’est choquant ! ce qui est grave c’est que la parole de ton fils n’est même pas prise en compte. La maîtresse qui était sur place a quand même bien dû voir qu’il se passait quelque chose non ? Je pense que le conseil de « sous les galets » est bon, je ne crois pas que tu devrais en rester là, ils ont une hiérarchie, tu pourrais faire un courrier à l’inspecteur d’Académie, simplement pour signaler qu’il y a eu un cas de violence non pris en compte (ne serait-ce que pour prévenir une récidive ..). Tu sais, je suis de la vieille école, et dire les choses oralement, ça passe, on peut toujours argumenter que tu as mal compris, un écrit il reste et ça les embête bien plus.

    • Oui, non seulement il a subi de la violence mais en plus il doit affronter cette violence là ; que sa parole soit mise en doute… Et ça, ça a du être très douloureux à entendre, en tout cas pour moi ça l’a vraiment été. Je pense que je vais laisser passer quelques jours pour voir déjà ce qu’il va résulter de ces coups de fil et après j’aviserais… Mais vraiment, je ne comprends pas que l’on ne convoque pas les parents, et surtout que l’on invoque pour ça un manque de temps (!!!) Merci Aifelle pour ton soutien

  7. Je suis émue par cet article…. Je crois que l’important à l’heure actuelle c’est de faire que ton fils est toujours la confiance en sa maman et de voir que toi tu ne doutes pas de lui. Lui apprendre que dans la vie parfois on ne nous écoute pas mais c’est pas pour autant qu’il faut se taire. Les maitresses et la directrices ont torts de prendre à la légère. Finalement peu importe ce qu’il s’est passé exactement elles devraient convoquer tous les élèves concernés afin de leur faire comprendre la portée de certains actes, sans pour autant les montrer du doigt, vu qu’ils nient, mais leur faire comprendre d’une autre manière. Mais tout ça c’est une question d’éducation et il sera très dur de faire comprendre à un enfant le mal de certains agissements si leurs propres parents n’y voient rien de grave ou de scandaleux, malheureusement. Même si un des parents prétend que son fils n’a rien fait il devrait malgré tout en profiter pour expliquer ce qui est mal de faire. L’enfant, même si on ne l’accuse pas, écoutera et comprendra peut-être… il faut l’espérer.
    Lutter contre la violence est une chose difficile je pense…
    Je crois qu’avant d’en informer la hierarchie tu devrais retenter la discussion parce que des fois la discussion est préférable plutôt que de se mettre en conflit. Cela risque de les fermer encore plus. Mais bon ce n’est jamais évident quand on n’est pas concerné.
    Le toujours, faut porter plainte, faut faire si faut faire ça, empêche justement les profs de faire ce qu’ils pourraient faire si ils ne se sentaient pas toujours menacés par des parents qui au lieu de discuter vont tout de suite faire des procédures. C’et ce que je pense 😀
    bisous et bon courage 😀

    • C’est immédiatement ce que j’ai répondu ; que moi je faisais confiance à mon fils et que j’étais persuadée qu’il ne mentait pas. Tu as raison, l’important c’est qu’il continue à penser qu’il peut tout me dire, et qu’il continue de me faire confiance !! Et j’ai bien insisté aussi sur le fait qu’il ne devait surtout pas hésiter à en parler à la maitresse (et à moi bien sûr ) si quoi que ce soit lui arrivait encore… A midi il s’est encore plaint d’avoir eu des insultes d’un des gamins (il est contrarié parce qu’il a parlé à sa maman et à la maitresse !!) donc je pense qu’il n’hésitera pas à parler… Et oui je pense que c’est bien difficile de faire comprendre à un enfant qu’il a fait quelque chose de mal si les parents ne sont pas conscients de ça, j’espère juste que les autres parents vont réagir autrement que le père à qui nous avons pu parler mon mari et moi. Tu sais j’ai discuté très calmement avec les enseignantes et à aucun moment je n’ai menaçé d’entamer une procédure… Mais malgré ça j’ai eu une réponse qui ne m’a pas du tout convenue. Non seulement elles mettaient la parole de mon enfant en doute mais en plus elles ne me proposaient rien du tout pour arranger ça (c’est moi qui ai proposé que l’on appelle les parents au moins). De toute façon je ne vais rien faire dans la précipitation et je vais voir ce qui va se passer dans les jours qui viennent… Mais si ça recommence évidemment, là, j’agirais moi même !! Bisous aussi et merci pour ton soutien Laure

