Noël

Nos plus beaux souvenirs de Noël…

Les voilà nos plus beaux souvenirs, tout beaux, tout chaud… Si vous avez encore l’envie d’en partager un avec nous, n’hésitez pas, et laissez moi ça en commentaire. Et je les rajouterais à la liste. Pour commencer, deux des miens, ils me sont revenus en mémoire en vous lisant :

 » A vous lire, deux me sont revenus en mémoire et ils ont tous les deux rapport avec la neige. Le premier date d’avant notre mariage, c’était en décembre, avant Noël. Nous étions invités chez une de mes meilleures amies, et son mari, pour un repas du soir. Il avait commencé à neiger sur la fin, et nous avions décidés de nous promener un peu dans les rues de cette petite ville, pas tout à fait un village, et cette promenade est encore toute fraîche dans ma mémoire, c’était un moment fabuleux… La neige tombait, il faisait nuit, personne n’avait encore laissé ses pas sur ce tapis tout frais et le silence règnait…

Le deuxième date de 9 ans environ. Nous habitions encore dans notre ancien appartement, nous étions alors à quelques minutes de marche de la maison de mes parents. Le 25 où peut-être le 26, je ne me rappelle pas exactement, mais c’était le soir aussi et pareil, il avait commencé à neiger. Une neige que les petits (Fille aînée avait alors 10 ans et Petitmoyen 5 ans) attendaient avec tant d’impatience et nous aussi d’ailleurs… Nous avions décidés alors de rendre une petite visite à mes parents. Là aussi la neige était toute fraîche, c’était nos premiers pas qui s’imprimaient sur la neige. Là aussi je me rappelle du silence, la nuit tombée, nos pas dans la neige, presque pas de voitures, c’était hyper tranquille. Et quelques jours plus tard j’ai appris que j’étais enceinte, que je portais déjà à ce moment là ce petit troisième que nous attendions avec tant d’impatience… Il était en route… Et je ne le savais pas encore…

Mais maintenant place aux vôtres, je vous laisse la parole : (par ordre d’apparition)

Fondant O Chocolat (clic ) la première :

« Alors mon plus beau Noël ? Celui avec la salle de bains de barbie ? ou la caisse enregistreuse jaune et rouge ? ou la maison de poupée dépliable que j’ADORAIS ? Autant de présents de mes parents. Ou le journal intime bleu à fleurs et avec un petit cadenas offert par ma tante ? J’ai écrit dedans pendant 2 ans complets, je crois…
Peut-être aussi Noël 2011, le premier avec Totoro : on s’était fait plein de petits cadeaux et on s’en donnait un chacun à son tour… en espérant avoir visé juste parce que rien ne compte plus que faire plaisir à ceux qu’on aime… !
Mais je pense que le plus beau Noël sera celui de cette année : le 25, nous réunirons nos deux familles, mes parents, mon frère, ses parents, sa sœur et son compagnon, son grand-père, sa mamie, son oncle… J’ai hâte !! Etre ensemble, c’est l’essentiel !
Sans parler de ceux à venir, quand nous aurons notre famille-bonus à nous :-). »

Milly :

« Toute petite, mes souvenirs les plus précis sont l’odeur du sapin que papa avait été coupé sur nos terres. La journée qu’on faisait le sapin, quelque jours avant et chaque matin (les derniers jours d’école) la première chose que je faisais en me levant c’était d’aller ouvrir les portes du grand salon. Il faisait encore noir, mais les glaçons de papier brillaient! et l’odeur toujours. Je crois que c’est pour cette raison que j’ai toujours aimer plus je crois l’avant-Noël que le jour même. Il me reste une poupée que je garde encore que j’ai reçu le Noël de mes 7 ans. »

Syl :

« Moi aussi, ils sont au nombre de trois.
Le premier, lorsque je me suis levée en pleine nuit pour découvrir les jouets dans le salon. Il y avait ma poupée et son couffin. Je suis retournée au lit avec une joie qui aurait pu déborder par les yeux. J’étais dans un rêve et c’est si présent en moi en cet instant ! Je devais avoir 11 ans.
Le second, c’est chez ma grand-mère en Corse. Très simple, avec de l’agneau, un feu sur la place du village, des odeurs de soupe dans les rues et le bonheur pour nous tous. J’ai passé mes vacances à dessiner sur la table de la cuisine, ma mère avait cousu des habits à mes poupées… Je devais avoir 12 ans.
Les troisièmes… tous les Noëls de mes garçons. L’émerveillement, l’euphorie…
Pfff ! c’était trop beau. Faut pas que je pkeure !!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

Marielle :

« Mes Noël ont toujours été très beaux et pleins de souvenirs merveilleux !
Mes parents avaient une maison à la campagne à l’époque et chaque week-end, chaque vacances d’été nous les passions dans cette maison !
Bien sur les vacances de Noël ne déroger pas à la règle !
Mes parents devaient redoubler d’ingéniosités pour cacher les paquets
(J’ai cru au père Noël très tarddddddd !!! )
Difficile d’en sélectionner un plus qu’un autre car j’ai des très bon souvenirs de tous !
Je dirais quand même que le plus magique fut cette nuit du 24 décembre excitée comme peut être une enfant de 7ans, je regardais dehors si je voyais le père noël arrivait des petites lueurs dans le ciel me faisait dire que ça devait être lui la bas très haut très loin dans le ciel qui arrivait malheureusement pas de neige je me disais que le père Noël allait vraiment galérer pour venir dans ma petite maison dans la prairie
( En pierre accoler à une ferme ! )
Et puis soudain la magie opéra la neige à gros flocons se mit à tomber la sous mes yeux de petite fille qui croyait et qui croit encore à cette magie toute particulière de Noël !!
Je ne peux décrire la joie à cet instant précis que j’ai pu ressentir !!
Le lendemain fut encore très beau car au pied du sapin
( Un vrai comme on peu trouver dans les forêts du Vercors )
Il y avait vraiment tout les cadeaux que j’avais commandé !!
Dont un merveilleux poupon tout blond ( Appelé Bernard par moi même HiHiHi )
Prénom du fermier d’à coté !!
Un magnifique berceau en osier et sa devanture rose, de la dinette,
et une boite de playmobil dont j’étais fan chaque année j’avais droit à une boite ce fut le bateau de croisière cette année là !
Pour la petite histoire je vois toujours Bernard
Qui est devenu le beau frère de ma sœur mariée à l’avant derniers des Frères de la ferme
Voila pour un de mes souvenirs il y en a tant d’autres …. »

L’Irrégulière :

 » Mon plus beau noël, c’est celui où mes parents m’ont offert un petit chat. Je devais avoir 8 ans, quelque chose comme ça. Elle (c’était une fille) m’a accompagnée ensuite pendant plus de 15 ans… Bon, à la vérité, je l’ai eue avant noël parce que chacun conçoit que c’était difficile à cacher : un monsieur est arrivé avec un gros carton qui remuait, j’ai ouvert le carton et là, j’ai découvert cette merveille noire et blanche, toute douce et affectueuse. J’ai alors compris pourquoi quelques jours avant ma maman m’avait demandé quel nom je donnerais à un chat si on en avait un ! C’était Mélusine… »

Za :

 » Noël est pour moi irrémédiablement lié au souvenir de mon grand-père, champion incontesté de la crèche. Trois bouts de papier, quelques branches et hop ! Le (sa)pin, coupé dans la pinède, embaumait dans toute la maison.
Aujourd’hui, lorsque je sors les santons de leur boite avec mon fils qui ne l’a pas connu, j’ai l’impression que mon papi regarde par dessus mon épaule.
Cette persistance de l’amour me réconforte… »

Lewerentz :

 » Nous sommes 4 enfants tous adultes aujourd’hui. Pourtant, nos Noël familiaux ont peu changé. Nous nous réunissons toujours chez nos parents pour nous offrir des cadeaux après avoir partagé un repas. Bon, maintenant, il y a l’ami d’une de mes sœurs qui se joint à nous et on se réunit le 25 au soir (et non plus le 24 au soir). Lorsque nous vivions encore chez nos parents, on allait à la messe de minuit et je me souviens qu’une année, à la sortant de l’église, il neigeait de gros flocons ouatés et molletonneux qui tombaient obliquement sous la lumière orangée des réverbères. Je suis une couche-tôt et j’étais toujours fatiguée en sortant de l’église mais cette fois-là, je me souviens être rentrée à pieds avec ma sœur jusqu’à la maison, toutes deux joyeuses et heureuses de profiter de la neige dans la nuit. Après, pour nous réchauffer, nous buvions toujours un thé avant d’aller nous coucher. »

Rose :

 » Un de mes plus beaux souvenirs remonte à mon enfance. Je passais Noël chez mes grands parents, dans un mas au milieu des oliviers. C’était une grande demeure décrépite qui datait de la Révolution française et avait été construite par des moines cisterciens. Tout cela pour expliquer … l’immense cheminée. Et dans cette cheminée (oui, j’ai bien écrit « dans »), sur le côté, comme une alcôve, un petit banc de pierre. Je me souviens avec délice du moment où j’ai réalisé que j’étais en vacances. Quinze jours sans école, sans réveil matin, quinze jours à pouvoir lire tout mon saoul dans l’odeur résineuse du sapin, le clignotement des guirlandes …quinze jours à dévorer tout contre le feu, délicieusement sur ce petit banc… Alice et le vase de Chine, Alice en Ecosse, Alice et la diligence …. dehors la pluie, dehors le vent, dans la cuisine les treize desserts que l’on prépare, ma mère, ma tante, ma grand-mère, mon arrière-grand-mère, mon grand-père … Mais qui a dit que le passé était révolu ? Il est bien réel, si vivant, si fort, que je suis certaine que personne n’en doute un instant « 

