Photos·Poésie

La cueillette des mûres, Sylvia Plath, extrait

 « Personne sur le chemin, et rien, rien sinon des mûres,

Des mûres de chaque côté, des mûres partout,

Une allée de mûres, qui descend en crochet, et une mer

Quelque part au bout, qui se soulève. Des mûres

Aussi grosses que mon pouce, aussi muettes que des yeux

Ebène dans les haies, et pleines
De jus bleu-rouge, qu’elles abandonnent sur mes doigts.

Je n’avais pas demandé de telles soeurs de sang ; elles doivent m’aimer.

Elles sont accommodantes, elles se font toutes petites pour tenir dans ma bouteille de lait…/… »

Sylvia Plath

Poèmes

1959-1963          Source des photos

Publicités

38 commentaires sur “La cueillette des mûres, Sylvia Plath, extrait

  1. Oh les Mûres sont un de mes petits fruits préférées ! ça me rappelle quand j’étais petite ou je partais dans le petit chemin de la maison de campagne que nous avions et j’allais chercher les mûres dans un petit bidon de Lait !
    (Bref les mûres sont ma petite madeleine de Proust )
    Pas plus tard que fin Aout j’en ai ramassé au cours d’une randonnée en montagne !
    Elles manquaient encore un peu de temps …
    Quel beau poème en tout cas merci pour ce petit moment de poésie !
    Bisous L’Or

  2. Nous sommes raccord : j’ai terminé ce matin « Les femmes du braconnier » de Claude Pujade-Renaud autour de Sylvia Plath et je suis depuis hantée par cette personnalité.

  3. Merci L’Or, c’est joli et ça me parle. Pas d’été sans cueillir les mûres!!!! cette année la récolte a été maigre mais quand même 10 pots de confiture 🙂
    Je vais chercher un livre sur Sylvia Plath à la biblio.

  4. Et elles cassent les dents ! Oui… j’en avais plein la bouche, et un grain a cassé un morceau d’un molaire… Cette année par chez moi, elles ne sont pas très sucrées.
    Bise

    1. Oui absolument !! Tu peux commencer par « Les femmes du braconnier » pour en savoir plus sur elle… Et il y a ses très nombreux poèmes, et son roman « la cloche de détresse »

  5. Des mûres aussi muettes que des yeux … Et aussi aguicheuses que de jolies petites bouches de sorcières en train de susurrer : Hum, attrape-moi, ma mignonne !

  6. Miam !
    J’adore les mûres et j’ai la chance d’avoir mes parents qui me font toujours de la bonne confiture ou/et de la gelée. Et que dire de les grappiller en chemin pour se faire les lèvres toutes bleues !
    Bisous L’Or

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s