  8. Bonjour L’Or
    je comprends que tu sois écoeurée. Je suis révoltée par la « non éducation » des enfants qui reflète la « non éducation  » des parents. Les enfants sont livrés à eux mêmes et plus personne ne prend la responsabilité de la cadrer. On n’a jamais fait autant de beaux discours et concrètement c’est une catastrophe. Dans mon village avec une classe rurale à 18 élèves du CE2 au CM2 sont arrivés 3 enfants placés en famille d’accueil cette année. Des enfants avec un passé de violence très lourd. Et que font ils? La bagarre du matin au soir ! Heureusement l’institutrice intervient mais la classe qui était calme et bon enfant en début d’année a changé d’ambiance avec des relents de cité …
    pas top !
    L’Or je t’ai laissé un message sur ton ancien blog car je voulais t’envoyer un mail mais je n’ai pas réussi …
    Tiens bon …
    bisous

    • Ces trois enfants ont au moins l’excuse d’avoir baigné dans un environnement violent et pas affectif (je ne dis pas que ça les excuse mais qu’il y une explication à leur violence) Les enfants de notre village c’est plutôt qu’ils sont beaucoup trop gâtés et qu’on ne leur apprend plus la notion de bien ou mal, c’est plutôt : pense à toi et les autres on s’en fout. Depuis touts petits j’ai toujours dit à mes enfants qu’il ne fallait jamais rejeter un enfant et au contraire quand un gamin est mis à l’écart qu’il fallait essayer de s’en faire un ami… Je leur ai toujours dit mon dégoût de ceux qui s’en prennent à plus petit que soi et je pense que c’est entré dans leur petite tête parce qu’ils sont tolérants et ouverts et que c’est plutôt le genre à prendre la défense des autres ;0) Evidemment je ne dis pas qu’ils sont parfaits (et moi non plus oh la la…) mais qu’ils ont des valeurs… Je crois que le problème c’est que ces enfants on ne leur apprend pas à penser aux autres… Enfin, voilà… on n’y changera rien… Je suis allée sur mon ancien blog Rose et je n’ai pas trouvé ton commentaire… Tu veux que je t’envoi un mail pour que tu aies mon adresse ? Bisous aussi et merci pour ton commentaire

  9. Je travaille en collège (et là c’est pas mal l’omerta parmi les gamins, pour savoir quelque chose, pas facile pour les adultes!) et heureusement les petits sixième sont moins réticents à parler quand on les harcèle ou les brutalise. On leur dit d’en parler aux adultes.
    Avec les plus grands, souvent ils n’osent pas se plaindre.
    C’est un problème, oui, et tu sais, je pense que les enfants sont parfaitement capables de ne pas avouer le mal qu’ils font…

    • Oui, c’est une certitude, les gamins sont tout à fait capable de ne pas avouer… On dirait que cette maitresse n’a jamais rencontré ce cas ! C’est sûr que l’on est jamais sûr et que ça ne doit pas être évident de savoir qui dit vrai… Mais là ils sont plus petits et comme forcément le reste ils ne le contestaient pas c’est qu’il c’était passé quelque chose… Le pire c’est qu’ils ne l’ont même pas assumé ! Mais ce midi j’ai appelé pour voir si la maitresse avait du neuf, et, si elle n’avait pas encore appelé les parents, elle m’a dit qu’un des gamins avait avoué et je suis au moins soulagée que mon enfant ne soit plus considéré comme un menteur… Je me demande si elle va lui dire qu’elle est désolée de ne pas l’avoir cru :0) Je ne me rappelais plus que toi aussi tu étais enseignante… En tout cas merci pour ton commentaire Keisha

  10. Oh L’Or quel sale histoire je suis très touchée par ton billet !
    Je ne sais quoi rajouter de plus vu la réaction des enseignants !!!!!!!!!!
    Que faire d’autres ….que tu n’as pas essayer de faire pour ton fils ? !
    La l’important je pense est que tu rassures ton fils et que tu lui assures de toute ta confiance pour qu’il voit par lui même que sa maman elle le croit et qu’elle fait tout pour lui !
    La violence est partout ! C’est affreux moi qui suit Ass Mat je vois bien l’évolution des enfants et ça commence de plus en plus tôt !
    Es la cause des enfants . ?
    Les enfants n’ont plus de limite, les enfants sont rois ils commandent chez eux et en plus regardent des horreurs à la télévision ou jouent à des jeux vidéos complétement absurde de violence ! Bref il faudrait malheureusement faire l’éducation des parents avant celles des enfants ! La preuve en est quand tu dis que tu as essayé de parler à un père de famille et qui pense que certainement son fils est un ange …
    Malheureusement ou heureusement un jour il paieront cet ignorance car obligatoirement ils en subiront les conséquences et diront ah mais je ne pensais pas que mon fils ma fille soient comme ça ……. Nous avons tout fait pour eux
    ( Oui sur en leur refusant rien en ne mettant pas de limite à leurs âneries ! ) brrr
    Bon courage l’Or !!! A ton fils aussi

    • Je lui ai clairement fait comprendre qu’à aucun moment je ne doutais de lui (il n’a jamais inventé avoir été tapé, je ne vois pas pourquoi il aurait commençé maintenant !!) C’est vrai que les enfants manquent de limites, ils n’ont plus de cadre, manque de références… Et voit tous les jours à quel point le mal que l’on fait aux autres peut être impuni… Ils n’ont plus la notion de l’empathie… Et ça c’est vraiment triste… Pour ma part je n’ai pas élevé mes enfants comme ça… Merci pour ton soutien Marielle, bisous

  11. Désolée pour ton fils .
    Cela ne me concerne pas directement car je n’ai pas d’enfant mais , en tant qu’enseignante au collège, nous avons déjà eu ce cas.
    Il y a eu plusieurs réactions mais à chaque fois, tous les élèves présents sont écoutés un par un et les parents de tous sont mis au courant.
    Suivant les faits, des sanctions sont prises.
    Le collège a une très grande cour, on ne voit pas tout et on ne sait pas tout non plus.
    Bon courage à toi et ton fils.

    • Il n’y a eu ni convocation des parents ni sanctions. La seule punition qu’ils ont eu c’est, le jour où c’est arrivé, d’être privé du reste de la récréation (!!!)

  12. Je suis enseignante en primaire et ce qui me choque c’est l’argument « c’est la fin de l’année, on n’a pas le temps ». Mauvaise foi abyssale de mes chères collègues ! Quant à la propension des parents à ne jamais mettre en doute la probité de leurs chers petits et à les défendre becs et ongles devant l’évidence parfois, c’est mon quotidien. Téléphoner aux parents concernés n’est pas suffisant. Les enfants ainsi disculpés se retrouvent dans une toute puissance inquiétante. Je suis atterrée.

    • Oui, moi aussi c’est ce qui m’a choqué le plus c’est cet argument bidon qu’on a pas le temps parce que c’est la fin de l’année, comme si mon fils avait choisi cette période pour se faire agresser !! Comme tu le dis ce qui me choque c’est que les enfants se retrouvent dans une toute puissance… Comment pourront-ils comprendre que ce qu’ils ont fait est mal si même les instits minimisent ça… C’est vraiment choquant !!

  13. Coucou ! oui envoie moi un mail , j’ai une chose à te communiquer ! Sur ton ancien blog j’étais allée sur « contacter l’auteur » mais en effet j’ai eu du mal à entrer mon mail ça n’a pas dû fonctionner …
    On penses toutes bien fort à toi et à Petit dernier…

    • Ils ont fini par avouer… Mais des semaines plus tard… Et pendant ce temps mon fils était considéré comme un menteur… Et a t’il eu droit à des excuses des enseignantes ?? Bien sûr que non !!

  14. Durant des années mon fils a été le souffre douleur de sa classe, je l’ai appris de sa bouche quelques années plus tard. Je ne me doutais de rien. Le chef de la bande était en plus le fils d’une institutrice, le comble. Apparemment les enseignants le savaient mais je n’ai jamais été convoquée pour m’en parler. Inutile de dire que mon fils a gardé une révolte au fond de lui et que ces souvenirs de violence le hantent encore à 25 ans. Nous sommes dans une société où tout est permissif, abrutissement de la masse pour mieux les manipuler, lamentable évolution de l’Homme.

    • Je suis vraiment désolée pour ton fils… ça a du être très dur pour lui et pour toi de ne rien avoir su pendant tout ce temps… Personne ne m’aurait rien dit non plus si mon fils ne m’avait pas parlé, alors qu’elles avaient vu une partie de ce qui c’était passé !!! Je comprends qu’il ai gardé une révolte ton fils, c’est tout à fait logique !! Je suis d’accord avec toi, tout est permissif et plus rien n’est grave… Terrible !!

  15. Bonjour l’Or, je viens juste de lire ton message et, en tant qu’enseignante (en collège et là, c’est encore pire malheureusement, ça devient lamentable… quel adultes ça va donner ??…), les arguments des maîtresses me laissent sans voix !! « On n’a pas le temps » ! C’est honteux ! Jamais je ne laisserais un élève dans une telle souffrance!! Quant aux réactions du père d’un des agresseurs, elle, elle ne m’étonne pas du tout : si tu savais ce qu’on voit tous les jours !! On se demande vraiment sur quelle planète ces gens vivent, ça m’écoeure !!
    Courage à Petitdernier et à toute la famille, grosses bises.

    • Oui, moi aussi c’est la question que je me pose, quels adultes deviendront ses enfants a qui on apprend plus qu’on ne fait pas n’importe quoi !!! Moi aussi l’argument des maîtresses m’a laissé sans voix, comme si il avait pu choisir le moment de son agression, vraiment incroyable !! Et elles n’en ont pas démordu même quand je me suis révoltée… C’était vraiment moi la casse pied en fait… Et oui on se demande dans quelle planète ils vivent… Comme je leur ai fait remarquer, elles aussi ont des enfants, et je pense qu’elles auraient réagis bien plus violemment si ça avait été un des leurs qui avait subi ça (d’autant plus qu’ils sont dans l’école) Bises aussi Fondant

  16. Moi aussi je suis enseignante, et ce problème de violence est vraiment le problème le plus inquiétant à l’école et qui va croissant, avec peu ou pas de réponse de la part de l’Institution Nous sommes parfois très démunis face à des enfants très violents qu’on nous laisse au quotidien, sans aide, et que nous ne pouvons pas gérer. Des classes explosent parfois à cause d’un ou deux de ces élèves. C’est moi ce qui m’inquiète le plus. Dans mon école, le directeur convoque les parents et essaient de trouver une solution avec eux. mais combien de faits quotidiens passent inaperçus face à l’urgence. Par contre, en ce qui te concerne, la situation n’est pas bien gérée à l’évidence. Y avait-il des traces de coups, des témoins ? Car ce qui est difficile à traiter c’est lorsqu’il n’y a que la parole des uns et des autres. La justice, on essaie de s’en approcher le plus possible, mais nulle société ne parvient à être parfaitement juste et je constate que les enfants sont de plus en plus livrés à eux-mêmes. Il faudrait un sursaut de conscience collectif face à ces problèmes d’éducation. L’école ne peut pas tout résoudre et il arrive qu’elle soit débordée, par contre je ne comprends pas les réponses que l’on t’a faites, pour moi elles sont inacceptables.

    • Pour moi aussi elles sont inacceptables, je ne comprends pas qu’en plus on a mis la parole de mon fils en doute, surtout que l’enseignante a bien vu l’attroupement qu’il y a eu dans la cour de l’école… Un enfant n’invente pas qu’il a été agressé… Les enfants ont mis des semaines avant d’enfin avouer qu’ils avaient tapés… Je crois que c’était ça le plus écoeurant, c’est qu’en plus ils essayaient de dire que c’était mon fils qui mentait :0( Déplorable, vraiment….

  17. Je comprends tout à fait ta colère et la partage. Mes garçons étant petits de taille et maigrichons ne sont pas de taille face aux autres. Mon grand subit parfois des coups de pied, des injures, mais cette année avec le petit c’est le pompon ! sa parole n’est toutefois pas mise ne doute, sa maitresse le croie, reste vigilente et punit les fautifs mais les parents s’en foutent royalement. il s’agit soit d’enfants de son âge (CP) soit plus grands, moi je n’ai jamais connu ça mais il faut croire qu’aucune école et aucune ville n’est épargnée malheureusement ! Bon courage à petitdernier et vivement les vacances

    • Le mien aussi est petit et tout maigrichon alors forcément ça n’aide pas !! Au moins il a le soutien de sa maitresse ton petit mais ce n’est tout de même pas facile à vivre pour eux… Bon courage aussi pour vous, et oui VIVEMENT LES VACANCES !!!!

  18. Je suis bien triste pour toi et ton fils de lire cette malheureuse aventure. Je n’ai jamais été agressée physiquement mais durant les trois dernières années d’école obligatoire, je ne m’entendais pas très bien avec les autres élèves de ma classe; j’ai le « mouton noir », la personne qu’on embêtait « pour rien, juste pour faire ch*** » et c’était vraiment dur, surtout que je n’en ai jamais parlé ni aux profs ni à mes parents. Donc si en plus il y a violence physique, j’imagine les dégâts que cela peut causé. A part cela, la réaction des profs est incroyable ! En même temps (mais ça n’excuse rien !), c’est une profession qui doit être difficile aujourd’hui. J’espère que ton fils arrivera à surmonter ce cap. Bises.

    • Oui, c’est bien triste pour lui tout ceci… Mais là il a vraiment repris le dessus, je crois que le soutien inconditionnel de sa maman l’a aidé à finalement relativiser… Il est courageux mon petit bonhomme :0) J’ai moi aussi eu ma période comme toi ou j’ai été un peu « le mouton noir » et c’est vrai qu’on oublié pas. Bises aussi Lewrentz

  19. Je ne suis pas du tout étonnée de ce que tu dis. Je n’ai pas d’enfants et je ne peux donc pas te parler de ce qui se passe actuellement à l’école. Mais mon mari a vécu des choses pas gaies à l’école et je peux te dire que malheureusement, il y a souvent un déni de la part du corps enseignant. Le groupe Indochine a fait récemment une très belle chanson sur ce sujet. Les enfants gardent souvent des séquelles pour la vie. Je te conseille donc de soutenir absolument ton fils ! On vit dans une époque où les parents ne jouent plus leur rôle d’éducateur et nient au prof le respect qui leur est dû. Ceux-ci n’ont plus les moyens d’exercer leur métier et cela les oblige parfois à nier leurs responsabilités.

    • Oui il y a un déni de la part des enseignants et de la part des parents qui minimisent vraiment ce que leurs enfants ont faits… Comme s’étonner alors que les enfants se sentent si forts !!! Je me demande quels adultes ils deviendront !! Tout ceci est vraiment choquant !!

  20. Si tu juges que ce qu’a vécu ton fils n’a pas été pris en compte, écris un courrier (de préférence en recommandé avec accusé de réception) à l’inspecteur de circonscription (demande l’adresse postale à l’association des parents d’élèves ) en faisant référence à l’incident, aux démarches que tu as entreprises. S’il n’y répond pas, il prend la responsabilité de couvrir des faits délictueux et surtout tu pourras toujours rétorquer en cas de récidive des petits malfrats qu’il y avait déjà une affaire à régler avant, qui ne l’a pas été. (maigre consolation, j’en conviens, mais nous avons affaire de plus en plus à une administration incompétente pour gérer ce genre de violence au quotidien alors qu’un geste suffira pour calmer tout ce petit monde). Bises et courage !

    • Exactement, je ne demandais pourtant pas grand chose, il aurait suffi de si peu de choses (et de temps) pour apaiser tout cela… Et je suis sûre que si l’affaire avait prise au sérieux Petitdernier n’aurait pas subi le rejet de ses camarades dans les jours (les semaines même) à suivre… Lis ma réponse aux autres commentaires tu comprendras mieux pourquoi j’ai décidé de ne pas faire de courrier !!