Karine :

« Moi, dans mes beaux souvenirs de Noël, j’ai les chasses aux trésors organisées dans le quartier par ma mère ou encore ceux où ma grand-mère étaient encore là. »

Alex :

 » Mon plus beau Noël sera celui qui vient. Car mes enfants ne s’attendent pas vraiment à leur cadeau, ce sera donc une vraie surprise. La joie d’offrir…. »

Touloulou :

 » Difficile à dire… Je crois que je vais plutôt citer quelques souvenirs !
Le premier Noël dont je garde un souvenir très fort, le premier que j’ai passé après ce fameux jour où à la cantine un garçon de ma classe a clamé très fort « de toute façon le père Noel il existe pas ! ». En rentrant à la maison, j’ai interrogé ma mère… Après cela, l’ouverture des cadeaux n’était plus le 25 au matin mais le 24 à minuit. Je me souviens de la joie de ne pas avoir à se coucher tôt, de passer la soirée avec mes parents qui faisaient ce long repas, de regarder des programmes de Noel pendant qu’ils s’activaient en cuisine, d’attendre avec impatience minuit. Cette année là, j’ai eu un coffret Belleville (ces figurines ont depuis disparu mais j’y ai tant joué quand j’étais petite !), un personnage, trois chiens et leur chenil. Un cadeau tout simple et pourtant je ne pouvais pas être plus heureuse ! Depuis, nous avons gardé la tradition de passer la soirée du 24 ensemble, en mangeant un repas « de la mer » qui s’étale sur plusieurs heures, entrecoupées par les passages en cuisine où j’en profite pour lire des albums, écouter de la musique de Noel ou regarder la télévision comme quand j’étais petite.
Un autre souvenir très fort de Noël fut l’année d’Erasmus que j’ai passée en Suède. Je partageais ma cuisine et mon salon avec 12 colocs venus des 4 coins du monde et tous adorables. Nous avons passé une des dernières soirées avant les vacances (ou pour la plupart nous rentrions dans notre famille ou partions en voyage) ensemble, avec des bougies allumées, une couronne de l’Avent sur la table. Quelques uns jouaient de la guitare et du ukulele, nous nous sommes offert des petits cadeaux et surtout avons bien mangé et bu en passant la soirée ensemble… Plus tard, la fête est devenue un peu plus intense et un policier a débarqué dans le salon pendant que ma coloc japonaise chantait à tue-tête ! Les voisins (des suédois un peu agacés par cette résidence étudiante où on faisait la fête tous les soirs) les avaient appelés. Un de mes meilleurs souvenirs de cette année passée là-bas. Aussi le lendemain où tout le monde se remettait de la soirée, et où nous avons improvisé une tea party assis dans le couloir… C’était tout bête mais spontané, si agréable. Et nous avons beaucoup ri en voyant les policiers faire des rondes autour du batiment… Vu l’état dans lequel nous étions le lendemain, pas de risques que l’on recommence à faire la fête le soir !
Et si je devais choisir un 3eme souvenir… Je pense aussi que ce sera cette année, où Noël a un gout un peu différent, où après une année pas toujours facile je me dis que le plus important est d’être près de ceux auxquels on tient. »

Sandrion :

 » Ton article, L’Or, a fait remonter en moi toute l’ambiance des Noëls de mon enfance, chez mes grands-parents maternels. Je me souviens de l’ambiance, chaleureuse et fervente à la fois, toute la famille réunie, des tablées de 15 à 20 personnes, mon grand-père découpant la dinde en tirant la langue et tout le monde qui chante autour du sapin sur les branches duquel étaient plantées de vraies bougies (avec une bassine d’eau dessous, au cas où !). C’est drôle, je ne me souviens pas des cadeaux que j’ai eus, mais cette atmosphère irremplaçable, c’était ça, le cadeau… »

Ptitlapin :

 » Mon plus beau souvenir de Noel se résume en un poele à charbon, des oranges et un simple disque de Noêl. J’étais toute petite, mais cela me semblait un tel trésor. C’est un souvenir d’amour que je ressens quand je me rappelle ce si simple Noel.
Sans oublier le premier Noêl de mon fils, il n’avait que trois mois, ses grands yeux fixaient le sapin, les boules brillaient, odeur de résine, la petite creche….C’était mon petit Roi mage.
Cette année, ce sera un Noel avec mes parents uniquement, frère et soeur seront à l’étranger. Noel qui me pèse mais ma maman se fait un tel plaisir que je ne peux que lui faire ce cadeau, d’être là… »

