Pete Fromm ou une rencontre fabuleuse…

Avant je prenais des notes lors de rencontres comme ça, mais j’ai remarqué que, du coup, je profitais bien moins du moment. Alors je n’en prends plus… Mais le problème c’est que j’ai une très mauvaise mémoire ;0) Je vais tout de même essayer de partager avec vous ce superbe moment. Pete Fromm est un homme qui m’a semblé vraiment formidable. Humain, très sympathique. Pas la grosse tête pour un sou, il pourrait presque (presque) vous donner l’impression qu’il est un de vos plus proches amis. Qu’ai je retenu encore ? A la question de ; comment avez vous fait pour vous mettre si bien dans la peau d’une femme, d’une façon si sensible il répond que pour lui il est surtout question de sentiments et que pour lui ça ne change pas tant que ça d’être une femme ou un homme. C’est de l’humain dont il s’agit, point. Pour lui ses personnages sont vraiment vivants, ils pourraient être ses enfants, tellement ils lui sont proches. Il s’attache à eux terriblement et en même  temps il n’a pas du tout l’impression de maîtriser leurs destins. Pour lui ils se détachent et prennent l’assaut pour prendre leurs propres décisions.

Quand ils parlent de sa « carrière » avec sa femme (je mets ce mots entre parenthèses parce qu’il l’a mis lui même entre parenthèses) elle rit, parce que pour elle il converse avec ses amis imaginaires, comme elle les appelle. Il s’émerveille aussi de ses rendez vous avec les français qui lui posent des questions si pertinentes parce qu’en Amérique on lui pose des questions plus terre à terre, du genre « combien gagnez vous » :0) Ce sont vraiment des questions qui l’interrogent, à la limite ce sont même des questions qu’il ne s’est jamais posé lui même ;0) C’est un homme dont l’humilité est vraiment grande. Il était ravi de voir autant de monde parce que, apparemment, en Amérique, lors de sa tournée promo, c’était plus restrein. C’est une chose qui m’étonne beaucoup, qu’il ne soit pas plus connu et qu’il n’ai pas plus de succès que ça en Amérique (ou alors modeste comme il est il a un peu minimisé ça). Chez nous en France ses romans semblent bien marcher (il en a vendu beaucoup hier soir, j’étais ravie) et sur les blogs il est beaucoup aimé. J’ai beaucoup pensé à Keisha d’ailleurs avant ce rendez vous (elle qui aime tant le « Nature Writing ») en me disant que j’aurais adoré y aller avec elle, mais heureusement il semblerait qu’elle devrait le rencontrer elle aussi.

Il est bien évident que j’avais emporté mon propre exemplaire (il était depuis vendredi dans ma PAL, je l’avais acheté d’avance pour être sûre d’en avoir un, pas folle la guêpe ;0) et j’ai eu ma propre dédicace (youpi). La traductrice était exceptionnelle elle aussi, elle a traduit tout ce qu’il disait d’une façon remarquable (elle prenait des notes d’une façon très rapide) et je pense qu’elle était vraiment au plus proche de ce qu’il voulait exprimer. C’était une très belle rencontre (une des plus belles je pense que j’ai eu, pourtant j’en ai vu pas mal des auteurs) tellement l’homme semblait proche de nous et adorable. C’était très drôle aussi, il a un humour ravageur ;0) Et vraiment, très très intéressant, on sent l’homme vrai et nature (oh le jeu de mots avec « Nature writing », sans même faire exprès ;0) Bref un moment exceptionnel qui m’a laissé sur un petit nuage (j’y suis encore). C’est une crème cet homme ;0) Et bien sûr je n’ai qu’une envie maintenant ; lire Lucy in the sky, tellement il rendait proche et amicale cette petite Lucy et son départ dans la vie.