  21. Je comprends ta colère. Le plus important est que ton fils sait qu’il peut compter sur toi.
    Le plus navrant ( « dégueulasse ») est l’attitude des adultes responsables ( les enseignants)
    ils minimisent ce qui est arrivé à ton fils.J’entends leurs réflexions « elle va pas en faire un fromage » « y a pas mort d’homme »
    je n’invente pas, j’ai entendu ça.
    Ils ont trop tendance à penser que ce sont des chicanes de cour d’école et les petits durs sont confortés dans leur rôle de petits durs
    Notre expérience nous montre qu’il ne faut pas laisser passer ces incidents..
    Ma fille (j’en parle d’en mon blog) a été victime de harcèlement, c’est une enfant handicapée avec AVS; Elle a eu des sms comme quoi les gens comme elle ne devraient pas exister!
    elle a eu son sac rempli de cailloux,, des moqueries…les enfants sont malins, ils ne le font pas sous les yeux des profs; Pas vus pas pris………..
    Maintenant elle a 16 ans, elle est au lycée (général)et si elle n’a plus de harceleur ( et je ne suis sûre de rien), elle n’a pas d’ami, elle qui est si « aimable »

    j’ai envie d’une pause dans sa vie et dans la mienne
    mais je dois consoler ses peines, cogner aux portes,foncer dans nos peurs, avancer, avancer….
    c’est ce que tu as fait pour ton fils;
    C’est à cause de tout ça que je veux parler de ma Merveille dans le blog, ( je ne suis pas certaine d’y arriver)

    • Merci pour ton commentaire Secrète Louise, je suis venue lire ton blog et je suis vraiment attérée de voir ce ta fille a subi, c’est vraiment écoeurant et honteux… J’espère que tout va bien mieux maintenant pour elle !! OUi j’ai ressenti la même chose dans le sens que je ne devrais pas en faire un fromage et que, vraiment, ce n’est pas si grave que ça :0(

  22. Dernière chose : contacte l’association de parents d’élèves au plus vite pour les alerter. Un représentant sera là pour vous accompagner en cas de rdv avec la direction de l’école ou avec l’inspection( on peut toujours rêver). Il faut aussi que la question de la violence à l’école soit soumise à l’occasion du dernier conseil d’école (concernant l’école de ton petit dernier) Bises et bonne soirée.

    • Tu vas rire (jaune) mais les parents d’élèves du village sont justement les parents d’un des gamins responsables… J’ai un doute qu’ils m’aideraient beaucoup ;0)

  23. Je te lis et ce genre de situation m’enrage! Ici au Québec c’est la même chose, mais depuis l’an dernier on en parle énormément de ce problème, car ça commence à bien faire. On voit des mises en situations joué dans nos téléromans, C’est inacceptable! Je deviens en colère juste d’y penser et ce n’est jamais arrivé à mon fils, mais je ne sais pas ce que j’aurais fait si ce serait arrivé. Je crois que j’aurais mêlé la police à cela. Car j’ai déjà entendu un intervenant dans une ligne ouverte à la radio qui vivait la même chose avec sa fille ou son garçon. À trois reprise, l’école disait qu’il s’en mêlerait et rien ne bougeait. Alors, il a fait appel à la police et tout s’est arrêté. Il disait que c’est dommage d’en arriver là, mais c’est tellement choquant! Tu dois être dans tous tes états!!! J’ai beaucoup d’empathie pour toi L’Or.

    • Oui c’est le genre de situation qui enrage vraiment… Si la chose devait se renouveler l’année prochaine là je réagirais très très mal et au quart de tour… Une fois c’est déja trop, mais il n’est pas question que ça arrive encore !!

  24. Bonjour L’Or,
    J’ai bien des choses à dire à propos de ce billet, ayant été confrontée cette année à une situation difficile de violence à l’école… Je n’ai pas le temps ce matin de te répondre mais je m’en occupe en rentrant (je pars au bord de la mer…).
    Bises,
    Margotte

  25. De la Cp jusqu’à la terminale quasi non stop, la violence, c’était mon quotidien et rien n’a été fait… Seulement une fois ou j’ai vraiment eu un oeil au beurre noir. Il faut que ton enfant aie une jambe cassée ou de grave blessures pour que les enseignants interviennent (ou pire, en cas de suicide… parce que ça arrive aussi …) J’espère que la situation va s’améliorer et que les parents seront convoqués, on parle plus de la violence maintenant qu’avant, mais il faut que les enseignants agissent sinon les médiats ne servent à rien! Courage !!!

