Publié dans Littérature Française

Ravage de René Barjavel

René Barjavel - Ravage.

 » Elle le regardait se découper, centaure noir, sur le ciel rouge, et ne doutait plus qu’il ne les conduisît au port. Lui semblait ne plus faire attention à elle. Une volonté d’acier, une clairvoyance exaspérée lui étaient venues devant le danger. La mort flambait partout. Il devait lui faire échec. »

Je n’avais pas lu Barjavel depuis très longtemps, depuis mon adolescence en fait où j’avais dévoré « Le grand secret » et « La nuits des temps »,  je me rappelle avoir trouvé le romantique très (trop ?!) marqué, cela m’avait étonné, bien plus que les histoires très (trop ?!) étranges finalement. Alors, qui m’a donné l’envie d’y replonger ?!! Et bien c’est Fondant (clic), qui lors d’un des derniers RAT l’avait lu avec grand plaisir me semblait-il. Si j’ai aimé ? De toute façon Barjavel ça se lit très bien, les pages se tournent presque toutes seules, tout s’enchaine parfaitement bien. L’histoire est dure, faut le dire, mais j’ai envie de dire que c’est plutôt logique puisqu’il est question (comme souvent chez Barjavel) d’une (presque) fin du monde. Certains scènes sont très fortes, je pense notamment à l’incendie qui ravage Paris, les habitants se consument, sauf quelques chanceux qui ont le temps de fuir. Les flammes sont d’une rapidité vraiment terrifiantes, elles sont telles des vagues de feu qui dévorent tout, et tous, sans aucun état d’âme. Une autre m’a marqué également, celle où une tempête de cendres (à la fois humaine, animale, végétale, ect) s’abat sur les fuyards, c’est une scène vraiment impressionnante, qui s’imprime en vous telle des images sur un écran. Et puis il y avait ce fait que j’avais du mal à assimiler ; celle de l’obligation de tuer si on ne veut pas être tué soi même. Jusqu’où serions nous prêt à aller pour survivre ? Cela pose de vrais questions.

Et puis Barjavel est tout de même assez visionnaire (ce livre date de 1943, et son roman se situe en 2052) je pense notamment à ce passage qui parle de l’élevage, disparu et remplacé par une culture chimique. Pour ma part je suis convaincue que l’on va vers une direction de ce genre, de plus en plus de personnes sont choqués (j’avoue que j’en suis) par le sort des animaux dans les abattoirs. Je pense fortement que la viande, telle qu’est proposé maintenant, n’existera plus.

 » L’élevage, cette horreur avait également disparu. Élever, chérir des bêtes pour les livrer ensuite au couteau du boucher, c’était bien là des mœurs dignes des barbares du XXe siècle »

Barjavel, à mon sens, veut surtout dénoncer  dans ce roman les dérives de la science et notre dépendance aux sources autres que celles naturellement offertes par la nature. Il  est vrai que notre confort dépend énormément(voir totalement) de l’électricité et pire encore, du nucléaire. Comment nous en sortirions nous si ces sources là disparaissaient du jour au lendemain, c’est ces questions là que Barjavel posent très simplement. Et sa réponse fait, franchement, froid dans le dos.

Lu pour l’objectif Pal d’Antigone

Publicités

11 commentaires sur « Ravage de René Barjavel »

  1. Hum, oui, mais je crains un peu son style, maintenant. J’ai lu La nuit des temps et Le grand secret il y a longtemps… Un peu dubitative déjà…

  2. Bonjour l’or rouge.
    Je suis inscrit sur l’or rouge mais j’ai beau éplucher de blog de bout en bout je ne parviens pas à trouver un moyen de vous envoyer un mail directement. 😦
    Pensez-vous qu’il soit possible que nous échangions?
    J’aimerais vraiment vous présenter notre nouvelle maison d’édition et vous envoyer l’un de nos tout premiers ouvrages.
    A très vite!
    David

  3. Moi aussi, je l’ai lu il y a très longtemps et à l’époque je ne m’étais pas dit que ses romans étaient très ou trop. Si je devais les relire, j’espère que j’aimerais tout autant.
    Bises

  4. J’ai lu pas mal de Barjavel dans ma jeunesse, je sais que j’aimais ça en général, mais franchement je ne me souviens de rien et j’ai l’impression que son style est daté maintenant ?

  5. Je me souviens avoir aimé La nuit des temps à l’adolescence mais depuis je n’ai jamais relu cet auteur. Il ne m’attire plus vraiment…

  6. Oui, froid dans le dos. Tous ces auteurs ne comptent pas sur la bonté de la nature humaine et ils ont raison. C’est la sélection naturelle et le règne du plus fort qui détermineraient la survie.
    Ma fille adolescente adorait la nuit des temps. Le romantisme ne la gênait pas, au contraire !

  7. J’ai relu La nuit des temps il y a peu, ça a très mal vieilli. Je me souviens avoir adoré Ravage mais je ne souvenais plus du tout du thème.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s