Rodolphe et Estelle Meyrand - Scrooge - Un chant de Noël.

Le mot de l’éditeur ;  » Scrooge, un vieillard acariâtre, un vautour au coeur sec ignorant tout de l’humanité, reçoit le 24 décembre au soir la visite du fantôme de son défunt associé. Ce dernier lui fera vivre trois moments de sa vie, trois nuits de Noël, passée, présente et future, pour tenter de lui ouvrir les yeux et le coeur. »

Un chant de Noël est un de mes contes de Noël préféré, je ne compte pas les versions que j’ai vu, et voilà maintenant quelques années, j’ai lu la version original de Charles Dickens (clic) que j’ai beaucoup aimé dont j’aimerais d’ailleurs faire la relecture cette année. Aujourd’hui je veux parler de la version BD, et c’est aussi une relecture, je ne sais plus si c’est la deuxième ou la troisième fois que je le lis (sans doute la troisième). Je ne sais pas pourquoi c’est une histoire qui me touche autant, mais peut-être parce qu’elle parle d’humanité, de bonté et de rédemption. Scrooge a le cœur sec, il ne pense qu’à faire du profit et n’a aucun sentiment pour les gens qui l’entourent ni pour la misère que rencontrent certains.

Après avoir eu l’expérience des Noëls du passé, présent et futur, Scrooge changera et deviendra un homme bon et généreux. Comme je le disais déjà lors de ma lecture du roman, je ne suis pas sûre que son changement vient vraiment d’une envie sincère de devenir meilleur ou si c’est la peur d’avoir le même destin que le défunt Mr. Marley. La question reste ouverte, néanmoins ça reste toujours une belle histoire dont j’aime voir ou lire les différentes versions. Celle ci est assez fidèle à la vraie version de Dickens (d’après les souvenirs que j’ai de ma lecture) sauf que là, Scrooge fait ses visites dans ses Noëls non pas avec trois esprits mais avec l’esprit de Marley puisque c’est lui qui l’emmène dans ces lieux du passé, du présent, du futur. Je me suis demandée le pourquoi d’un tel changement, que j’ai trouvé un peu risqué pour ma part, mais peut-être est ce simplement pour faire plus court et moins compliqué. Pour le reste je trouve le dessin remarquable et vraiment très esthétique. Le graphisme est vraiment d’une beauté que j’ai grandement apprécié. Les couleurs sont belles et dynamiques, ainsi que les décors. J’aurais peut-être aimé une version un peu plus longue mais ça c’est de ma faute, j’adore les pavés en BD ;0)

Un petit extrait du roman ;

» – Non, non, dit Scrooge. Oh non, bon esprit ! Faites qu’il soit épargné.

– Si mon successeur ne change rien à ces images, qui sont l’avenir, reprit le Fantôme, aucun autre de ma race ne le trouvera ici. Eh bien, après, s’il meurt, il diminuera l’excédent de la population.
Scrooge baissa la tête lorsqu’il entendit l’Esprit répéter ses propres paroles, et il se sentit pénétré de douleur et de repentir.
– Homme, fit le Spectre, si vous avez un coeur d’homme et non de pierre, cessez d’employer ce jargon odieux jusqu’à ce que vous ayez appris ce que c’est que ce surplus et où il se trouve.Voulez-vous donc décider quels hommes doivent vivre, quels hommes doivent mourir ? Il se peut qu’aux yeux de Dieu vous soyez moins digne de vivre que des millions de créatures semblables à l’enfant de ce pauvre homme. Grand Dieu ! entendre l’insecte sur la feuille déclarer qu’il y a trop d’insectes vivants parmi ses frères affamés dans la poussière ! »

Un autre de la BD ;

 » Je suis un fantôme condamné à errer jusqu’à la fin des temps pour payer toutes ses fautes…égoïsme, dureté, âpreté au gain… j’ai longtemps pensé comme vous, Ebenezer. Vous le savez bien. Nous étions aussi redoutables l’un que l’autre. Deux bons associés ! Deux vautours ! Deux vautours au cœur sec ! Ignorant tout de l’humanité, de la tendresse, de la pitié… Je sais ce que vous pensez Ebenezer, et c’est pour ça que je suis venu vous voir, ce que j’ai à dire est très simple, si vous continuez comme ça vous aussi c’est l’enfer qui vous attend mon pauvre ami… Eh oui la damnation éternelle ! (p13)

La lecture de Liyah (clic) (dont je me suis permise d’emprunter une illustration puisque je n’arrive toujours pas à intégrer des photos personnelles) ;  » J’ai trouvé cette adaptation très bien faite et j’ai aimé le format adopté pour faire connaitre cette histoire auprès des plus jeunes. La bande dessinée pour enfants s’y prête bien et les images parlent d’elle-mêmes. Je trouve que c’est vraiment un excellent moyen de faire découvrir un classique aux jeunes lecteurs.
Cette histoire à 171 ans !!! Pourtant elle est toujours d’actualité. Les valeurs transmises ici sont très vraies et toujours aussi importantes dans la vie des Hommes. J’ai également bien aimé le design de cette bande dessinée pour enfants. C’est joli et les illustrations accompagnent très bien le récit. »

Bande dessinée pour enfants Scrooge 1

Source de la photo (clic) 

Lu pour le challenge (et ce premier billet fera aussi effet de billet de présentation des challenges) de Noël de MyaRosa (clic) et de celui de Chicky Poo et de Samarian (clic)

 

10 réflexions sur “Scrooge, un chant de Noël par Rodolphe et Estelle Meyrand, d’après le roman de Charles Dickens

Répondre à lorouge Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s