Isa / Noël Joyeux :

 » Décembre 2005,
Cette année là nous avions eu beaucoup de neige à Noël ce qui est assez rare pour être noté ; nous en avions parfois, mais jamais autant. Monsieur était en vacances, et moi je ne travaillais que le matin, nous avions donc de belles après-midis pour nous, pour profiter des ces instants magiques que sont les fêtes de fin d’années. Nous avons regardé un film de Noël après le déjeuner puis continué une large puzzle entamé quelques jours auparavant (c’est une coutume que nous avons instaurée, chaque année à Noël nous faisons un grand puzzle ensemble). La nuit venue, nous avons chaussé nos bottes et sommes allés faire un tour dans la neige, une longue promenade silencieuse où seuls nos pas et nos rires venaient troubler la nuit. De retour à la maison, nous avons mangé des truffes au chocolat maison tout en écoutant une bande originale de film que nous venions de recevoir, Memoirs of a Geisha, la dernière composition en date de John Williams, douce et paisible (nous adorons tous deux John Williams). La neige continuait à tomber dehors et la lumière nocturne était sublime.
Quand je repense aujourd’hui à cette journée, des larmes de bonheur viennent brouiller ma vue. C’était le Noël dont je rêvais, simple, paisible, conduit uniquement par l’amour et le bonheur simple d’être ensemble. J’avais encore en tête mes Noël d’adolescence qui n’avaient pas toujours été roses et ce jour de Décembre 2005, j’ai regardé fixement mon conjoint et j’ai su que mes Noël ne seraient plus jamais les mêmes… »

Sandrine :

 » Des Noëls magnifiques chez mes grand-parents maternels.Avec mes cousins et cousines (environ une vingtaine) nous étions tous « enfermés » dans le salon pour attendre le Père Noel.
Quand il arrivait, les plus petits avaient peur mais nous étions tous sous le charme. Il connaissait nos prénoms! Incroyable! Et en plus, il nous donnait des cadeaux de notre liste.
Trop fort ce père Noel!
Beau souvenir aussi de mon premier Noel en tant que » travailleuse. »
Avec mes premiers salaires, j’ai offert à mes deux petites sœurs (6 ans et 11 ans de moins que moi) et mes parents une journée à Eurodisney. Ils étaient surpris et enchantés.
Merci de nous faire revivre tout ça. »

Louise :

 » Tout d’abord la période de l’enfance;
avec le choix du sapin dans la forêt c’était un beau moment ( je me demande si ce n’est pas le souvenir que je préfère)
Un hiver très enneigé notre père nous a construit un igloo immense (au printemps alors qu’il n’y avait plus de neige il était encore debout) . Chaque noël on découvrait des nouveautés , les grenades on n’avait jamais vu ces fruits; le chocolat espagnol ( de très gros carrés avec un goût salé particulier). ( depuis je cherche ce chocolat et je ne le trouve pas)
Une année un immense carton rempli de livres, BD, on a découvert Rahan,( je crois qu’il y avait pour un an de lecture)
Une autre année, on a la télévision ( je crois qu’au collège j’étais la seule à ne pas l’avoir) et le film qui passe c’est Peau d’âne avec Catherine Deneuve.
Ensuite la période avec mes enfants petits, nous habitons dans une nouvelle ville ( Tours) on connaît encore personne, c’est le jour de Noël assez tôt le matin, les enfants on découvert leurs cadeaux et on sonne à l’interphone . C’est quelqu’un qui doit nous livrer un colis. On ouvre la porte et au bout du couloir qui est très long il y a le Père Noël, on n’est pas au courant, il a des cadeaux ( livres, puzzle, chocolats), il est gros, il a les yeux bleus, une barbe plus vraie que nature, il fait vieux et surtout vrai. Il nous donne les cadeaux et repart on ne sait toujours pas qui c’est, qui l’a envoyé….
Puis un Noël plus récent, nous sommes tous ensemble en vacances à la Réunion, on fait le réveillon sur la plage, il y a plein de gens autour de nous qu’on ne connaît pas, c’est très simple et on envoie des lanternes dans le ciel, c’est très beau, et magique.Le lendemain le Piton de la Fournaise est en éruption, voir les coulées de lave c’est grandiose!
Il doit y avoir d’autres moments, ça fait du bien de se souvenir. »

Lystig :

 » le prochain…
Petit Ange a enfin avoué : le Père Noël n’existe pas (et il le sait depuis deux ans)…
ils espèrent des choses qu’ils souhaitent ardemment… mais ils se posent des questions, car c’est tout en rupture de stock ! mais Maman est très très forte ! »

Emma :

« Depuis toute petite, j’associe cette période aux spectacles, car chaque année, j’allais au cirque ou assistais à une représentation de patinage artistique grâce au travail de mon papa. Je me souviens de la seule et unique fois où il m’avait accompagnée (maman s’y collait habituellement, ou ma grande soeur). J’osais applaudir seulement quand il applaudissait, j’étais à la fois heureuse et impressionnée de sortir avec lui, fière aussi, parce qu’il était le plus beau, le plus grand, le plus fort, bien évidemment ^^ Je n’oublierai jamais ce mercredi après-midi.

