Extraits·Musique

Un dimanche avec Jamie…

 » Je n’avais jamais vraiment eu de maison à moi. Orpheline à cinq ans, j’avais mené l’existence vagabonde d’oncle Lamb pendant treize ans. Nous vivions sous des tentes dans des plaines poussiéreuses, dans des grottes creusées dans le flanc des montagnes, ou des chambres aménagées succinctement dans une pyramide. L’éminent  Quentin Lambert Beauchamp établissait son campement n’importe où dans le but de poursuivre ses fouilles archéologiques. Ses travaux et son excentricité l’avaient rendu célèbre bien avant qu’un accident ne coûte la vie à son frère et qu’il ne se retrouve tuteur de sa nièce.

Cette vie d’errance avait ensuite continué avec Frank, mais j’étais passée des campements de toile à des bâtisses pourvues d’un toit solide, les recherches d’un historien nécessitant généralement la proximité d’une bibliothèque universitaire. Aussi, lorsque la guerre avait éclaté, bousculant la routine et jetant beaucoup d’entre nous sur les routes, j’avais été moins traumatisée que d’autres.

J’étais passée de notre dernier meublé aux quartiers des infirmières de l’hôpital de Pembroke, et dans un hôpital militaire de campagne en France, avant de revenir à Pembroke juste avant l’armistice. Ensuite, au cours des quelques mois passés avec Frank, nous étions venus en Ecosse afin de refaire connaissance, pour nous trouver séparés de nouveau au bout de quelques semaines.

Il était donc étrange, et merveilleux, de me réveiller chaque matin dans une chambre de Lallybroch et de contempler Jamie endormi à mes côtés en me disant qu’il était né dans ce même lit. Tous les bruits de la maison, du craquement des marches de l’escalier de service sous le pas d’une servante matinale au crépitement de la pluie sur les tuiles d’ardoise, étaient pour lui des sons familiers entendus des milliers de fois. Il les avait d’ailleurs tellement entendus qu’il ne les entendait plus ; mais moi si.

Sa mère, Ellen, avait planté le rosier grimpant qui s’épanouissait près de la porte d’entrée. Son parfum capiteux rampait le long des murs et se répandait jusque dans notre chambre. C’était comme si elle lui rendait visite chaque jour à l’aube, pour l’effleurer du bout de ses doigts, et me souhaitait la bienvenue par la même occasion.  » (p585, 586)

Diana Gabaldon ; Outlander, le talisman Tome 2, extrait

Le voyage était agréable ? Alors il ne vous reste plus qu’à vous plonger dans cette série complètement addictive (vraiment, vraiment addictive) à l’instant. Si vous doutez encore faites donc un petit tour chez Soukee, juste là (clic) ;0)

Très bon dimanche à toutes et tous !!

Save Yourself – Birdy

Publicités

9 commentaires sur “Un dimanche avec Jamie…

  1. Je dois bien avouer que le fait que tout le monde adore cette série (que ce soit en roman ou en version télé), je n’ai pas du tout envie de m’y mettre… J’y viendrai peut-être quand l’effet « de mode » sera passé ^^

  2. Je l’ai lu mais je ne veux pas voir l’adaptation télé même si Jamie est un beau rouquin ! Par contre, je n’ai pas lu la suite et ne pense pas la lire. Le premier volume me suffit pour me faire fantasmer !

  3. Je suis d’accord avec Syl, Jamie dans la serie est effectivement tres tres agreable a regarder ;-). Maintenant que je la regarde, je ne pense pas la lire parce que meme si les romans sont toujours mieux, je trouve qu’on est souvent trop impregne des images si tu vois ce que je veux dire

  4. Je vais passer pour une extraterrestre mais je ne connais pas du tout il faut dire que c’est pas vraiment le style que j’aime
    Bisous l’Or

  5. Coucou Lor, ce n’est pas pour commenter cette série qui ne me tente pas trop… mais pour te parler du RAT de ce we ! Seras-tu de la partie ? Je vais participer mais de loin car je ne serai pas chez moi. Je vais quand même me débrouiller pour pouvoir pianoter sur un ordi si tu es partante 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s