La quiétude et l’autre versant

 Jeffrey T Larson « Autumn apples »

Voilà ce qui pourrait être la quiétude d’un jour férié comme un autre… La confection d’un gâteau à la pomme… L’écoute d’une chanson que l’on vient de découvrir sur un blog que l’on visite souvent… La tranquilité d’un jour de repos comme un autre… La pluie dehors qui oblige à trouver des occupations à l’intérieur… Le froid qui fait que l’on rallume le feu de la cheminée… Le bonheur de l’écouter crépiter et de sentir sa tendre chaleur qui parfume la pièce… Des heures qui s’écoulent… tranquilles… apaisantes… douces… Etre berçé par la douce mélodie de cette chanson que l’on écoute, encore et encore… Des heures sereines, dormantes et inoffensives… Des heures paisibles…

L’autre versant c’est peut-être l’orage violent qui se cache derrière nos paupières. C’est peut-être un peu le blues… C’est peut-être la déception et la colère que l’on peux ressentir face à certaines situations… C’est peut-être être lasse et fatiguée de se battre contre certains faits qui finiront peut-être un jour par vous abattre… C’est peut-être se sentir fragile et infiniment sensible… C’est regarder les jours qui passent et qui paraissent toujours revenir en arrière… C’est être entraîné dans un manège dont on voudrait descendre à tout prix… C’est combattre une tristesse sourde dont on ne saurait pas très bien la provenance… Une mélancolie que l’on ne saurait nommer…

L’autre versant c’est peut-être ce que l’on ne dit pas… C’est ce que l’on garde pour soi… L’autre versant c’est peut-être les jours qui passent et que l’on ne saurait retenir… C’est peut-être le sable qui coule et qui ressemble aux heures et aux minutes…

La quiétude et l’autre versant c’est peut-être les deux pôles de nos vies qui s’affrontent et qui n’en finissent jamais… Parce qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant… Et que nous sommes au milieu… Tout simplement là… Au milieu… Au centre… Et que l’on s’adapte comme on le peux…

L’or des chambres, texte personnel, non libre de droit

 » Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu «  Confucius

« La mélancolie

C’est avoir le noir

Sans savoir très bien

Ce qu’il faudrait voir

Entre chien et loup

C’est un désespoir

Qu’a pas les moyens

La mélancolie… »  Léo Ferré, la mélancolie, extrait.

(texte déjà paru sur mon premier blog en mai 2010)

 

 

Publicités

5 commentaires

  1. Jolie chanson et un beau texte qui dit bien les états émotionnels qui nous traversent régulièrement. Bonne semaine l’Or.

  2. Se battre, oui, il le faut. Mais parfois, il faut savoir laisser tomber. Beaucoup de mélancolie dans votre texte mais aussi des présages de bonheur, comme ce beau tableau le suggère.
    Bon week end.
    BONHEUR DU JOUR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s