Le mot de l’éditeur ;  » New York, 3 novembre 1954. Dans quelques jours, le centre d’immigration d’Ellis Island va fermer. John Mitchell, son directeur, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l’épouse aimée, et Nella, l’immigrante sarde porteuse d’un très étrange passé. Un moment de vérité où il fait l’expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d’événements tragiques.
Même s’il sait que l’homme n’est pas maître de son destin, il tente d’en saisir le sens jusqu’au vertige. À travers ce récit résonne une histoire d’exil, de transgression, de passion amoureuse, et de complexité d’un homme face à ses choix les plus terribles. « 

C’est déjà le troisième roman que je lis de l’autrice et je ne sais toujours pas si c’est un style d’écriture qui me parle ou non. D’elle j’avais lu  » Nos vies désaccordées » qui m’avait vraiment enthousiasmé, touché et émue. Ma deuxième lecture « Noces de neige » a été beaucoup plus tiède, j’avais terminé ma lecture un peu dans le même état que pour le gardien, en me demandant si cette lecture m’avait touché ou non. Peut-être une certaine froideur, ou distance que l’on ressent à lire les souvenirs de John. Pourtant le sujet avait tout pour me plaire et pour m’attirer, je suis vraiment sensible à l’accueil fait aux migrants, émigrants ou immigrants et ce lieu d’Ellis Island, enfin j’avais vraiment envie d’en savoir plus, n’ayant jamais eu l’occasion de le visiter (l’autrice elle oui, et c’est pour cela que le roman est née, de cette rencontre avec ce lieu et sa mémoire). Tout cela m’a bien évidemment très fortement intéressé, je pense notamment à ce passage où John lit le livre « Fragments d’exil » de Giorgy Kovacs, homme qui avait transité à Ellis Island, et du fait de son statut de directeur du centre avait croisé son chemin. L’homme, ainsi que sa femme, avait été refoulé des terres d’Amérique et cette rencontre reste vive dans le souvenir de John.

Les quelques phrases de Kovacs sont marquantes, c’est un passage fort, mon préféré, et de loin. Je crois que je n’ai pas aimé la brieveté de certains passages, par exemple les quelques pages sur sa période d’homme marié avec Liz , j’aurais aimé en savoir plus sur ce personnage. J’ai ressenti cela d’une façon encore plus marqué avec Nella, c’est vraiment une femme qui aurait mérité bien plus d’épaisseur. Un destin dont j’aurais vraiment apprécié en savoir bien plus. Je retiendrais surtout la solitude de John, et cela même alors qu’il est très entouré, d’abord par le personnel, nombreux sur Ellis Island. Ensuite par toutes ces personnes, hommes, femmes, enfants qui transitent là sur cette île, et dont il a la charge durant le temps qu’ils y passent. Malgré tout ce monde et cette foule John est un homme seul, sombre, dont la vie est figé par les souvenirs à la fois de Nella et de sa femme. C’est un homme blessé, gelé par des évènements passés et dont il ne se relèvera pas. Bon vous l’aurez compris mon avis est un peu mitigé, mais beaucoup d’entre vous ont beaucoup plus appréciées ce roman que moi, par exemple ;

Aifelle (clic) ; « C’est ma première lecture de Gaëlle Josse, très appréciée sur les blogs, et j’ai dévoré son roman dans un souffle, portée par l’écriture et par la narration qui ne laisse pas de repos. Je connaissais suffisamment d’éléments sur Ellis Island pour me sentir à l’aise avec ce que raconte John Mitchell et j’ai pu me laisser happer sans difficulté par l’histoire romanesque, très habilement mêlée au fonctionnement pratique du centre. »

Sandrion (clic) ; « J’ai été happée par cette écriture très poétique explorant tous les méandres de l’âme humaine, le désir violent, la trahison, la passion amoureuse, mais aussi par le récit des destinées, l’exil, la détresse et l’espoir de ces gens qui ont tout laissé. Une lecture très émouvante. »

Asphodèle (clic) ; « Dans le tableau contrasté de cette époque si particulière, où des millions d’européens ont fait de l’Amérique ce qu’elle est aujourd’hui, Gaëlle Josse fait émerger dans la lumière ce gardien taciturne et hanté de souvenirs douloureux. Tel un sous-marin longtemps dissimulé aux regards, il sort sa corne de brume et convoque la mémoire, l’universelle, la sienne intimement liée à celle de ceux qui ont marqué sa vie. Ce chant du cygne d’un homme au crépuscule, majestueux dans la douleur qui s’échappe de son âme verrouillée, en phase de délivrance, est bouleversant. « 

Mais aussi ; Sylire, Clara, Valérie elle, était plus de mon avis mais je ne retrouve plus son billet,

A lire (ou plutôt à relire) les avis de mes amies blogueuses je me sens encore plus frustrée d’être passée un peu à côté. Mais bon, ce sont des choses qui arrivent, relativisons ;0)

Et c’est une lecture qui dormait déjà depuis un petit moment dans ma PAL ce qui me permet de le comptabiliser pour l’objectif PAL d’Antigone

12 réflexions sur “Le dernier gardien d’Ellis Island de Gaëlle Josse

  1. Je me disais que le nom de Gaëlle Josse me disait quelque chose, et en effet puisque j’ai entendu pas mal de bien sûr « Nos vies désaccordées » ! Si un jour je me lance dans la découverte de cette autrice, je sais par quel roman commencer 😉

  2. Merci du lien vers ma critique ! 😉 cela dit, tu vois, plusieurs mois plus tard, il ne m’en reste pas énormément de cette lecture… comme quoi oui, il faut relativiser ! Pour tout ! bisous et bonne fin de semaine à toi !

  3. J’ai lu plusieurs romans de cette auteure mais j’avais été un peu déçue par son opus sur Vivian Meier donc j’ai un peu arrêté de la lire depuis. Le dernier gardien d’Ellis Island n’est pas mon préféré mais j’avais beaucoup aimé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s