Quelques infos sur le site de son éditeur Gallmeister

Publicités

40 réflexions sur “Pete Fromm ou une rencontre fabuleuse…

  1. J’ai déjà rencontré cet auteur, et ai eu le même ressenti que toi : drôle, très humble… Depuis Indian creek est dans ma pal, pas encore lu…
    Tous les auteurs américains que j’ai rencontrés ont le même discours, sur le fait qu’ils soient surpris que tant de gens viennent en France, du coup je pense qu’il y a quand même un fond de vérité.
    Ce genre de belles rencontres font le sel de la littérature !

  2. L’intérêt réel des lecteurs français pour les romans et leurs auteurs, ainsi que la pertinence de leurs questions, est une remarque faite par beaucoup d’auteurs américains quand ils comparent avec leur public national. Je me souviens que David Vann avait fait de même (une exception culturelle à cultiver, à moins que ce soit pure politesse/flatterie de leur part). D’ailleurs, comme Vann, il semble que Pete Fromm soit effectivement plus connu et plus apprécié de ce côté-ci de l’Atlantique (le signe qui ne trompe pas en « googlant » son nom : les quelques rares e-books pirates qui circulent sont en VF et non pas en VO ).
    Également chez Gallmeister, de cet auteur j’ai beaucoup aimé « Comment tout a commencé » que je te recommande chaudement même si, comme moi, tu n’es pas fan de baseball (ne t’arrête pas à ce détail, tu raterais une très belle lecture).

    • C’est le premier auteur américain que je rencontrais… J’ai eu moi aussi l’impression qu’il est plus connu en France que chez lui ;0) Merci pour le conseil, j’ai noté Comment tout à commencé ! Bel été ICB, bises

  3. Ah j’aurais dû en parler à Syl, il est venu pas loin de chez elle… Et ce n’était pas loin de chez moi (un peu plus quand même); je t’ai expliqué qu’en même temps on pouvait rencontrer O Gallmeister et un de ses (talentueux) traducteurs à un autre endroit. Donc c’était aussi une rencontre fabuleuse, OG a parlé nature writing, etc. bien sûr, et surtout de ses rapports avec les traducteurs et la traduction. Hé bien, la traduction est une affaire sérieuse chez G, tu peux y aller de confiance si tu ne lis qu’en français!

  4. Quelle belle rencontre ! Moi non plus je ne prends pas de notes, sinon j’écoute mal et la priorité, c’est quand même d’être pleinement là. J’ai envie de lire cet auteur depuis longtemps (merci Keisha) j’espère y arriver bientôt.

  5. Bravo, tu es parvenue à retranscrire dans ton billet la beauté de cette rencontre. Son livre ne m’attirait pas mais l’homme que tu décris me déciderais presque à m’y mettre. Cette rencontre me rappelle celle que j’ai vécu avec Virginie Ollagnier, une femme pétillante, plein de bonne humeur, toujours le sourire aux lèvres…quand j’y pense, je suis encore sur un nuage 🙂

  6. J’ai beaucoup aimé « Indian Creek » et « Comment tout à commencé ». Ce que tu dis de lui et de son attitude ne m’étonne pas, c’est exactement l’image que je m’en faisais.

  7. J’avais beaucoup aimé Indian Creek, et je l’ai fait lire autour de moi. Il a une bonne tête, ce gars! 🙂 Viendra-t-il jusqu’en Finistère? Je vais me renseigner… J’ai eu le plaisir de rencontrer Craig Johnson, de la même maison d’édition.

  8. Je n’ai jamais lu cet auteur, mais justement une dame en parlait hier soir au club de lecture où je me rends, et il se trouve qu’il vient demain soir dans la librairie de la ville voisine, du coup je vais peut-être y aller.

  9. youpi j’ai tout trouvé merci de ton aide

    Peter Fromm est un auteur que j’aime énormément et j’ai comme toi l’intention de lire Lucy
    Indian creek est dans ma bibliothèque et je l’ouvre fréquemment

    • J’avais l’impression que cette nouvelle présentation était plus simple d’aspect, du coup, ça m’embête parce que je commence à beaucoup l’aimer et que ça sera sans doute mon choix final. Comme toi, je feuillette souvent les livres qui sont dans ma PAL avant même de les lire en entier. Tu devrais aimer Lucy in the sky, bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s