Sans doute mon habitude de réserver plein de spectacles autour de la période des fêtes me vient-elle de mon enfance. L’an passé, j’ai assisté au concert de Florent Marchet ainsi qu’à plusieurs ballets, l’année précédente, c’était un fabuleux concert de Camille ainsi que le Cirque Invisible. C’est vraiment magique !!

Autre grand bonheur : assister à la Messe de minuit dans la sublime cathédrale de Chartres l’an passé. Un moment merveilleux…

Mais mon plus beau Noël, j’en suis plus que certaine, est celui à venir puisque je le passe en tête-à-tête avec ma maman, une chose qui ne nous est pas arrivée depuis des années. Je suis tellement heureuse !!
Nous ferons ça de manière toute simple, nous regarderons sans doute un beau film, « La Vie est belle » ou « Les Chaussons rouges », ou un dessin-animé de saison. Il me tarde d’y être d’autant que nous passerons le mardi après-midi avec ma grand-mère et dimanche, nous allons voir le ballet de « La Belle au bois dormant », histoire de nous mettre dans le bain de la féerie « 

Didi :

 » Mes souvenirs sont surtout en rapport avec la préparation de Noël quand j’étais enfant. En effet j’adorais quand on faisait le sapin avec ma grande sœur et mon petit frère et ma maman et puis on faisait la crèche et on la décorait avec de la mousse et du coton pour la neige.
J’ai aussi participé à la messe de Noël en tant que bergère et on chantait à tue tête Les anges dans nos campagnes ont entonnés l’hymne des cieux !!! On était entre amis et c’était des moments délicieux.
Puis l’attente du matin de Noël où les cadeaux étaient déposés sur nos chaussures !
Ah que de bons moments.
Merci L’or de me les faire revenir à la surface ! »

Mathilde :

 » Mes plus beaux Noël d’ enfants je les ai vécu chez mes grands- parents en Alsace , à Saverne plus exactement…J’ étais dans un endroit où l’ on fêtait Noël comme nulle part ailleurs…Toujours tellement magique l’ Alsace…
A quelques jours avant Noël , je partais avec mon P.P dans sa forêt de sapin …ce jour là nous recherchions celui qui allait être le roi de la fête …après le Petit jésus bien sur…!!
L’ ayant trouvé , après l’ avoir coupé , nous rentrions pour le mettre à l’ honneur dans le grand salon…Là , on accrochait les  » bretele  » fabriqués par ma grand-mère , je les habillais avec du papier argent des tablettes de chocolat , passait la ficelle dans le trou et hop…c’ était trop beau…Les guirlandes , les boules venaient compléter le décor…seul P.P plaçait les bougies serrées dans leur pinces…elles ne seraient allumées que la nuit de Noël…
En attendant ce moment magique ,un peu anxieuse , je respirais le parfum de la forêt qu’ il avait emporté avec lui…une belle idée de sa part..:-)
On mettait aussi un verre de vin pour le père Noël et trois carottes pour les rennes..
Ce merveilleux sapin sentait surtout l’ amour partagé et la joie d’ être ensemble…
Plus tard nous allions tous à la messe de minuit , sauf P.P qui restait pour garder le sapin…!!
En rentrant , nous entendions le son d’ une cloche …celle du père Noël qui signalait qu’ il était passé…Je constatais d’ abord que les carottes avaient disparu et que le verre de vin était vide…pas de doute…!! Alors enfin je découvrais les trésors…je me souviens d’ une belle poupée de chiffon que je baptisais aussitôt
 » Marie Noëlle « il y avait aussi une belle cuisinière en tôle avec tous les ustensiles…assise à côté de ces trésors je prenais la pose pour la photo attendant d’ être éblouie par un éclair de magnésium…!! J’ ai encore cette photo mais plus de poupée ni de cuisinière…
J’ ai gardé de ces temps les plus doux parfums d’ enfance…celui du sapin , de la cannelle , de l’ anis …et aussi celle d’ être tous à la même hauteur…la mienne bien sur…!!
Au moment où je t’ écris mes  » anisbretele  » dorent dans le four…
Ça sent bon comme autrefois…ça sent bon comme s’ ils étaient là…:-))

Lily :

 » Plus beau souvenir de Noël ?! J’aimerai avoir plus de temps pour écrire au fil de mes émotions re-tricotées avec ce que je suis aujourd’hui. Mais je vais t’en livrer un petit, tout petit. Sur les cartes de voeux que nous envoyions parfois il y avait de jolies lanternes anciennes, mais je n’en avais jamais vues. Une nuit de Noël, allant à la messe avec des cousins, nous avons eu la surprise de voir une belle lanterne accrochée au mur de l’église. Elle brillait intensément dans l’obscurité ! J’avais sept ans, je crois et cette lanterne m’a soulevée de joie … Je sais que je ne l’oublierai jamais. C’était un cadeau pour moi. »

Céline : (qui n’a pas de blog)

 » Mon plus beau souvenir commence par un petit appartement qui appartenait à ma grand mère où la chaleur était présente grâce au poèle à fuel, mais elle n’était pas que là, elle se répandait aussi dans nos cœurs car nous étions contents de nous rassembler. Ma grand mère avait le sourire dès l’ouverture de la porte pour nous accueillir jusqu’au soir où il fallait se séparer car nous venions de loin, nous avions fait 4 à 5 heures de route. Elle n’avait qu’un désir : nous faire plaisir, puis venait les différentes senteurs : cuisses de grenouilles, escargots et bien d’autres mets aussi délicieux les uns que les autres. Les cadeaux avaient peu d’importance seul comptait le plaisir de se voir. Ma grand mère nous donnait des clémentines et des chocolats. Il est vrai qu’aujourd’hui dès qu’apparaît les clémentines sur les étales, une pensée va droit à ma grand mère qui nous a quitté un jour de Noël. »

Bonheur du jour :

 » Mon plus beau Noël.

C’était il y a une bonne trentaine d’années. J’étais alors une très jeune femme assez idiote à la vie parisienne frivole et surbookée. Je ne manquais de rien, du moins le pensé-je. Tout semblait facile et aller de soi. A cent à l’heure, je gérais une vie bien remplie (famille, travail, sport) et faisais même des envieux (voyages, théâtre, spectacles, dîners en ville, vêtements à la mode, quelques relations haut placées).

Un matin, contre toute attente, je me suis levée fatiguée. J’allais fêter mon anniversaire bientôt, à quelques jours de Noël. La fête allait battre son plein – mais je n’étais pas sûre d’avoir envie de ça : beaucoup de monde, beaucoup de musique, beaucoup d’alcool, beaucoup de paillettes, beaucoup…. J’avais l’impression que les jours se succéderaient ainsi jusqu’à la nuit des temps : beaucoup de travail, beaucoup de sorties, beaucoup de vêtements, beaucoup d’avions, beaucoup d’amis, beaucoup de problèmes à régler tout le temps, beaucoup de choses à organiser tout le temps – et cela m’avait fait peur. Mais il fallait bien se lever, s’habiller, partir au travail, etc… Dès 9H, une collègue de travail vint me voir dans mon grand bureau vitré pour me demander un service. C’était une jeune stagiaire que j’avais pris sous mon aile. Elle devait participer à un repas de Noël pour des sans-abri, avec une amie, mais celle-ci venait de prendre un autre engagement et la laissait tomber. Elle en avait les larmes aux yeux, elle était totalement désespérée. Stupéfaite, je lui demande pourquoi moi ? Je l’entends me répondre : « Mais je ne sais pas ». Et je m’entends répondre : « Bon, d’accord ». J’avais l’impression de faire une bonne action.

Dans les jours qui suivirent, tout fut compliqué. Il fallait modifier les billets d’avion car une partie de ma famille était dans le Sud, l’autre dans le Nord (et moi au milieu), expliquer que je ne serai pas là, que non, je ne ferai pas le repas, que non, je ne m’occuperai pas de tout, que non je ne règlerai aucun problème lié à l’organisation d’un réveillon puisque je ne serai pas là mais que j’arriverai le lendemain, enfin, si j’arrivais à trouver un billet. Le pire, c’était quand j’expliquai où je serai et que je répondais « Et bien, je ne sais pas, en fait », quand on me demandait ce que j’allais bien pouvoir y faire, « là-bas ». J’entendais des « alors, tu préfères des étrangers », des « et nous », des « et moi », des « mais comment peux-tu me faire ça », des « mais enfin, tu viens tous les ans », des « mais si tu n’es pas là, qui va bien pouvoir faire les courses », …

On se rapprochait du réveillon. Je croisais dans les couloirs ma collègue qui me pressait le bras en me disant : « Vous êtes formidable » et je me posais alors des tas de questions fondamentales du genre « qu’est-ce que je vais mettre ? ».