    • Oui, je crois que c’est bien parce que quelques enseignants ou responsables sont trop indifférents (ou alors complètement perdus) que ça s’aggrave tant… Certains enfants, dont tu fais parti visiblement, vive juste des choses intolérables… Et ça ne devrait pas arriver !! Merci pour ton commentaire Little Cat

  26. C’est effectivement surprenant que les parents des autres enfants n’aient pas été convoqués…. Je ne comprends pas trop cela.
    Quoiqu’il en soit, ce qui me semble important, c’est que votre enfant sait qu’il peut compter sur vous. Si les adultes qui l’entourent peuvent être défaillants, il doit aussi le comprendre, même si cela est injuste et intolérable. Mais vous, vous avez été là, vous l’avez cru, et si jamais le problème ne reproduisait, il saura qu’il pourra vous en reparler. Bravo.

    • Moi non plus je ne comprends pas et leur excuse de manque de temps parce que c’est la fin de l’année est vraimnet choquante !! Mais heureusement comme vous le dites, il sait qu’il peut compter sur sa maman et en fin de compte c’est ça qui a du le rassurer et faire que, finalement, il s’en ai bien remis…

  27. Bon, je reviens mais je vois que tout a été dit déjà (ou presque) dans les commentaires que je viens de parcourir… Alors pour conclure, je ne peux que dire que dans ces affaires, tout dépend de la personne qui intervient (l’enseignante/directrice/principale ou autre responsable). Comme pour tout autre problème, en fonction de sa sensibilité, de son efficacité, l’affaire sera bien gérée (ou pas…).
    Enfin, je peux te dire que la plupart des responsables ne laissent pas ces affaires passer sans rien faire, j’en ai eu la preuve cette année… et il en va de même pour les enseignants qui signalent les problèmes dont ils sont connaissance (enfin, en ce qui me concerne, je suis du genre à ne pas lâcher le morceau…).
    J’espère que ton petiot va bien après tout cela…
    A bientôt, Margotte

    • Oui, il va mieux maintenant, merci Margotte. Mais ça a mis du temps avant que ça s’apaise. Comme je le disais il a subi une période de rejet de la part des autres qui lui ont reproché d’avoir parlé (et pas seulement ceux qui l’avaient agressés, non, presque toute l’école primaire… C’est vraiment aberrant !!!

  28. Quelque chose m’échappe dans cette histoire! Sans doute les institutrices sont-elles attachées aux élèves et elles n’imaginent pas que ceux-ci, une fois à l’abri des regards, soient des petits monstres. Il faut arrêter de se voiler la face. Au lycée, je me bats régulièrement contre la violence qui est plus souvent morale mais néanmoins très difficile à supporter. Une année, j’ai reçu un garçon en réunion parents-prof et il m’a fait part, devant sa mère, de ce qu’il subissait. J’aurais pu donner l’info au prof principal et me dire, j’ai fait mon boulot mais je savais que ce n’était pas ce qu’il fallait faire. Malgré ma promesse faite au jeune homme, j’en ai parlé à la classe le lundi matin (et ai ruminé ça tout le week-end bien sûr). J’ai expliqué aux élèves en quoi ce qu’ils faisaient (bousculades répétées, moqueries) étaient bel et bien du harcèlement. Ils m’ont dit que non, que ce n’était que pour plaisanter et sans doute le pensaient-ils vraiment, c’étaient plutôt des élèves sympas) mais en sortant de mon cours, ils ont dû réfléchir et la situation du garçon s’en est trouvée changée. Certains l’ont même pris sous leurs ailes. Ce que je veux dire par là, c’est que c’est le rôle de l’enseignant de dire aux élèves que ça ne va pas et de punir quand la limite est franchie. Et ce que tu racontes là me laisse totalement sans voix. Te répondre qu’elles n’ont pas le temps car c’est bientôt les vacances!!! Je ne suis pas tout à fait d’accord avec Bonheur du jour, l’enfant ne peut comprendre qu’un adulte soit défaillant au sujet de sa sécurité.

