La maison d’hôtes, retour à Cedar Cove, tome 1 de Debbie Macomber

 » Après la mort tragique de son mari, Jo-Marie décide de changer de vie, et reprend une maison d’hôtes dans la petite ville de Cedar Cove : la Villa Rose. Sa première cliente, Abby, a survécu à un accident de voiture, dans lequel sa meilleure amie a trouvé la mort. Elle n’a jamais eu le coeur à retourner dans la ville où elle est née, jusqu’à ce jour, dix ans après l’accident. Josh, le second client doit prendre en charge son beau-père, un vieil homme à présent, avec qui il ne s’est jamais entendu. 
Derrière les portes de la jolie maison d’hôtes, ces personnages inoubliables trouveront l’amour, le pardon et la possibilité d’un nouveau départ.Un roman chaleureux et touchant sur les destinées humaines, à lire bien douillettement sous sa couette, avec des personnages que l’on rêverait d’avoir comme amis, dans une ville où l’on aimerait vivre, et une intrigue délicieusement captivante. »

Lecture commune avec Fondant O Chocolat. (un clic pour lire son billet)

Debbie Macomber est une incontournable dans la catégorie auteur romanesque au même titre que Nora Roberts ou Susan Wiggs. Ses romans se vendent comme des petits pains (ou presque ;0) et il faut avouer que la dame sait s’y prendre pour nous emporter dans ses filets. Parce que oui, c’était ma première lecture de cette auteure et je ne suis pas déçue… La preuve je l’ai lu en pratiquement deux jours, c’est d’ailleurs ma première lecture lu dans le jardin, et cette lecture là, la première de l’été sur la terrasse, a toujours une importance assez singulière pour moi.

Je ne rajouterais rien sur le sujet, le résumé de l’éditeur est assez explicite comme cela. Les personnages sont tous attachants, surtout Jo-Marie à mon sens. Elle vient chercher l’apaisement et pour cela se laisse porter par ses intuitions et change radicalement de vie. Et cela lui réussira plutôt bien, et même mieux que cela je dirais. La Villa Rose est une vraie petite merveille de maison et on s’y sent merveilleusement serein ;

 » La propriété était splendide, dotée d’une véranda ouverte et d’un point de vue extraordinaire sur la baie…/… Dès l’instant où je vis l’endroit, je fus séduite par la lumière éclatante des lieux, les grandes fenêtres qui dominaient le port de plaisance. C’était l’endroit rêvé où commencer ma nouvelle vie…/… Construite dans les années 1900, elle abritait huit chambres d’invités réparties sur deux étages, ainsi qu’une grande cuisine moderne et une salle à manger spacieuse au rez-de-chaussée. Cedar Cove se déployait de part et d’autre de Harbor Street, qui serpentait en son centre, bordée de magasins. J’étais conquise avant même d’avoir exploré la ville. 

Une sensation de paix m’a immédiatement envahie quand j’ai pénétré dans cette demeure. La douleur et la tristesse qui étaient mes compagnes de tous les instants depuis des mois ont semblé refluer, cédant la place  une sérénité difficile à décrire. » (p11)

 » L’un de mes endroits préférés dans la propriété était un appentis à trois côtés situé dans le jardin, de l’autre côté de l’allée. C’était une ancienne dépendance, peut-être une petite maison. Du bâtiment original ne subsistaient que les trois murs, le toit et une cheminée. 

Les Frelinger en avaient fait un abri confortable, y disposant de fauteuils et une réserve de bois. La pluie avait cessé et les étoiles étaient apparues dans le ciel ; j’éprouvais l’envie de sortir. Après dîner, j’enfilai un manteau et m’aventurai au-dehors.

Un feu était préparé dans l’âtre, prêt à être allumé. Je frottai une allumette et regardai le papier s’enflammer. Bientôt le petit bois se mit à crépiter. J’ajoutai une bûche, puis m’installai dans un fauteuil, mis les pieds sur le tabouret, et étalai une couverture sur mes genoux. 

Tout était si paisible.  » (p43, 44)

Il y est aussi question de pardon, de résilience et de rencontres qui viennent juste au bon moment… C’est une lecture qui fait du bien et qui vous emporte très facilement. Elle fera évidemment partie de ma catégorie livres « bonbons au miel ». Le deuxième tome est paru en mars 2014 et bien sûr je compte bien la lire, histoire de savoir ce que devient Jo-Marie, et qui va cette fois se réfugier dans la Villa Rosa. Un printemps à la Villa Rose Editions Charlestons 

La première a m’avoir tentée pour cette lecture c’est MyaRosa. Et je remercie Fondant O Chocolat de m’avoir accompagnée ;0) J’ai bonne intuition qu’elle aussi a apprécier ce roman et qu’elle y a passé un aussi joli moment que moi ;0)  (Source des photos.)

Challenge  Petit bac 2014 pour la catégorie bâtiment. pett bac 2014

Publicités

25 commentaires sur “La maison d’hôtes, retour à Cedar Cove, tome 1 de Debbie Macomber

Ajouter un commentaire

  1. La première lecture du jardin ? génial ! Oh oui, L’or, j’ai apprécié cette lecture autant que toi ! Ce roman offre comme un havre de sérénité, tu as raison… Il est tout doux et, comme toi, j’aimerais lire la suite. Les extraits que tu as choisis sont charmants ; puisque je n’en ai quasiment pas mis dans mon billet, nos 2 articles se complètent parfaitement ! C’était encore une très chouette lecture en duo ! 🙂 On remet ça quand tu veux. Bise!

    1. Ma première lecture du jardin a toujours un goût particulier pour moi !! Elle ouvre les festivités d’été :0) Je suis d’accord on remet ça quand tu veux aussi, il faudra comparer nos PAL, bisous

  2. Il est noté celui ci depuis longtemps alors avec ton billet il me donne encore plus envie super lecture en duo je vais allez voir l’avis de Fondant maintenant !

  3. Je crains qu’il ne soit pas pour moi, la première de couv déjà, et je sais que je ne me sens pas forcément bien dans ce type d’ambiances assez lisses!

  4. Le billet de Fondant m’a bigrement tentée alors même que j’avais déjà très envie de m’offrir ce roman chaque fois que je le croisais en librairie. Hier, j’ai cessé de résister et je l’ai acheté !
    Vos billets sont tellement enchanteurs, m’ont donné tellement envie de connaître Jo Marie et de pousser les portes de sa Villa Rose que j’ai mis mon roman en cours de côté (alors qu’il me reste à peine cent pages) pour commencer celui-ci, et j’en suis déjà à la page 97 ! Il se dévore !! Un vrai bonbon au miel, tu as raison ! Je ne regrette absolument pas mon achat car c’est une lecture d’une douceur et d’une profondeur qui fait vraiment du bien.
    J’espère qu’on en connaîtra tout plein d’autres au cours de l’été !!!

  5. Bonjour, je découvre ton blog via celui de Fondant. Comme je l’ai déjà écrit sur ce dernier, ce roman est un bon roman doudou, un peu prévisible et un peu gros parfois, mais qui fait du bien !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :