Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

Les insurrections singulières  coeur[1] Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre !!!

Mot de l’éditeur :  » Au seuil de la quarantaine, ouvrier au trajet atypique, décalé à l’usine comme parmi les siens, Antoine flotte dans sa peau et son identité, à la recherche d’une place dans le monde. Entre vertiges d’une rupture amoureuse et limites du militantisme syndical face à la mondialisation, il lui faudra se risquer au plus profond de lui-même pour découvrir une force nouvelle, reprendre les commandes de sa vie. Parcours de lutte et de rébellion, plongée au coeur de l’héritage familial, aventure politique intime et chronique d’une rédemption amoureuse, Les Insurrections singulières est un roman des corps en mouvement, un voyage initiatique qui nous entraîne jusqu’au Brésil. Dans une prose sobre et attentive, au plus près de ses personnages, Jeanne Benameur signe une ode à l’élan de vivre, une invitation à chercher sa liberté dans la communauté des hommes, à prendre son destin à bras-le-corps. Parce que les révolutions sont d’abord intérieures. Et parce que « on n’a pas l’éternité devant nous. Juste la vie ».

Je n’avais pas été aussi remué par un livre depuis décembre avec « Le livre de Dina » C’est le texte le plus fort que j’ai lu depuis le début de l’année. Pourtant j’ai bien failli passer à côté de ce texte, même si j’ai une véritable passion pour l’auteur, le sujet, vraiment ne m’attirait pas des masses… Le militantisme syndical, la sidérurgie, bon, tout ça…bof bof… Et puis, c’est Noukette qui m’a ouvert les yeux avec son très beau billet et quelques jours après je l’ai eu entre les mains dans ma librairie, j’ai lu juste la première page et là, paf, j’étais cuite… Impossible de rentrer sans lui !!! Et maintenant, après ma lecture je peux vous dire que j’ai eu chaud… Dire que j’aurais pu passer à côté de ce livre magnifique… Ouf, merci Noukette ! C’est incroyable comme chaque mot, chaque phrase, chaque ligne de ce roman a résonné en moi… m’a parlé… C’est un livre qui ne fait que 200 pages et pourtant j’ai rempli quatre feuilles pleines de notes. Pratiquement à chaque page, j’avais l’envie de noter des lignes.

Il faut lire ce livre… Absolument… Parce que vous y trouverez des vérités bien assénées… Une histoire de mots qui ont du mal à se dire, ceux qu’attendent Karima en vain. Un homme en colère mais qui s’apaise… Un autre qui aime les livres et qui va lire ses passages préférés à sa femme, sur sa tombe… La dureté du monde du travail mais aussi l’honneur et la dignité des hommes qui se battent pour le garder. L’histoire commence par le souvenir qu’Antoine (le narrateur) à de sa fugue à l’âge de huit ans. En regardant son père faire une de ses maquettes il ressent une sensation d’étouffement, d’enfermement.

« Les maquettes c’était le monde en miniature, un monde qui tenait dans le creux d’une main. Réduit. Moi, le monde, je le voulais grand. Pas réduit. Et ma respiration se cognait contre les bords…/… Nous quatre, dans notre maison, ma mère, mon père, mon frère Loïc qui faisait ses devoirs à l’étage et moi, je nous ai vus. Tout petits dans le monde. Si petits. Réduits, nous aussi ? »

Fugue dont ses parents n’ont jamais rien su puisqu’elle n’a duré que le temps d’une course éperdue jusqu’à la voie de chemin de fer. Aujourd’hui Antoine est revenu vivre chez ses parents suite à une rupture qui fait mal. Karima est parti.

 « C’est des moments comme ça qui disent que c’est fini, une histoire même si ça dure encore un peu. Ça s’étire, c’est tout, ça ne vit plus comme avant, ça essaie de tenir mais tôt ou tard l’élastique fera son œuvre. »

 « Ma mère s’est mise à monter, descendre : les draps, les serviettes de toilette. Elle m’installait. Mon père faisait le café. Et moi je les laissais s’occuper. De moi. Je me sentais comme un lieu vide. Désaffecté. »

Karima est parti parce que les mots lui manquent. Antoine ne les trouvent pas pour elle alors que ceux, pour la révolte viennent tout seul.