    • OUi c’est vraiment ce qui m’a le plus énervé, c’est cette histoire de fin d’année et de manque de temps… Comme si mon fils aurait pris plus au sérieux si il avait eu la décence d’être agressé à un autre moment (!!!!!!! oui, on croit rêver !!)Et quand j’ai insisté pour ça j’ai vraiment eu en retour de l’agressivité, comme si vraiment j’exagérais de vouloir leur prendre leur précieux temps… Bref j’en suis encore en colère maintenant, c’était vraiment du foutage de gueule…

  29. L’Or, je découvre ton billet seulement aujourd’hui et je te donne exactement les mêmes conseils que Philisine. Il ne faut absolument pas laisser passer ça. Ne serait-ce que pour ton fils, pour qu’il sente qu’il est soutenu et que ce qui s’est passé n’est pas normal. Et ce soutien doit venir aussi de l’institution. Pour ma part,le courrier à l’inspecteur de circonscription , j’en ferais copie que j’adresserais au Directeur académique (l’ancienne appellation est Inspecteur d’académie). Si on peut t’aider dans tes démarches, n’hésite pas, c’est souvent un vrai dédale que notre belle maison…

    • Somaja je te remercie pour tes conseils et ton soutien qui font vraiment fait beaucoup de bien… Ne t’inquiète pas mon fils sait qu’il aura toujours tout mon soutien. J’en suis restée là finalement, pour la simple raison que la directrice responsable sera sa maitresse l’année prochaine et comme tu le comprendras très bien, ça n’aurait vraiment rien auguré de bon pour sa prochaine année… On a pas toujours le choix… et puis ça s’est enfin apaisé pour lui alors je préfère ne rien faire qui pourrait à nouveau allumer les hostilités. Comme je le disais le comble c’est qu’il a été rejeté, insulté, met à l’écart par la suite par ses petits camarades qui le considérait comme un « rapporteur »… Oui, c’est vraiment le comble !!

  30. Je suis sans voix en lisant ce que tu racontes ! Je n’ai jamais été confrontée à ce problème, donc je ne saurais que te conseiller, d’autant que d’autres s’en sont déjà chargées.
    Mais oui, si malgré le fait que tu aies appelé plusieurs fois et qu’on te reçoive comme ça, je suppose que tu peux contacter le rectorat…
    J’espère que ton fils va bien !

    • Oui on reste carrément sans voix quand on lit ça (et quand on le vit aussi !!) Comme je l’ai dit, impossible pour moi d’en référer au rectorat, ça n’aurait fait qu’aggraver les choses, surtout que ça commence tout juste à s’apaiser… Je veux juste qu’on le laisse tranquille maintenant et puis comme je le disais, c’est la directrice qu’il aura pour maitresse l’année prochaine, alors ça commencerait mal pour lui :0( Mais vraiment, tout ceci m’a dégoutté !! Oui il va mieux, merci… Mais il a subi en plus du rejet de la part de ses camarades par la suite (oui, c’est un comble comme si c’était lui qui avait fait du mal, aberrant !!)

  31. Je suis vraiment choquée par ce témoignage, déjà par l’attitude de ces enfants évidemment mais surtout par la réaction des adultes, aussi bien parents qu’enseignants. Ce n’est franchement pas rassurant… Et devant ton fils, en plus ! L’argument de la fin de l’année, c’est vraiment la goutte d’eau. C’est honteux !

    • Oui, je dois dire que j’ai vraiment été choqué par tout ceci, surtout par l’indifférence rencontrée par les enseignantes, comme si ce n’était pas vraiment pas si grave que ça et qu’il ne fallait pas en faire un fromage… La directrice est même devenue agressive quand elle a vu que j’insistais pour que quelque chose soit fait… C’est incroyable et vraiment honteux comme tu le dis. Petitdernier va l’avoir comme maîtresse en plus pour les deux années à venir, j’avoue que ma confiance en elle en a déjà pris un coup… ça a l’air de s’apaiser un peu mais en plus il a du subir, en plus, un rejet de pas mal de ses camarades pour qui il n’était plus qu’un « rapporteur » comme si pour eux le fait qu’il ai parlé soit plus grave que ce qu’il avait subi… Ce ne sont que des enfants d’accord mais je ne comprends pas… Mais tout ceci m’a vraiment fait de la peine, je voyais bien qu’il était malheureux… J’ai l’impression que ça s’est calmé maintenant… Mais heureusement qu’il y a les grandes vacances qui arrivent pour calmer tout ça… ça ne fera pas de mal à tous les deux de ne plus voir ni les enfants ni les enseignantes pendant ces deux mois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s