Le soir dit, je suis arrivée là où se tenait le réveillon. J’appris que je devais servir à table. Ah. Je me suis retrouvée dans une cuisine et on m’a passé des assiettes que je portais en équilibre et que je posais sur la table. Au début, seules les assiettes m’occupaient. Je ne voyais qu’elles. Des hommes à table, je ne vis d’abord que les mains. C’était des mains d’hommes âgés, des mains de travailleurs, à la peau marquée, aux doigts déformés. Les mains m’ont parlé d’abord. C’était elles qui me disaient « Merci Madame ». Puis j’ai réussi à lever les yeux pour croiser un regard. Des yeux cernés, des sourcils broussailleux, mais un éclat dans les pupilles. « Merci, Madame ». Puis deux regards. Puis trois. Puis j’ai regardé la tablée, et j’ai tourné la tête, pour m’apercevoir de l’immensité de la salle.

Comme si un horizon venait d’apparaître, je l’ai regardé dans les yeux de tous ceux qui étaient là. Et c’est alors que j’ai commencé à sourire. Quand je posais une assiette, ou quand j’en enlevais une pour la ramener en cuisine, on se regardait, eux et moi, et on a échangé quelques mots, jusqu’au moment du dessert où l’un d’eux me dit de m’asseoir, que je devais être fatiguée à faire ces allers et venues, qu’il faudrait que je me pose un peu et, poussant une chaise, précisa : « on vous a fait une petite place, là ».

On ne se mit à ranger que quand ils commencèrent à partir, les uns après les autres, refusant pour la plupart d’aller dans un foyer. Je les accompagnais jusqu’à la porte, je leur disais au revoir, ils me répondaient « encore merci pour votre sourire » et je les voyais s’enfoncer dans la nuit, les mains dans les poches, les épaules rentrées.

Au petit matin, je suis rentrée chez moi. J’avais un « chez moi ». Dans l’appartement vide et silencieux, j’ai allumé toutes les lampes, et me suis assise pour déballer mon cadeau : « On vous a fait une petite place, là ». »

Château imaginaire :

 » Mon premier réflexe, pour un souvenir du plus beau Noël, c’est de me tourner vers ceux de mon enfance, tout pleins de magie. Puis je rends compte: oui, ils étaient magiques, mais leur souvenir est imprégné de tristesse… mon enfance me manque trop fortement… c’est bête, non?

Tout de même, je veux me remémorer le Noël parfait de mes quatre ans. Avec le sapin garni de fils argentés et les paquets en dessous qui n’auraient pas pu être mieux emballés si les lutins du Père Noël s’en étaient chargés – le seul Noël de mon enfance pour lequel nous avions pris des photos, en fait. On ne m’a jamais fait croire au Père Noël – mais sûrement, sûrement, les peluches de Noël grimpaient dans l’arbre la nuit – sûrement, le chameau des mages allait se coucher dans la mangeoire du bébé Jésus pour énerver tout le monde – sûrement, le bonheur de mes quatre ans allait durer à tout jamais – l’émerveillement avec lequel je considérais chaque moment ne se ternirait pas.

Ma tante était là, venue des États-Unis dont j’ignorais l’existence, pourtant je ne m’en souviens pas: les photos se souviennent pour moi. Mais je me rappelle le bas de Noël tout rempli de merveilles: une montre turquoise en plastique que j’étais si fière de posséder même si l’heure ne voulait rien dire pour moi, des chocolats, un minuscule panier tressé…

J’ai reçu ma première boîte de Lego et mon frère a bâti pour moi une maison à mur unique… Mon amour des blocs Lego naissait.

Il y avait aussi des pantoufles roses et un mini piano bleu, mais surtout, surtout… Boule-de-Neige, la peluche d’ours polaire qui deviendrait mon jouet favori et que je porte toujours dans mon coeur aujourd’hui. »

Voilà !!! J’espère que vous avez eu la patience de lire tous les témoignages. Quand à moi il me reste à vous adresser un grand grand merci de m’avoir offert vos beaux souvenirs… C’était un tel bonheur de vous lire toutes !!! Vous m’avez fait là de très jolis cadeaux !! Alors, encore une fois, un grand, grand merci à vous d’avoir joué le jeu !! (source des photos et là aussi)

Publicités

21 commentaires sur “Nos plus beaux souvenirs de Noël…

  1. joyeux noël et merci pour tout ces témoignages j’en ai les larmes aux yeux .
    noël est un moment merveilleux et plein de magie la preuve ma nièce océane 12 ans quand même m’a dit mardi ‘tatie tu crois toujours au père noël ‘ je lui ai dit peut être pas au père noël mais certainement à la magie de noël ça oui!!!!!
    merci et bonne fin d’année
    marie ange

  2. Merci pour ce moment de partage !
    Une très bonne idée que tu as eu là !
    Il y a des témoignages magnifiques un petit moment  » blogueste » doux comme cette si belle période de l’avent déjà fini malheureusement
    Des bises L’or !