«  Je prenais la parole devant des groupes, au café, où ont se réunissait. Ils m’écoutaient. Plus ils m’écoutaient plus j’osais. Ces paroles là je pouvais. C’était facile parce qu’elles disaient des choses qu’on vivait tous ensemble. Ce que j’arrivais pas à dire, c’étaient les mots du dedans, les miens. Pas ceux de « la classe ouvrière » en lutte, ceux du gars que j’étais, moi tout seul, à l’intérieur. C’était ça qu’elle attendait, Karima ? On était sur une fausse piste, tous les deux. Elle voulait que je lise des livres. Je ne pouvais pas non plus. Les livres qu’elle me mettait dans les mains, ça touchait à des choses trop intimes. Je n’y arrivais pas. Elle ne comprenait pas. Elle s’éloignait. Elle n’avait pas envie de vivre avec la classe ouvrière tout entière. Comment je pouvais être si fort en paroles pour le collectif et pour elle, rien ? Nada. »

Parce qu’il y a le combat qu’Antoine mène avec les autres, avec Frank, pour se révolter de la délocalisation à Monlevade de Lusine (c’est comme ça qu’il l’a nomme). Il y a la révolte de Frank qui voudrait travailler en gardant son honneur.

 « La voix de Frank ne lui ressemblait plus. Ils se foutent bien de notre gueule, il disait, tiens ! Et qu’est-ce qu’on va leur dire, à nos enfants ils y pensent des fois ? On va leur dire de travailler à l’école ? De faire des efforts comme nous ? Et tout ça, pour être jetés au bout du compte ? Comme des moins que rien ? On peut plus leur dire de faire comme nous, à nos gosses . On n’est plus des exemples pour eux, ah non ! Alors on est quoi ? »

Il y a aussi la rencontre avec Marcel qui voyage avec les livres et qui entraînera Antoine dans la lecture.

Ce livre parle de nos rêves de mômes, plus grand que l’Himalaya.

« Je voudrais prendre le temps de demander à tous ceux que j’ai vus ici « c’était quoi votre rêve quand vous étiez môme ? » Juste pour savoir. Pour entendre de belles choses. Parce que je suis sûr que des rêves, ils en avaient. Il n’y a pas que moi, bon Dieu. C’est pas parce qu’on fait tous les jours des gestes simples, toujours les mêmes , que dans la tête il ne se passe pas des choses complexes. Les rêves c’est complexe, ça vous envoie là où vous ne devriez jamais mettre les pieds. Les ouvriers, on a tort de croire qu’ils ne rêvent que du dernier écran de télé ou du barbecue sur la terrasse du pavillon. J’ai côtoyé ici des gens qui avaient des rêves de fou, ils n’en parlaient pas c’est tout. J’en suis sûr. »

Et de l’enfance qui fait de nous ce que nous sommes

 « Je repensais à ma course effrénée Même si ma fugue n’avait duré que le temps d’un orage, c’est elle qui faisait qu’aujourd’hui je marchais dans ces rues. J’en étais sûr. Éric, le petit voisin, Elias, le garçon aux parents sourds-muets, m’avaient guidé jusqu’ici, jusqu’à cette part de moi remisée dans le mot « enfance ». Un mot bien pratique pour mettre le couvercle sur les désirs. Pourtant la force, elle était là. C’est de l’enfance que venait mon insurrection. »

Et puis, surtout, ce livre est une formidable apologie de la lecture. La lecture comme force, la lecture comme horizon, la lecture comme un ciel sans aucune limite… Il y a la rencontre avec Marcel, le bouquiniste qui fait découvrir à Antoine, le grand l’immense plaisir de lire.

«  Marcel : « Tu vois, moi j’ai des passions, les livres, ça me sauve… je traverse mes temps morts avec des gens qui ont œuvré pour ça, ceux qui ont écrit… je les aimes et je leur suis infiniment reconnaissant du temps passé devant leur table… Ils m’aident à traverser. Et qu’eux soient morts ou vivants ça n’a plus aucune importance. J’ai le livre en main et c’est du carburant pour ma vie à moi. »

Marcel qui donne de sacrées définitions du temps mort, de la vraie révolution, celle qui se fait dans la solitude, celle du désir qui meurt, foudroyé par le manque de temps et le stress de la vie actuelle… Ce livre parle des zones obscures, celles que l’on doit traverser forcément pour se sentir vivant. Ces zones obscures, dont on a peut-être besoin pour trouver la sérénité. Il y a tout ça dans ce livre… et tellement plus encore… Ce livre… Il est grandiose et puis c’est tout… Lisez-le !!!!!!!

Lecture commune avec Sandrine

Publicités

2 réflexions sur “Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

    • Non pas encore mais bien sûr il est dans ma PAL bien au chaud, et j’ai hâte de le lire…. C’est une auteure que j’adore !! Tu as lu  » Laver les ombres » ? J’ai beaucoup aimé aussi !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s