Choisir

Les tuileries de Robert Doisneau

Toute la semaine dernière j’avais du mal à me sortir de mon marasme, de mon accablement. Je me sentais sonnée, muette, les mots même m’avaient abandonnés. Je ressentais (et je ressens encore) une profonde tristesse. Il n’y avait rien à dire de tout ceci. Il me fallait montrer  une grande pudeur en face de cette douleur incommensurable que vivaient les victimes.

Je me suis rendu compte qu’il faudra bien en sortir un jour de ce silence. Qu’il faudra peut-être se forcer un peu au début, que le coeur en a gardé une lourdeur avec laquelle il faudra vivre. Mais faire le choix de rester dans le silence c’est abdiquer, c’est se priver de toutes ses valeurs en laquelle nous avons foi, c’est se priver de tout ce que nous aimons. Mon blog  est ma petite parenthèse de douceur et de plaisir, m’en priver ne changera rien à rien. Ce matin j’ai lu quelques pages du numéro spécial de mon Elle et ça m’a fait du bien. C’est pourquoi ce matin j ‘ai envie de réaffirmer ma foi en la vie, en l’amour, en la littérature. J’ai envie d’y croire encore.

Ce n’est pas pour autant que je vais cesser de penser à tous ceux qui ont souffert de près ou de loin durant ces jours là.

Parmi les armes contre la terreur et l’obscurité il y a l’art et la beauté. J’ai encore du mal à trouver les mots après tous ces jours de silence et de tristesse. Alors je vais laisser parler ceux qui le feront bien mieux que moi ;  Doisneau et son regard, Martin Luther King et sa foi, John Lennon et son espoir. Je dédie ce billet à toutes les victimes des attentats de Paris, à leurs proches, à tous ces parents qui pleurent un de leurs enfants, aux blessés. Je dédie aussi ce billet  à toutes les victimes de guerres, quels quels soient… Je dédie ce billet à tous les réfugiés, obligés de quitter leurs terres et leurs patries. Même si l’actualité m’assomme la plupart du temps, même si je mets parfois des jours à me remettre et que j’en fini par me dire que l’homme va vers sa perte et sa chute, oui même si cela envahi mes pensées et bien je décide de faire un autre choix. Nous pouvons choisir de continuer à lire, rêver, aimer, écouter de la musique, aller aux musées, voir des spectacles… Nous pouvons continuer à croire en l’humanité… Nous le pouvons…

 » Aujourd’hui, dans la nuit du monde et dans l’espérance,
j’affirme ma foi dans l’avenir de l’humanité.

Je refuse de croire que les circonstances actuelles
rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure.

Je refuse de partager l’avis de ceux qui prétendent l’homme à ce point captif de la nuit
que l’aurore de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité.

Je crois que la vérité et l’amour, sans conditions,
auront le dernier mot effectivement.

La vie, même vaincue provisoirement,
demeure toujours plus forte que la mort.

Je crois fermement qu’il reste l’espoir d’un matin radieux,
je crois que la bonté pacifique deviendra un jour la loi.

Chaque homme pourra s’asseoir sous son figuier, dans sa vigne,
et plus personne n’aura plus de raison d’avoir peur. «

Martin Luther King

John Lennon – Imagine

Je vous embrasse.

Publicités

18 réflexions sur “Choisir

  1. Oui proclamons la vie, la liberté et la paix !
    Nous avons tous été choqués et effrayés et ce sentiment d’impuissance nous a envahi…Nous pensons fort à tous ces hommes et femmes qui ne sont plus là…
    Ayons toujours l’espérance en l’homme !
    Bisous
    très amicalement

  2. Il faut y croire et écrire est une arme, c’est aussi une liberté qu’il nous reste alors mettons la à profit. Bisous l’Or et je te souhaite des sourires dans les jours à venir… 🙂

  3. Tu retranscris je pense ce que beaucoup de gens ressentent …

    Mais voilà il faut continuer à vivre, rire, sortir, le meilleur remède contre l’horreur …
    Mais comment oublier …
    Bisous L’Or bonne semaine !

  4. Ce que je ressens n’est pas loin de ce que tu exprimes dans ton billet. Il nous faut continuer et rester debout, sans oublier pour autant les victimes et leurs familles et même si nous savons que le cœur reste lourd. Je t’embrasse et bonne semaine.

  5. Et nous avons une telle chance de pouvoir faire ce choix… Malgré cela, il est normal de rester partagés, de ne plus savoir que ressentir en ce moment…
    Mais les blogs, je sens que ça va devenir ma petite bulle refuge ces temps-ci… alors que je ne trouvais plus le temps ces derniers mois de passer beaucoup de temps sur la blogo, je sens que ça va changer.
    Je t’embrasse bien fort et te souhaite d’avoir le coeur moins lourd bientôt…

  6. Là c’est horrible pour ça. Hier cela l’était pour autre chose. Demain cela sera peut-être pire… ou non. Parfois c’est un horrible collectif, d’autre fois c’est un invivable personnel. Bien sûr, qu’il faut vivre. Et rire et même oublier le temps d’une étoile qui illumine ta nuit, le temps d’un papillon qui bouscule ton matin. Sinon, rien de rime à rien et on s’efface sans même y penser. Et ça je n’y crois pas et je suis certaine que toi non plus.

    Et on continue… à respirer, à vivre, à lire et à rêver… oui, oui, même à rêver. Laila xxx

  7. Bien dit !! Tu vois, ce soir je viens d’aller voir un ballet de flamenco, sublime de beauté, de sensualité, d’émotion. Plus ça va, plus je me dis que la beauté, l’art est bien une des seules choses qui rassemble les hommes et peut peut-être les sauver. Magnifique photo de Doisneau ! Un gros bisou.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s