  3. chaque année, je me souviens d’un noël, il y a 20 ans :
    je revenais pour les vacances du Danemark, le 25 au matin, je vais chercher un copain (russe, enfin, encore soviétique pour qq jours) que je connaissais, accompagné d’un autre que je ne connaissais pas à l’aéroport.
    nous avons déjeuné ensuite dans un resto avec mon oncle, ma soeur, mes parents, mes amis.
    en sortant, il tombait quelques rares flocons et un à deux cm recouvraient le sol:
    magique !

    si rare dans les plaines de Provence
    mais pas pour mes amis russes………………. de Sibérie !

  4. Oh Zut, tu m’en avais parlé de ce rendez-vous des souvenirs, je suis désolée, cette fin d’année déborde chez nous. Il est très beau ton souvenir de Noël,j’adore cette atmosphère de pas frais dans la neige toute neuve. TRès joli texte chère Lor…ou plutôt devrais-je dire très joliS texteS…c’est beau tous ces souvenirs…;tu as gardé ton âme d’enfant

  5. Noël est une fête qui plus que les autres se prête à l’évocation des souvenirs. Là, je ne peux tout lire à cause de la fatigue de mes yeux, mais je reviendrai en croquer quelques uns de temps en temps, pour garder la saveur en bouche durant le mois de janvier. A bientôt l’Or.

  6. Merci ma chère L’Or pour cette très belle idée que tu as eue et pour nous offrir cette superbe anthologie. Plus que jamais, partage, magie et émotions sont au rendez-vous. J’ai adoré lire tous ces beaux souvenirs et je tiens à souhaiter une très belle période de fêtes à tous tes lecteurs et participants.
    Quant à toi, reçois mes plus sincères pensées et tout plein de bisous :)))

  7. Merci ma copinaute pour ce merveilleux recueil de souvenirs de Noël ♥
    Et en plus joliment mis en scène !
    Bisous et merci encore pour ce superbe billet !

  8. Des souvenirs tous plus beaux les uns que les autres. Merci de tant de partages de ta part.
    Il y a tant d’amour dans chacun de ces Noel. Un vrai cadeau. Merci encore et gros gros bisous.

  9. Que de billets touchants… je regrette de n’avoir pas visité ton blog récemment, allez hop, je l’ajoute à ma barre de favoris, bien en vue, pour ne plus le négliger! Voici mon souvenir si tu souhaites l’ajouter:

    Mon premier réflexe, pour un souvenir du plus beau Noël, c’est de me tourner vers ceux de mon enfance, tout pleins de magie. Puis je rends compte: oui, ils étaient magiques, mais leur souvenir est imprégné de tristesse… mon enfance me manque trop fortement… c’est bête, non?

    Tout de même, je veux me remémorer le Noël parfait de mes quatre ans. Avec le sapin garni de fils argentés et les paquets en dessous qui n’auraient pas pu être mieux emballés si les lutins du Père Noël s’en étaient chargés – le seul Noël de mon enfance pour lequel nous avions pris des photos, en fait. On ne m’a jamais fait croire au Père Noël – mais sûrement, sûrement, les peluches de Noël grimpaient dans l’arbre la nuit – sûrement, le chameau des mages allait se coucher dans la mangeoire du bébé Jésus pour énerver tout le monde – sûrement, le bonheur de mes quatre ans allait durer à tout jamais – l’émerveillement avec lequel je considérais chaque moment ne se ternirait pas.

    Ma tante était là, venue des États-Unis dont j’ignorais l’existence, pourtant je ne m’en souviens pas: les photos se souviennent pour moi. Mais je me rappelle le bas de Noël tout rempli de merveilles: une montre turquoise en plastique que j’étais si fière de posséder même si l’heure ne voulait rien dire pour moi, des chocolats, un minuscule panier tressé…

    J’ai reçu ma première boîte de Lego et mon frère a bâti pour moi une maison à mur unique… Mon amour des blocs Lego naissait.

    Il y avait aussi des pantoufles roses et un mini piano bleu, mais surtout, surtout… Boule-de-Neige, la peluche d’ours polaire qui deviendrait mon jouet favori et que je porte toujours dans mon coeur aujourd’hui.

    1. Merci à toutes pour vos commentaires et surtout merci de m’avoir fait cadeau de vos plus beaux souvenirs !!! J’ai vraiment pris plaisir à rédiger ce billet !!! Merci encore !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s